18 Mai 2017

Karkaos : Children of the Void (2017)

Album : Children of the Void

Style musical : Death Metal mélodique

Compagnie : Autoproduit

NOTE: 9/10

Le groupe de death metal mélodique montréalais Karkaos nous arrive avec un album intitulé Children of the Void. Une œuvre pivot dans l’histoire du groupe, il s’agit du premier album incluant tous les membres de la formation actuelle, y compris La chanteuse Vicky Boyer et la batteuse Justine Ethier. Les fans attendaient un nouvel album du groupe depuis 2014. Est-ce que l’attente a valu la peine?

Pour nous faire patienter jusqu’à la sortie de l’album, Karkaos nous a présenté le simple Kolossos il y a deux semaines. J’ai été extrêmement impressionné par cette offrande… et le nouvel album Children of the Void est tout aussi impressionant.

Premièrement, Children of the Void est un album très bien enregistré, avec une production efficace et nuancée. Chaque instrument y trouve sa place et se démarque quand il le faut. Les guitares rugissent sans retenue; la basse installe une assise solide, la batterie roule à rythme d’enfer, les claviers installent une atmosphère incroyable, faisant de chaque chanson un tableau qu’on doit s’arrêter pour admirer, et les voix se mêlent aux instruments pour cimenter le tout.

Avec Children of the Void, Karkaos nous montre qu’il en parcouru du chemin depuis Empire. Le groupe nous offre un album beaucoup plus mature, travaillé. Il se présente comme un groupe de Death Metal mélodique, mais je dirais qu’il s’approche parfois du métal symphonique lourd, à la Fleshgod Apocalypse, Septicflesh ou même Behemoth. Les claviers sont savamment parsemés, évoquant parfois une chorale, parfois des instruments d’un orchestre symphonique et parfois un orgue Hammond. Ce mélange de textures garde l’attention de l’auditeur. Il faut aussi mentionner le mélange de grognements et voix claires, qui est très efficace. Encore une fois, tout est dans le mélange : la violence des grognements masculins et féminins et la voix claire et les harmonies très bien travaillées.

Après avoir entendu l’album au complet, je ne peux que constater que Kolossos était clairement le simple idéal pour présenter l’album à son public. Cette chanson résume très bien ce qu’est Karkaos : les grognements et la voix claire de Vicky Boyer, des claviers épiques, les guitares juste assez présentes, sans enterrer le reste; la batterie qui assure une présence solide, sur laquelle s’appuie les autres instruments. Et que dire du break au milieu de la chanson, mettant la basse en avant-plan. Magnifique.

De fait, je n’ai pas trouvé de « remplissage » sur cet album, qui compte 12 pièces. Chaque chanson est très solide et a sa propre personnalité. On sent bien le style du groupe, sans détecter de répétition. Children of the Void a facilement gagné une place dans ma rotation régulière.

J’ai très hâte de voir ces chansons-là en spectacle. Autant on sent la maîtrise derrière les chansons, autant celles-ci ont le potentiel de faire lever les foules.

Karkaos lancera officiellement son album le 26 mai prochain aux Foufounes électriques et le lendemain, aux 4 barils à Jonquière.

Le groupe de death metal mélodique montréalais Karkaos nous arrive avec un album intitulé Children of the Void. Une œuvre pivot dans l’histoire du groupe, il s’agit du premier album incluant tous les membres de la formation actuelle, y compris La chanteuse Vicky Boyer et la batteuse Justine Ethier. Les fans attendaient un nouvel album du groupe depuis 2014. Est-ce que l’attente a valu la peine?

Pour nous faire patienter jusqu’à la sortie de l’album, Karkaos nous a présenté le simple Kolossos il y a deux semaines. J’ai été extrêmement impressionné par cette offrande… et le nouvel album Children of the Void est tout aussi impressionant.

Premièrement, Children of the Void est un album très bien enregistré, avec une production efficace et nuancée. Chaque instrument y trouve sa place et se démarque quand il le faut. Les guitares rugissent sans retenue; la basse installe une assise solide, la batterie roule à rythme d’enfer, les claviers installent une atmosphère incroyable, faisant de chaque chanson un tableau qu’on doit s’arrêter pour admirer, et les voix se mêlent aux instruments pour cimenter le tout.

Avec Children of the Void, Karkaos nous montre qu’il en parcouru du chemin depuis Empire. Le groupe nous offre un album beaucoup plus mature, travaillé. Il se présente comme un groupe de Death Metal mélodique, mais je dirais qu’il s’approche parfois du métal symphonique lourd, à la Fleshgod Apocalypse, Septicflesh ou même Behemoth. Les claviers sont savamment parsemés, évoquant parfois une chorale, parfois des instruments d’un orchestre symphonique et parfois un orgue Hammond. Ce mélange de textures garde l’attention de l’auditeur. Il faut aussi mentionner le mélange de grognements et voix claires, qui est très efficace. Encore une fois, tout est dans le mélange : la violence des grognements masculins et féminins et la voix claire et les harmonies très bien travaillées.

Après avoir entendu l’album au complet, je ne peux que constater que Kolossos était clairement le simple idéal pour présenter l’album à son public. Cette chanson résume très bien ce qu’est Karkaos : les grognements et la voix claire de Vicky Boyer, des claviers épiques, les guitares juste assez présentes, sans enterrer le reste; la batterie qui assure une présence solide, sur laquelle s’appuie les autres instruments. Et que dire du break au milieu de la chanson, mettant la basse en avant-plan. Magnifique.

De fait, je n’ai pas trouvé de « remplissage » sur cet album, qui compte 12 pièces. Chaque chanson est très solide et a sa propre personnalité. On sent bien le style du groupe, sans détecter de répétition. Children of the Void a facilement gagné une place dans ma rotation régulière.

J’ai très hâte de voir ces chansons-là en spectacle. Autant on sent la maîtrise derrière les chansons, autant celles-ci ont le potentiel de faire lever les foules.

Karkaos lancera officiellement son album le 26 mai prochain aux Foufounes électriques et le lendemain, aux 4 barils à Jonquière.

Lu 1574 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)