11 Jan 2018

Corrosion of Conformity : No Cross No Crown (2018)

Album : No Cross No Crown

Style musical : Sludge/Heavy

Compagnie : Nuclear Blast

NOTE : 8 / 10

L’effet yoyo est maintenant chose du passé pour Corrosion of Conformity. Le groupe a repris du service avec Pepper Keenan depuis 2 ans et vient maintenant le temps de sortir un nouvel album.

Ceux qui suivent l’évolution de ce groupe savent que Corrosion of Conformity est passé par de nombreuses mutations. En début de carrière, cette formation donnait amplement dans le crossover. Lorsque l’album Blind est sorti, nous étions aux premiers balbutiements de ce qui allait devenir une entité beaucoup plus métallique.

C’est surtout à partir de Deliverance que le groupe a su s’imposer comme étant une figure de proue face au métal plus sludgé, aux forts accents du Sud. Cet élan a perduré le temps de 4 albums. Par la suite, Keenan a décidé de s’investir beaucoup plus avec Down, laissant le trio musical avec la ferme intention de continuer leur cheminement musical en retombant avec les rythmiques plus punkées et crossover des débuts, le temps de produire deux albums et un mini-album.

Et avec ce retour de Pepper Keenan, on comprend rapidement que le groupe de la Caroline du Nord reprend là où le groupe avait laissé avec Keenan, c’est-à-dire sous les mêmes coloris que l’album In the Arms of God, paru en 2005. Un hard rock chaleureux, bluesé, qui rivalise par bout avec le stoner et le sludge est ce ragoût encore excessivement délicieux servi par ce groupe légendaire.

Lorsque Corrosion of Conformity a annoncé qu’ils étaient de retour sous le format du quatuor, Nuclear Blast a démontré de l’intérêt et ce, immédiatement. Les musiciens ont laissé comprendre qu’une entente serait possible à la condition de ne pas faire de pression pour une production trop hâtive. Le groupe voulait reprendre la route avant tout, question de souffler sur les braises, encore ardentes.

Le résultat se veut phénoménal. Après 13 années sans produire de matériel ensemble, ce que l’on retrouve sur No Cross No Crown comble notre appétit. Magnifiquement ciselé, cet album est véritablement le digne successeur d’In the Arms of God.

Après l’introduction Novus Deus, The Luddite nous replace là où l’on doit se retrouver. Le riff gargantuesque de Woody Weatherman est doublé par Keenan. Sa voix retentit dans nos oreilles, laissant un sentiment de bien-être face à ce retour. Cast the First Stone et Wolf Named Crow proposent des grooves très solides. Hochements de tête assurés, c’est avec ce type de chansons que Corrosion of Conformity excelle.

Autre spécialité pour Corrosion of Conformity est la rythmique plus bluesée, très tapage de bottes. Little Man n’excelle aucunement en vitesse, c’est plutôt avec sa guitare lourde et le refrain peinard que l’on s’affole. Forgive Me est construite elle aussi dans ce même état d’âme mais elle se veut plus accélérée au niveau de la cadence.  

Nothing Left To Say est une chanson plus corpulente dans sa présentation. Très mollassonne dans son sludge, on y entend des guitares bouillonnantes et un Keenan aux limites du désespoir au niveau de l’interprétation.

Mon gros coup de cœur sur l’album est la chanson Old Disaster. Pièce saccadée, elle nous superpose les guitares criardes du groupe dans un jeu musical très ouvert où les voix demeurent en harmonie tout en allant chercher une palette plus épique lors des refrains. En finale, Son And Daughter nous laisse la bouche béante avec son attaque à la Sabbath!

Un retour réussi qui laisse une énorme satisfaction à nos deux oreilles!

http://coc.com/

Lu 3396 fois Dernière modification le jeudi, 11 janvier 2018 22:36
Évaluer cet élément
(0 Votes)