04 Déc 2014

Slipknot : Entrevue vidéo avec Corey Taylor pour Musik Universe Spécial

Ce n’est pas tous les jours qu’un webzine a la chance de s’entretenir avec Corey Taylor, le chanteur de Slipknot / Stone Sour. Musik Universe est allé faire une virée à Toronto pour rencontrer Corey et du même coup vous faire une critique et des photos du spectacle au Air Canada Center.

Durant l’entrevue, Corey nous parle de la tournée, de possibles spectacles au Québec en 2015, de BD, de la nouvelle bande annonce de Star Wars et il s'est ouvert de façon très honnête et sensible sur Paul Gray et Joey Jordison.

Pour les photos et critique du spectacle de Toronto, c'est ici :
http://www.musikuniverse.net/spectacles/item/1488-slipknot-et-korn-a-toronto-critique-et-photos-2014

Une entrevue à ne pas manquer!

Traduction française en bas de la vidéo :

 

MU : Alors je suis avec MusikUniverse, nous sommes basés à Montréal au Québec, alors j’ai conduit six heures pour venir vous voir aujourd’hui…

Corey : Oh mon dieu! (rires)

MU : ….et pour te rencontrer puisque vous ne venez pas jouer à Montréal pour l’instant.

Corey : Pas encore, pas encore…

MU : As-tu un scoop pour nous?

Corey : Ah, non pas encore non. On travaille sur quelque chose, mais je ne vais pas confirmer ou nier quoi que ce soit alors…

MU : C’est correct. Alors comment se passe la tournée jusqu’à présent?

Corey : C’est fantastique, je veux dire c’est l’une des meilleures tournées qu’on a jamais faite. En grande partie grâce au public bien sûr, mais aussi grâce aux groupes avec qui nous sommes en tournée. Je sais que King 810 ne sont pas là ce soir, ils ont eu des problèmes aux douanes, mais ils sont incroyables, des jeunes vraiment solides. Et nous sommes amis avec Korn depuis très longtemps et ceci est le genre de tournée qu’on essayait d’organiser depuis vraiment longtemps. Chaque fois qu’on se voit on essaie de planifier et d’organiser ça et c’est vraiment génial d’enfin pouvoir le faire à ce moment précis. On sentait que c’était le bon moment, c’était le destin.

MU : Cool. Et les nouveaux? Je vais te poser une question directement. Est-ce qu’ils sont seulement engagés ou est-ce qu’ils vont devenir des membres à part entière?

Corey : On verra bien n’est-ce pas? Personne ne se fait rien donner dans ce groupe, tout le monde mérite ce qu’il a dans ce groupe. C’est ce que je dis à tout le monde depuis le premier jour. Je sais que beaucoup de nos fans étaient fâchés car nous ne voulions pas nous engager à rien et j’ai dit : Oh! Attendez une minute! Ce groupe existe depuis 15 ans et nous avons fait beaucoup de choses ensemble. Alors tu ne gagnes pas quelque chose comme ça, tu le mérite ta place. Je peux dire qu’ils sont fantastiques et ils se débrouillent très bien. On s’entend bien avec eux sur scène, ils jouent super bien et on s’amuse. À part de ça, nous allons voir ce que nous allons voir.

MU : Et si, et je dis bien si, ils deviennent des membres officiels, allez-vous révéler leurs identités un jour?

Corey : Oui! Nous allons probablement le dire au monde l’an prochain. Mais pour l’instant, c’était plus important d’en finir avec les choses plus prioritaires : sortir l’album, faire un vidéo, faire Knotfest, faire les premières tournées. Simplement pour rétablir le groupe. Ce n’est pas seulement à propos de chacun des membres, c’est pourquoi on a décidé de faire ça comme ça. Ce n’est pas à propos d’eux, n’essayez pas de faire que ce soit à propos d’eux, ce qui compte en premier pour nous c’est la musique, le spectacle…

MU : Le collectif.

Corey : Exactement, le collectif, c’est à propos de ça. Et les gens oublient que c’était comme ça au début tu sais. Quand nous avons commencé, on mettait vraiment le groupe en avant-plan, en priorité. C’est seulement plus tard, alors que les différents membres ont commencé à faire d’autres projets que les fans ont commencé à nous connaître individuellement. C’est comme ça qu’ils nous ont connus. Ce n’est pas comme si on avait commencé comme ça dès le départ. Alors on essaie de revenir vers ça, mais quand le temps viendra, les gens sauront.

