08 Juil 2013

Alice in Chains: Entrevue exclusive avec Jerry Cantrell

Selon Elle Magazine, la prochaine tendance en automne 2013 devrait être le retour à la mode grunge. Je le sais, ma blonde lit le magazine, c’est elle qui me l’a dit ! Sur le coup, je me suis dit que j’avais bien fait de garder mes vêtements de mon époque Cegep mais de toute façon, j’ai le même style d’attardé depuis mes 14 ans, ce qui sauve la donnée ! Ce style vestimentaire, qui découle directement du genre musical du même nom, est apparu au début des années 90 grâce à l’explosion des groupes comme Nirvana, Soundgarden, Pearl Jam et Alice in Chains. Originaires de la coquette municipalité de Seattle, tous ses groupes se sont retrouvés au sommet des palmarès pendant une certaine période car la Grande Faucheuse est venue chercher quelques membres de ce genre musical, apportant avec elle le style aussi vers l’au-delà. Certaines formations ont su se remettre de la mort du « genre » tout en continuant leur carrière de façon fantastique, d’autres musiciens ont formé d’autres groupes qui obtiennent encore un vif succès, certains se sont retrouvés devant le néant mais ont tout de même décidé de retâter le terrain il y a quelques temps, question de vérifier si le public de base était encore présent ainsi que de nouveau amateurs, par le fait même. C’est le cas avec Alice in Chains qui, malgré la perte de son chanteur principal en 2002, a effectué un retour qui est excessivement convaincant en 2005 avec un nouveau chanteur du nom de William DuVall. Un premier disque s’est pointé en 2009 suivi d’un autre, The Devil Put Dinosaurs Here, en 2013.Encore pertinent, le groupe demeure une référence dans le rock très sombre, comme à l’époque. J’ai eu l’immense opportunité de m’entretenir avec Jerry Cantrell, le guitariste d’Alice in Chains, pendant 10 minutes il y a deux semaines. Le grunge n’est pas mort ? De toute façon, j’ai toujours détesté ce terme…

Entretien avec Jerry Cantrell, guitares et voix pour Alice in Chains.

J’aime vraiment le titre du nouvel album The Devil Put Dinosaurs Here. Le précédent était Black Gives Way to Blue, deux titres très longs dans un sens. Vous nous avez habitués dans les années 90 à des titres comme Facelift, Sap et Dirt, des trucs très courts !

Hahhahhaha ! J’imagine que nous avons besoin de beaucoup plus de mots pour nous exprimer en vieillissant ! Hahhahha ! À la base, c’était une bonne chanson qui est devenue le titre de l’album. C’est un titre que tu ne peux pas oublier même s’il contient de nombreux mots. C’était un titre de chanson plutôt unique qui en disait très long dans un sens, c’est pourquoi nous l’avons gardé comme titre pour l’album.

Mais je me demandais si, à la base, ce titre n’était pas un pied de nez aux Chrétiens radicaux ? Un moyen de les écœurer car ils ne croient pas à la présence des dinosaures sur Terre et ils craignent le Diable.

Oui. Je suis un Américain et nous devons vivre avec ce genre d’hurluberlus religieux. Cette chanson parle surtout du fait qu’il est déplorable de voir de quelle façon nous nous traitons, les uns les autres. Il y a des différences dans le monde donc pourquoi mépriser ceux qui vivent de façons différentes de la nôtre ? Ceux qui croient en d’autres valeurs ? Sommes-nous mieux, ou pires qu’eux ? Cette façon de vivre, qui est méprisante, existe depuis des années et nous continuons de la perpétuer, malheureusement. Cette chanson, ainsi que le titre de l’album, soulignent ce genre de problème. Si tu crois que le système te créé des embûches et que tu crois fortement qu’il est acceptable de faire du mal, d’exclure, de blesser ou de tuer les autres au nom de tes convictions car celles des autres vont à l’encontre des tiennes, il y a un problème sérieux. Même chose pour ceux qui méprisent ceux qui ont l’air différent, ceux qui pensent différemment, ceux qui ont une orientation sexuelle différente. Si on t’a enseigné le fait d’haïr au lieu d’accepter, si ton système de valeurs est aussi fermé que ça, alors je n’ai pas de temps à perdre avec toi.

