26 Juil 2017

Wintersun : The Forest Seasons (2017)

Album : The Forest Seasons

Style musical : Death Métal Mélodique

Compagnie : Nuclear Blast

NOTE : 9/10

Après presque cinq ans et une campagne Indigo, Wintersun nous est finalement arrivé avec son troisième album « The Forest Seasons ». Malheureusement, il ne s’agit pas du tant attendu Time 2.

Tout d'abord, il est intéressant d'analyser la thématique musicale qui est annoncée dans le nom de l'album: The Forest Seasons. En effet, l'appellation de cet opus se reflète parfaitement dans chacun des morceaux, car ceux-ci représentent tous une saison. J'ai adoré ce concept puisque même s'il y a une cassure bien distincte pour chacun des titres, on sent parfaitement la continuité naturelle telle l'évolution des saisons. Par exemple, dans Eternal Darkness (la pièce de l'automne) on entend une inspiration black métal parsemé de blast beat qui dégage l'assombrissement et la mort de la nature  tandis qu’avec Loneliness (la chanson de l'hiver) on peut aisément entendre la mélancolie et sentir une ambiance glaciale.

Ensuite, je dois avouer avoir trouvé cet album plutôt difficile d'écoute dû à la complexité des arrangements orchestraux. Pas que l'album n'est pas bon, bien au contraire, je dis plutôt que si on peut le trouver un peu amer à la première écoute, il faut le réécouter à de mainte reprises pour l'apprécier pleinement puisqu'à chaque écoute on peut découvrir un nouveau détail. D’ailleurs, si vous avez une bonne paire d’écouteurs, je vous conseille fortement de l’utiliser afin de savourer au maximum toutes les subtilisées de cet opus. Aussi, j'ai adoré le fait que tous les titres sont longs (aucun morceau n’a une durée inférieure à 12 minutes) puisque cela permet l'évolution et la progression de l'idée mélodique.

À mon avis, The Forest Seasons est un excellent album qui regorge de moments forts et a très peu de faiblesse. Mes moments préférés sont sans l'ombre d'un doute la chorale dans The Forest That Weeps et le solo démentiel dans Eternal Darkness. Ce que j'aime le moins, c'est le fait qu'à certains moments on entend trop bien que les instruments symphoniques, principalement les cuivres, ne sont pas de vrais instruments. Aussi, j'ai trouvé un peu étrange que certains passages me donnaient l'impression d'écouter du Dimmu Borgir. Pour ce qui est des titres, je ne pourrais pas vraiment dire quelle est ma chanson préférée, car à chaque écoute ce n'est jamais la même. Chose certaine, je n'en ai détesté aucune.

Pour conclure, encore une fois Jari et sa troupe nous sont arrivés avec quelque chose de solide qui rassasiera de nombreux fans. Croisons les doigts pour que cette fois-ci l'attente ne soit pas aussi longue.


Lu 1150 fois Dernière modification le mercredi, 26 juillet 2017 14:18
Évaluer cet élément
(4 Votes)