MU : Peux-tu décrire l’ambiance, comment c’était d’enregistrer sans Paul et Joey pour la première fois?

Corey : C’était difficile au début, surtout sans Paul. En plus d’être l’un des principaux compositeurs, il était aussi, à défaut de trouver un meilleur mot, le cheerleader. Il était tellement à fond, son optimisme était contagieux. On devenait excités et on en rajoutait encore plus, on mettait plus de jus, d’énergie. On pouvait vraiment sentir son absence, mais une fois qu’on s’est fait à l’idée que nous étions tous là-dedans ensemble et la musique sonnait vraiment bien, cela nous a tous aidé à nous laisser aller. Alors nous avons tous été chacun notre tour le cheerleader en motivant les autres et tout. Cela nous a aussi aidé à parler, parce qu’on n’avait pas réellement parlé de la situation de Paul. De le perdre et à travers quoi nous avions tous passé. Nous avons tous souffert individuellement en silence tu sais. Ça nous a donc aidés à nous reconnecter ensemble et je crois que c’est pour cela que l’album sonne de cette façon.

MU : Super. Et bien sûr je ne connaissais pas Paul de la façon dont vous le connaissiez, mais le seul autre membre que j’ai eu en entrevue était Paul à Montréal en 2009 et il était vraiment vraiment gentil.

Corey : Oui il était génial.

MU : J’ai vraiment de très bons souvenirs de cette entrevue, alors ce n’est pas la même chose du tout, mais il me manque aussi.

Corey : Oui, oui je comprends! Mais c’était ce qu’il y avait de spécial à propos de Paul, tu le rencontrais une fois et il te faisait sentir comme si vous vous connaissiez depuis toujours tu sais. Il te faisait sentir totalement à  l’aise immédiatement. C’était un cadeau vraiment, il était un putain de bon gars.

MU : Et corrige-moi si je me trompe, mais est-ce que « Skeptic » et « Goodbye » sur l’album sont des hommages à Paul?

Corey : « Skeptic » définitivement est vraiment à propos de lui en tant que personne. « Goodbye » est à propos de la journée où nous l’avons perdu. Nous étions tous assis dans ma maison et Clown, Fehn et moi revenions de l’hôtel où ils l’ont retrouvé. Et nous nous sommes tous rencontrés chez moi car on essayait de les éloigner de l’hôtel. Nous trois nous n’avons simplement pas écouté et nous y sommes allés directement. Alors on s’est retrouvés ensemble chez moi et on a juste perdu le contrôle, c’était très lourd et brutal, je ne souhaite cela à personne. C’est à propos de ça, d’être assis ensemble en demi-cercle en se fixant les uns les autres sans savoir quoi dire. En se sentant comme si on venait de tirer le tapis sous nos pieds. Alors la chanson d’une certaine façon est à propos de lui, mais c’est plutôt à propos de nous dans la situation, à ce moment-là, comment je me sentais. Mais « Skeptic » est tellement à propos de lui, son esprit. Tout est à propos de lui, les paroles, le pont, le refrain définitivement… C’est vraiment mon hommage à lui, à sa personnalité géniale.

MU : C’est une très belle chanson.

Corey : Oui.

MU : Je suis sûr qu’il serait fier de vous.

Corey : J’espère… Je l’espère vraiment.

MU : Est-ce qu’il y a d’autres moments ou chansons sur l’album qui sont inspirées par lui? Mis-à-part bien sûr le titre de l’album?

Corey : Il y a plusieurs brefs moments qui parlent de lui, mais beaucoup est aussi à propos… Je veux dire toutes les chansons reviennent à lui d’une certaine façon. Mais c’est aussi à propos de nous et de la façon dont nous vivons notre deuil et aussi avec la culpabilité, le déni, la frustration aussi, cet égoïsme-là tu sais. Et aussi l’altruisme, on se demande toujours s’il n’y a pas plus qu’on aurait pu faire et ensuite on se fâche contre soi-même, puis contre lui, puis se sentir coupable de s’être fâché contre lui. C’est un cercle vicieux de dépression qui s’abat sur toi. Alors chaque chanson se rapporte à nous et à Paul d’une certaine façon. Certaines sont plus directe et littérales, alors que d’autres sont plus contemplatives.

