29 Oct 2017

Warcall : Invaders (2017)

Album : Invaders

Style musical : Thrash Metal

Compagnie : Plan B Music

NOTE : 8.5/10

La formation québécoise Warcall nous livre cette année leur 4e album "Invaders" et malgré leurs 3 bonnes sorties précédentes, le groupe demeure un peu dans l’ombre. Je crois même que celui-ci jouit d’une plus grande notoriété de l’autre côté de l’atlantique qu’ici dans leur patelin natal. C’est dommage, car ce groupe mérite vraiment plus d’attention parce que leur musique est d’une qualité indéniable et même s’il ne réinvente pas particulièrement le style, il possède tout de même leur identité propre.

Leur nouvel album intitulé Invaders est très agréable. Je constate que le trio semble avoir atteint une maturité musicale, car leurs compositions sont solides et chaque passage s’imbrique à la perfection. C’est peut-être parce que le groupe est composé de seulement 3 membres, mais leur musique est brute et sans dentelle. Chaque instrument remplit ardemment l’espace qui lui est confié et donne un mélange simple, mais efficace. Chaque titre comporte une guitare qui multiplie les envolées et les riffs accrocheurs et qui est bien appuyée par un martèlement puissant de la batterie et une basse lourde et galopante. Le vocal rude, gras, mais bien articulé, accompagne le tout pour résulter en un thrash métal bien balancé. La production est d’ailleurs très efficace, car chaque élément semble être parfaitement calibré pour que nos tympans puissent en apprécier chaque subtilité.

 L’album commence en force avec l’excellente pièce Mission commando qui est, avec Black Panther et Mass Extinction, les meilleurs titres de cet opus. Ces trois compositions possèdent des riffs très accrocheurs qui non que d’autres choix que de nous rester collées à l’oreille.

Malgré la pochette et le nom des chansons un peu surnaturels, les propos tenus dans l’album sont loin d’être du domaine fantastique. Le groupe se sert plutôt du thème de la guerre aux extra-terrestres pour s’exprimer sur différents sujets. Par exemple, la pièce Bully Bastard parle de résilience et de garder la tête haute. The Man Who Suffers dénonce le comportement pervers des hommes de se combattre eux-mêmes. Pour Riding With Zombie, cette composition nous raconte simplement la vie exténuante en tournée.

Pour terminer, j’espère bien que ce groupe aura un peu plus de reconnaissance au Québec et que cela leur permettra de faire plusieurs spectacles comme tête d’affiche, car il est impératif que les amateurs de thrash québécois découvrent cet autre petit trésor bien de chez nous.

Lu 803 fois Dernière modification le dimanche, 29 octobre 2017 21:48
Évaluer cet élément
(1 Vote)