25 Fév 2019

Beast In Black : From Hell With Love (2019)

Album : From Hell With Love

Style musical : Power Metal

Compagnie : Nuclear Blast

NOTE : 7/10

Le groupe de power metal finlandais Beast In Black ont dévoilé leur nouvel album From Hell With Love le 8 février dernier. Ceci est le deuxième album de la troupe du guitariste et fondateur du groupe, Anton Kabanen.

Une influence claire des années 80

Tout le long de l’album, on entend clairement que le groupe a été influencé par la musique des années 80. La voix du chanteur Yannis Papadopoulos est beaucoup inspiré de Rob Halford, le chanteur de Judas Priest, et on peut l’entendre dans plusieurs chansons comme From Hell With love, Die By The Blade et Killed By Death. Toutes les chansons de l’album ont des solos de guitare de qualité ce qui est très typique des années 80. Ceux qui retiennent le plus l’attention sont ceux des chansons Cry Out For A Hero, Sweet True Lies et Heart Of Steel. L’élément qui fait en sorte qu’on sent un lien direct avec les années 80 est le clavier. Le son de l’instrument nous fait rappeler beaucoup de chansons de cette époque surtout dans Repentless où j’ai senti une ressemblance à la chanson Training Montage de Vince Dicola qui est connu pour avoir joué dans le film Rocky IV. D’ailleurs, dans l’album, le groupe a fait une reprise de la chanson No Easy Way Out qui joue dans ce même film. La reprise respecte bien la chanson originale et le groupe n’a pas tenté de faire quelque chose de différent comme Bullet For My Valentine l’a fait par exemple. Bref, cette influence des années 80 vont plaire aux partisans de la musique de ces années.

Une impression de répétition

La plupart des chansons de l’album sont quand même bonnes pour ceux qui aime le style du groupe, cependant on a souvent l’impression que les éléments reviennent de chanson à chanson. Les mélodies vocales typiques du power metal sont très semblables dans la plupart des chansons surtout dans les refrains. La seule chanson qu’on sent qu’il y a une différence avec les autres est Oceandeep, une power ballad. La chanson commence avec un intro de flûte traversière ce qui permet de capter notre attention. Aussi, le solo de guitare dans la chanson est très différent des autres puisqu’on voit que le guitariste Anton Kabanen s’est moins concentré sur la vitesse. Sinon, les bridges font aussi en sorte que les chansons se répètent moins surtout dans No Surrender où le bridge est plus heavy que les autres. Bref, cette impression de répétition ne va peut-être pas se faire entendre chez tout le monde et celle-ci ne fait pas en sorte que l’album est de mauvaise qualité.

Est-ce un bon album?

Pour un fan de power metal, oui c’est un bon album et je le recommande! Cependant, ce style de musique n’est pas fait pour tout le monde et donc, je ne le conseil pas pour quelqu’un qui veut écouter un album typique d’heavy metal et qui est plus habitué à des groupes américains. À voir au Heavy Montréal 2019!


Lu 2537 fois Dernière modification le lundi, 25 février 2019 13:11
Évaluer cet élément
(0 Votes)