MU : D’accord. Donc je ne veux pas entrer dans les détails, je veux juste une réponse oui ou non. Est-ce que tu vois Joey revenir dans Slipknot un jour?

Corey : Je ne sais pas. Je ne sais pas… C’est difficile. L’une des raisons pour laquelle il est parti c’est qu’il allait dans une direction et nous allions dans l’autre. Et je veux dire à tous les sujets. Et par respect pour Joey, je n’en rajouterai pas plus, mais tu sais, l’avenir nous réserve des surprises que nul d’entre nous ne peut prévoir, alors tout ce que je peux dire est on verra. Mais je ne sais pas est un bon résumé.

MU : Beaucoup de fans, dont moi, trouvent que les enregistrements de batterie sur The Gray Chapter ressemblent vraiment beaucoup à ceux de Joey, mais évidemment il ne les a pas faits. Avez-vous demandé au nouveau batteur d’imiter un peu son style ou de ne pas trop changer cet élément de Slipknot?

Corey : Non, non. On l’a plutôt laissé aller. Ce qui est génial à propos de notre batteur c’est qu’il a grandi en tant que fan. Il vient à nos spectacles depuis qu’il est tout petit. Son style s’adonne simplement à avoir ce même genre de frénésie et c’était un soulagement, c’était l’une des raisons pour laquelle on le voulait. On ne voulait pas un clone si je peux le dire ainsi. On voulait quelqu’un qui pouvait techniquement accomplir tout le vieux matériel, mais qui avait aussi son propre style. Et c’est ce qu’il a, ce style vraiment distinct qui s’adonne vraiment bien avec tout ce qu’on fait. Mais on l’a vraiment laissé aller, on l’encourageait bien sûr à explorer les différentes parties et à atteindre d’autres niveaux au lieu de juste s’asseoir et de faire ce qui serait comme on dit normal, si on veut. Alors en grande partie on l’a simplement laissé faire.

MU : C’est bien. Et avez-vous déjà planifié le prochain simple ou le prochain vidéoclip de l’album?

Corey : On en parle oui. Il y a trois ou quatre chansons dont on discute, mais on ne sait toujours pas trop ce qu’on va faire encore. Ça devrait être bientôt, c’est tout ce que je sais.

MU : Tu ne peux pas nous dire encore…?

Corey : Non pas encore.

MU : Et qu’en est-il de « Killpop »?

Corey : Ça, ça s’en vient, ce ne sera pas la prochaine je crois, mais ça s’en vient.

MU : Cool, c’est vraiment une bonne chanson.

Corey : Oui, elle est excellente, merci!

MU : Alors on a parlé de Montréal un peu plus tôt, peux-tu confirmer que tu vas jouer dans notre province en 2015?

Corey : Nous allons essayer oui absolument. Je veux dire il y a tellement d’endroits où nous ne sommes pas allés depuis longtemps ou où nous n’avons jamais joué un gros spectacle complet. Le Canada je veux dire on pourrait être ici pendant un mois et essayer d’aller partout le plus possible et on ne serait même pas capable de tout couvrir alors. Donc on veut vraiment venir ici et en faire le plus qu’on peut incluant le Québec, essayer d’aller en Nouvelle-Écosse et les autres provinces. Je ne sais pas où on jouerait dans les Territoires du Nord-Ouest, mais il doit y avoir quelque chose là-bas, quelque chose près de la baie, c’est sûr il me semble.

MU : Il y a des Inouks

Corey : Oui! On verra. Alors voilà on y pense définitivement, c’est dans notre radar.

MU : Cool. Je sais que tu es un grand fan de bandes-dessinées.

Corey : Oui je le suis.

MU : Quelles sont tes plus récentes trouvailles? Je sais que dans chaque ville tu essaie d’en magasiner un peu et d’en trouver.

Corey : Oui j’essaie. Je ne peux plus autant maintenant.

MU : Non?

Corey : Non, c’est dur pour moi de sortir autant maintenant. C’est un peu fou. Même avec le masque tu sais. Je vais à une seule place et ça devient un peu intense après un bout de temps. Mais je sors toujours et quand je suis à la maison il y a un magasin local de bandes dessinées auquel je vais depuis 15 ans. Et ils me connaissent tous là-bas et ils s’en foutent de ce que je fais, alors c’est quand même cool je peux rentrer et magasiner en paix. Mais je vais acheter pas mal tout ce que Warren Ellis ou Garth Ennis vont faire parce que j’adore leur écriture et leur style. Donc je suis pas mal ceux-là, rien ne me vient vraiment à l’esprit. Ah et Grant Morrison aussi.