Le nouvel album présente un emballage plutôt intéressant. Le boîtier est rouge transparent et il est utilisé comme un décodeur pour pouvoir avoir accès aux informations de l’album. Il cache les imprimés rouges pour que l’on puisse voir ce qui est en dessous. C’est une idée du groupe d’avoir ce genre de présentation ?

NDLR : Regardez bien les photos pour bien comprendre le concept… surtout si vous ne possédez pas le disque !

C’est une idée que nous avons développée ensemble. Tout le monde avait des idées et nous avons fait un remue-méninge, question de comprendre ce qui pouvait bien fonctionner. Nous avons toujours été très impliqués dans le groupe et dans tous les domaines que ce soit la présentation visuelle des albums, les clips et la musique, comme de raison. Nous avons donc convenu que nous devions faire quelque chose d’amusant, qui donnerait un certain défi à l’auditeur désireux d’avoir accès à l’information disponible dans le livret. Les gens n’achètent plus de musique de nos jours, le net a facilité le tout mais pour les amateurs purs et durs, il est bien qu’ils puissent avoir un truc en extra comme cet emballage plutôt spécial. Nous avons donc décidé de pousser le tout un peu plus pour ceux qui sont près aussi à pousser un peu plus, tu comprends ce que je veux dire ? C’est très spécial et irrégulier. Ca te fait apprécier ton investissement. Tu passes plus de temps avec ta pochette que d’habitude si je peux m’exprimer ainsi. C’est une bonne façon de notre part de remercier nos amateurs les plus purs et durs en leur offrant un truc unique. Nous aimons produire de la bonne musique qui sera offerte dans une présentation intéressante parce que nous sommes concernés par ce genre de détails.

En parlant de vos amateurs dévoués, ceux qui ont acheté l’album en format vinyle, est-ce que l’on retrouve un morceau de plastique rouge dans la pochette qui permet de faire le même genre d’expérience ?

C’est la même chose pour ce qui est de l’expérience avec le vinyle, il y a une pellicule rouge qui permet la lecture des éléments présents dans les informations. J’ai vu le produit fini et c’est vraiment bien. Le vinyle est bien lourd aussi, bien épais et de qualité. C’est le format 180 grammes et c’est un vinyle double.

La chanson que j’apprécie vraiment sur l’album est Phantom Limb. C’est du Alice in Chains typique, un hard rock très sombre. Que peux-tu nous dire sur celle-ci ?

Merci, c’est très apprécié. Phantom Limb est une chanson que nous avons tous monté tous ensemble dans le studio. Un travail de collaboration… ouais !

Et que peux-tu nous dire sur Pretty Done ? Ce que je veux dire par là, c’est que ta voix et celle de William DuVall se fondent à merveille. On ne sait pas qui chante telle partie, si vous chantez ensemble ou de façon séparée car le tout est tellement bien modelé ensemble. Mais en général, c’est comme ça tout au long de l’album, qu’en est-il de la chimie entre vous deux, car ça marche vraiment bien !

Je comprends ce que tu veux dire. C’est absolument ça, une chimie des voix. C’est un peu la marque de commerce du groupe depuis nos débuts, d’avoir de bonnes harmonies vocales. C’est quelque chose que nous avons commencé à l’époque et que nous continuons encore aujourd’hui. Nous avons établi ce style qui nous est propre depuis nos débuts. La fusion des deux voix est un élément clé de notre son. C’est intéressant ce que tu dis car c’est en plein le but recherché, d’avoir deux voix qui ne deviennent qu’une seule et unique. C’est un effet fantastique qui dépasse même les deux êtres qui créent cette fusion des voix. L’effet me plait encore, même aujourd’hui. Layne (Staley) et William (DuVall) sont deux personnes différentes, comme de raison mais le travail pour les voix demeure semblable. Ça fonctionne de cette façon pour les voix mais cette fusion est nécessaire aussi pour ce qui est de la musique, lorsque nous composons. Sinon, rien de tout ça n’aurait pu arriver. C’est quelque chose d’intentionnel. William doit fournir sa partie et moi de même mais lorsque l’on mélange tout ça ensemble, ça devient quelque chose de vraiment différent.

Vous nous avez habitués par le passé, au niveau des sorties d’albums, d’avoir un album électrique suivi par un mini-album acoustique. Est-ce possible que ce modèle revienne?

