19 Jan 2018

Of Mice & Men : Defy (2018)

Album : Defy

Style musical : Metalcore

Compagnie : Rise Record

NOTE : 7/10

Of Mice & Men nous dévoilent enfin son nouvel album, Defy, qui est disponible depuis le 19 janvier!

Nous avons dû attendre 1 an, suite au départ subit du chanteur et fondateur du groupe, Austin Carlile, afin de nous délecter de nouveau matériel audio. Toujours sur le même label Rise Records, Defy est le premier album où le bassiste Aaron Pauley  assure les parties vocales.

Personnellement, j’adorais Carlile avec son chant gras et les nombreux breakdowns pesants des premiers albums. Un changement de chanteur ça fait peur parce que bien sûr, son remplaçant n’a pas le même style ni la même voix. C’est toutefois avec optimisme que j’ai écouté attentivement Defy et en voici mon compte rendu.

Dès la première pièce, Defy, on ne reconnaît pas vraiment les anciens titres. C’est au son de la guitare de Alan Ashby et de la batterie puissante de Valentino Arteaga que Pauley commence à chanter, à mi-chemin entre le chant clair et le chant gras.

Les mélodies de l’album sont plus rapides et se veulent accrocheuses. J’ai l’impression que toutes les pièces ont la même recette préétablie : début de guitare et de batterie rythmée, des refrains qui ont tendance à se répéter plusieurs fois et des breakdowns occasionnels vers la fin des chansons. Les solos de guitare de Phil Manansala sont désormais omniprésents dans pratiquement chaque pièce.

Il y a de moins en moins de scream faisant place à beaucoup de chant clair. Quelques titres n’ont pas de vocal gras du tout dont Back To Me, Vertigo et If We Were Ghosts. Il y a aussi la pièce On The Inside qui commence plutôt Pop. Est-ce que le groupe veut devenir plus accessible et plaire au commun des mortels? Si c’est le cas, plusieurs fans décrocheront et c’est bien dommage.

Sur l’album, il y a une pièce qui s’appelle Forever YDG’n qui est sans contredit la plus métal du lot! Ça m’a fait énormément plaisir que le groupe fasse une suite aux chansons YDG parût sur son premier album éponyme et Still YDG’N sur son second album, The Flood. La chanson Money est également à surveiller par son originalité à saveur ‘’western’’.

Pauley a une très belle voix et c’est avec justesse et assurance qu’il parvient à me faire embarquer malgré tout dans le rythme de chacune des douze chansons. L’album mérite qu’on s’y attarde à plus d’une écoute afin de l’apprécier à sa juste valeur.


Lu 1968 fois Dernière modification le vendredi, 19 janvier 2018 11:00
Évaluer cet élément
(2 Votes)