MU : Je vais reformuler ma question. Quelle est l’une de tes pièces préférées dans ta collection

Corey : Oh, Preacher, définitivement. Oui, j’ai toutes les bandes dessinées et tous les graphiques aussi. Ça et Transmetropolitan sont mes deux titres préférés de tous les temps tout simplement parce que l’écriture dans ces deux séries est tout à fait incroyable.

MU : Super. Et dernière question : la dernière fois que tu es venu jouer acoustique à Montréal tu portais  un coton ouaté Star Wars.

Corey : Ah oui!

MU : Alors je voulais te demander ce que tu as pensé de la bande-annonce qui est sortie pour le prochain film?

Corey : Je l’ai trouvé génial. J’étais tellement énervé parce que j’étais bien inquiet comme beaucoup de fans de Star Wars, on ne voulait pas de « Episodes 1-2-3 » tu sais. Mais j’étais vraiment très content, j’ai adoré les effets qu’on a vu, la technologie. J’ai aimé le light saber qu’on a vu, même si tout le monde s’en est plaint, calmez-vous!  C’est super cool, fermez-la! Et voir le "Millenium Falcon" à la fin tu sais, j’ai hurlé. J’ai perdu l’esprit. J’étais tellement excité, ça me semble vraiment intriguant. Et je crois que ça été confirmé que c’est Andy Serkis qui fait la voix qu’on entend et je crois qu’il va avoir un rôle central, on ne le verra pas beaucoup mais il fera partie de tout ça. Alors je suis vraiment excité, en tant que réel fan, ça l’air super beau et ça faisait du bien de ressentir cette excitation à nouveau et j’ai vraiment très hâte de le voir.               

MU : Excellent. Merci Corey pour ton temps précieux et j’espère te revoir à Montréal en 2015.

Corey : On travaille définitivement là-dessus.

MU : Bonne chance avec la nouvelle tournée.

Corey : Merci beaucoup

MU : Et prends soin de toi.

Corey : Oui je ferai de mon mieux.

MU : Merci.

******************************

ENTREVUE ET VIDÉO : Patryk Pigeon
TRADUCTION : Sophie Ferrandino

 

MU : Alors je suis avec MusikUniverse, nous sommes basés à Montréal au Québec, alors j’ai conduit six heures pour venir vous voir aujourd’hui…

Corey : Oh mon dieu! (rires)

MU : ….et pour te rencontrer puisque vous ne venez pas jouer à Montréal pour l’instant.

Corey : Pas encore, pas encore…

MU : As-tu un scoop pour nous?

Corey : Ah, non pas encore non. On travaille sur quelque chose, mais je ne vais pas confirmer ou nier quoi que ce soit alors…

MU : C’est correct. Alors comment se passe la tournée jusqu’à présent?

Corey : C’est fantastique, je veux dire c’est l’une des meilleures tournées qu’on a jamais faite. En grande partie grâce au public bien sûr, mais aussi grâce aux groupes avec qui nous sommes en tournée. Je sais que King 810 ne sont pas là ce soir, ils ont eu des problèmes aux douanes, mais ils sont incroyables, des jeunes vraiment solides. Et nous sommes amis avec Korn depuis très longtemps et ceci est le genre de tournée qu’on essayait d’organiser depuis vraiment longtemps. Chaque fois qu’on se voit on essaie de planifier et d’organiser ça et c’est vraiment génial d’enfin pouvoir le faire à ce moment précis. On sentait que c’était le bon moment, c’était le destin.

MU : Cool. Et les nouveaux? Je vais te poser une question directement. Est-ce qu’ils sont seulement engagés ou est-ce qu’ils vont devenir des membres à part entière?

Corey : On verra bien n’est-ce pas? Personne ne se fait rien donner dans ce groupe, tout le monde mérite ce qu’il a dans ce groupe. C’est ce que je dis à tout le monde depuis le premier jour. Je sais que beaucoup de nos fans étaient fâchés car nous ne voulions pas nous engager à rien et j’ai dit : Oh! Attendez une minute! Ce groupe existe depuis 15 ans et nous avons fait beaucoup de choses ensemble. Alors tu ne gagnes pas quelque chose comme ça, tu le mérite ta place. Je peux dire qu’ils sont fantastiques et ils se débrouillent très bien. On s’entend bien avec eux sur scène, ils jouent super bien et on s’amuse. À part de ça, nous allons voir ce que nous allons voir.