C’est un truc que nous avons fait par le passé mais je crois qu’avec les deux derniers albums du groupe, nous avons réussi à combiner les deux éléments de façon à ce que nos albums aient des parties acoustiques et électriques combinées.

Comme pour la pièce Scalpel et Choke, même Voices.

Effectivement. C’est le meilleur des deux mondes.Nos deux derniers albums possèdent ce mix de sonorités. Donc, on vous met directement le mini-album acoustique en plein dans l’album hahahha !

Tu es celui qui écrit la grande majorité des chansons d’Alice in Chains donc tu es le mieux placé pour répondre à cette question : Crois-tu que le groupe continuera d’enregistrer et de produire des albums pour un autre 5, 10 ou même 15 ans ?

Qui sait ?Mais en même temps, nous ne pouvons pas voir aussi loin et anticiper des choses qui peuvent être hors de notre contrôle. Nous devons nous arranger pour faire ce que nous faisons le mieux et ce, dès maintenant. Nous vivons le moment présent, ce qui peut paraitre un peu ordinaire comme réponse mais c’est ça. Nous sommes-là depuis longtemps, nous avons passé au travers de nombreuses épreuves mais tu ne peux jamais savoir ce qui peut t’attendre dans le détour. Tu ne peux pas savoir combien de temps il te reste à faire ce genre métier mais il y a une seule chose pour laquelle tu peux être absolument certain : C’est qu’un jour, ça va arrêter. Et pour tout le monde, peu importe ton domaine. Nous ne faisons que continuer notre travail, nous nous entendons bien mais nous ne passons pas de temps à penser ou à discuter de la fin du groupe. Comme je le disais, il faut que tu profites du moment et que tu apprécies ce qui t’arrive, tout en aimant ce que tu fais. Sinon, c’est terminé. Et de continuer à créer. C’est un élément particulier pour le groupe car personne dans Alice in Chains n’aurait pu croire que nous allions continuer avec tout ce qui nous est arrivé par la passé. Quand nous avons décidé de revenir ensemble, de faire de la tournée et de créer de la nouvelle musique qui allait être enregistrée, aucun membre du groupe n’aurait pu penser à ça mais maintenant, nous nous considérons privilégiés de pouvoir encore le faire et que des gens apprécient ce que nous faisons, même encore de nos jours. Les gens se préoccupent encore de nous, ce qui est fortement apprécié, une belle forme de reconnaissance et nous avons le même genre de sentiment envers eux car nous apprécions nos fans aussi pour ce qui est de leur dévouement, leur patience et leur compréhension.

Interruption de la responsable de la compagnie de disques qui nous annonce que je dois poser ma dernière question !

Quel a été l’impact de vos participations à des trames sonores comme celle de Singles ou celle de Last Action Hero ? Est-ce que ce sont des tournants majeurs dans la carrière du groupe ou seulement un coup d’épée dans l’eau ?

Singles a vraiment été amusant à faire. La musique et les films ont toujours été connectés, nous aimons tous les films donc de pouvoir proposer de la musique pour un film et pour Singles, d’y jouer, c’était encore plus spécial pour nous. Nous étions de bons amis avec Cameron Crowe, le réalisateur du film Singles. Pour lui, c’était important de faire un film musical car il est un amateur de musique avant tout. C’est intéressant de pouvoir avoir ce genre de films comme Singles où tu sens que la musique se marie avec cet art visuel aussi aisément. C’est un mariage qui peut sembler impossible pour plusieurs mais les preuves sont là car ce film a eu un certain succès, ainsi que sa trame sonore.

Et pour ce qui est de Last Action Hero ?

Ce n’était pas un très grand film ! Hahhahhaha !

Hahhahha, la trame sonore était meilleure que le film !

Oui, la trame sonore était vraiment cool. Nous avions deux pièces sur la trame sonore, deux chansons que j’aime bien, même encore aujourd’hui.

Donc Jerry, malgré le fait que j’ai encore des tonnes de questions, je n’ai plus de temps ! Ce fut un plaisir et un honneur de te parler !

Merci, on se reprend bientôt!

Lu 3373 fois Dernière modification le jeudi, 05 juin 2014 20:59
Évaluer cet élément
(0 Votes)