18 Jan 2017

Sepultura: Machine Messiah (2017)

Album : Machine Messiah

Style musical : Trash Metal

Compagnie : Nuclear Blast

NOTE: 8/10

Sepultura est sans doute le groupe brésilien le plus connu en raison de ses moments de gloire avec des albums cultes comme Arise et Roots.

 

 

Cependant, pour plusieurs amateurs, Sepultura était l'affaire des frères Cavalera. Depuis que ceux-ci ont quitté tour à tour l’aventure, plusieurs admirateurs ont tourné le dos à la nouvelle mouture que nous propose le groupe.

Je fais partie de ceux qui ont laissé une chance à la formation. L’album Kairos était agréable sans avoir la prestance des grandes créations du groupe. Le suivant, The mediator between head and hand must be heart a fait plus parler de lui par son titre terriblement long que par sa qualité musicale. Il faut quand même avouer que celui-ci était encore un pas dans la bonne direction et que cela était fort encourageant pour la suite.

Mais quand est-il vraiment de Machine Messiah ? C’est tout d’abord un bon album qui se veut très varié tout en restant cohérent dans son ensemble. Nous retrouvons sur celui-ci des compositions au tempo rapide typique du thrash métal comme I am the enemy, Vandals nest ou Chosen Skin qui figure sur la version Deluxe.  Nous avons aussi droit à certaines pièces plus lentes et plus progressives, par exemple Cyber God, Resistant parasites ou Machine Messiah. Cette dernière est sans doute la plus réussie. Son lent départ et ses envolées aiguë de guitare finissent par laisser la place au refrain entonné par le vocal rocailleux de Derrick Green. Ces passages qui sont particulièrement efficaces semblent empreints d’émotions.

Cette nouvelle offrande comporte aussi certains passages moins habituels. La pièce Phantom self comporte une introduction avec des sonorités qui s’apparentent à la musique traditionnelle brésilienne. La pièce Island Dances est tant qu’à elle une composition progressive entièrement instrumentale. Bien que celle-ci soit excellente, elle diffère de ce que nous a habitué la formation. La deuxième chanson bonus qui se retrouve sur la version deluxe est une reprise de la chanson thème de la série japonaise Ultra seven. Cela termine le tout d’une façon un peu absurde.

Pour résumé, Machine Messiah est un excellent album très varié et composé de plusieurs pièces intéressantes. C’est sans doute l’œuvre le plus abouti que nous propose Sepultura depuis les dix dernières années. J’espère que cette offrande réconciliera les anciens admirateurs avec la mouture actuelle du groupe, car ce qu’ils viennent de nous livrer mérite qu’on s’y attarde et qu’on laisse le passé derrière.

Lu 2902 fois Dernière modification le mercredi, 18 janvier 2017 23:41
Évaluer cet élément
(2 Votes)