MU : Et si, et je dis bien si, ils deviennent des membres officiels, allez-vous révéler leurs identités un jour?

Corey : Oui! Nous allons probablement le dire au monde l’an prochain. Mais pour l’instant, c’était plus important d’en finir avec les choses plus prioritaires : sortir l’album, faire un vidéo, faire Knotfest, faire les premières tournées. Simplement pour rétablir le groupe. Ce n’est pas seulement à propos de chacun des membres, c’est pourquoi on a décidé de faire ça comme ça. Ce n’est pas à propos d’eux, n’essayez pas de faire que ce soit à propos d’eux, ce qui compte en premier pour nous c’est la musique, le spectacle…

MU : Le collectif.

Corey : Exactement, le collectif, c’est à propos de ça. Et les gens oublient que c’était comme ça au début tu sais. Quand nous avons commencé, on mettait vraiment le groupe en avant-plan, en priorité. C’est seulement plus tard, alors que les différents membres ont commencé à faire d’autres projets que les fans ont commencé à nous connaître individuellement. C’est comme ça qu’ils nous ont connus. Ce n’est pas comme si on avait commencé comme ça dès le départ. Alors on essaie de revenir vers ça, mais quand le temps viendra, les gens sauront.

MU : Peux-tu décrire l’ambiance, comment c’était d’enregistrer sans Paul et Joey pour la première fois?

Corey : C’était difficile au début, surtout sans Paul. En plus d’être l’un des principaux compositeurs, il était aussi, à défaut de trouver un meilleur mot, le cheerleader. Il était tellement à fond, son optimisme était contagieux. On devenait excités et on en rajoutait encore plus, on mettait plus de jus, d’énergie. On pouvait vraiment sentir son absence, mais une fois qu’on s’est fait à l’idée que nous étions tous là-dedans ensemble et la musique sonnait vraiment bien, cela nous a tous aidé à nous laisser aller. Alors nous avons tous été chacun notre tour le cheerleader en motivant les autres et tout. Cela nous a aussi aidé à parler, parce qu’on n’avait pas réellement parlé de la situation de Paul. De le perdre et à travers quoi nous avions tous passé. Nous avons tous souffert individuellement en silence tu sais. Ça nous a donc aidés à nous reconnecter ensemble et je crois que c’est pour cela que l’album sonne de cette façon.

MU : Super. Et bien sûr je ne connaissais pas Paul de la façon dont vous le connaissiez, mais le seul autre membre que j’ai eu en entrevue était Paul à Montréal en 2009 et il était vraiment vraiment gentil.

Corey : Oui il était génial.

MU : J’ai vraiment de très bons souvenirs de cette entrevue, alors ce n’est pas la même chose du tout, mais il me manque aussi.

Corey : Oui, oui je comprends! Mais c’était ce qu’il y avait de spécial à propos de Paul, tu le rencontrais une fois et il te faisait sentir comme si vous vous connaissiez depuis toujours tu sais. Il te faisait sentir totalement à  l’aise immédiatement. C’était un cadeau vraiment, il était un putain de bon gars.

MU : Et corrige-moi si je me trompe, mais est-ce que « Skeptic » et « Goodbye » sur l’album sont des hommages à Paul?

Corey : « Skeptic » définitivement est vraiment à propos de lui en tant que personne. « Goodbye » est à propos de la journée où nous l’avons perdu. Nous étions tous assis dans ma maison et Clown, Fehn et moi revenions de l’hôtel où ils l’ont retrouvé. Et nous nous sommes tous rencontrés chez moi car on essayait de les éloigner de l’hôtel. Nous trois nous n’avons simplement pas écouté et nous y sommes allés directement. Alors on s’est retrouvés ensemble chez moi et on a juste perdu le contrôle, c’était très lourd et brutal, je ne souhaite cela à personne. C’est à propos de ça, d’être assis ensemble en demi-cercle en se fixant les uns les autres sans savoir quoi dire. En se sentant comme si on venait de tirer le tapis sous nos pieds. Alors la chanson d’une certaine façon est à propos de lui, mais c’est plutôt à propos de nous dans la situation, à ce moment-là, comment je me sentais. Mais « Skeptic » est tellement à propos de lui, son esprit. Tout est à propos de lui, les paroles, le pont, le refrain définitivement… C’est vraiment mon hommage à lui, à sa personnalité géniale.

MU : C’est une très belle chanson.

Corey : Oui.

MU : Je suis sûr qu’il serait fier de vous.

Corey : J’espère… Je l’espère vraiment.

MU : Est-ce qu’il y a d’autres moments ou chansons sur l’album qui sont inspirées par lui? Mis-à-part bien sûr le titre de l’album?

Corey : Il y a plusieurs brefs moments qui parlent de lui, mais beaucoup est aussi à propos… Je veux dire toutes les chansons reviennent à lui d’une certaine façon. Mais c’est aussi à propos de nous et de la façon dont nous vivons notre deuil et aussi avec la culpabilité, le déni, la frustration aussi, cet égoïsme-là tu sais. Et aussi l’altruisme, on se demande toujours s’il n’y a pas plus qu’on aurait pu faire et ensuite on se fâche contre soi-même, puis contre lui, puis se sentir coupable de s’être fâché contre lui. C’est un cercle vicieux de dépression qui s’abat sur toi. Alors chaque chanson se rapporte à nous et à Paul d’une certaine façon. Certaines sont plus directe et littérales, alors que d’autres sont plus contemplatives.

MU : D’accord. Donc je ne veux pas entrer dans les détails, je veux juste une réponse oui ou non. Est-ce que tu vois Joey revenir dans Slipknot un jour?

Corey : Je ne sais pas. Je ne sais pas… C’est difficile. L’une des raisons pour laquelle il est parti c’est qu’il allait dans une direction et nous allions dans l’autre. Et je veux dire à tous les sujets. Et par respect pour Joey, je n’en rajouterai pas plus, mais tu sais, l’avenir nous réserve des surprises que nul d’entre nous ne peut prévoir, alors tout ce que je peux dire est on verra. Mais je ne sais pas est un bon résumé.

MU : Beaucoup de fans, dont moi, trouvent que les enregistrements de batterie sur The Gray Chapter ressemblent vraiment beaucoup à ceux de Joey, mais évidemment il ne les a pas faits. Avez-vous demandé au nouveau batteur d’imiter un peu son style ou de ne pas trop changer cet élément de Slipknot?

Corey : Non, non. On l’a plutôt laissé aller. Ce qui est génial à propos de notre batteur c’est qu’il a grandi en tant que fan. Il vient à nos spectacles depuis qu’il est tout petit. Son style s’adonne simplement à avoir ce même genre de frénésie et c’était un soulagement, c’était l’une des raisons pour laquelle on le voulait. On ne voulait pas un clone si je peux le dire ainsi. On voulait quelqu’un qui pouvait techniquement accomplir tout le vieux matériel, mais qui avait aussi son propre style. Et c’est ce qu’il a, ce style vraiment distinct qui s’adonne vraiment bien avec tout ce qu’on fait. Mais on l’a vraiment laissé aller, on l’encourageait bien sûr à explorer les différentes parties et à atteindre d’autres niveaux au lieu de juste s’asseoir et de faire ce qui serait comme on dit normal, si on veut. Alors en grande partie on l’a simplement laissé faire.

MU : C’est bien. Et avez-vous déjà planifié le prochain simple ou le prochain vidéoclip de l’album?

Corey : On en parle oui. Il y a trois ou quatre chansons dont on discute, mais on ne sait toujours pas trop ce qu’on va faire encore. Ça devrait être bientôt, c’est tout ce que je sais.

MU : Tu ne peux pas nous dire encore…?

Corey : Non pas encore.

MU : Et qu’en est-il de « Killpop »?

Corey : Ça, ça s’en vient, ce ne sera pas la prochaine je crois, mais ça s’en vient.

MU : Cool, c’est vraiment une bonne chanson.

Corey : Oui, elle est excellente, merci!

MU : Alors on a parlé de Montréal un peu plus tôt, peux-tu confirmer que tu vas jouer dans notre province en 2015?

Corey : Nous allons essayer oui absolument. Je veux dire il y a tellement d’endroits où nous ne sommes pas allés depuis longtemps ou où nous n’avons jamais joué un gros spectacle complet. Le Canada je veux dire on pourrait être ici pendant un mois et essayer d’aller partout le plus possible et on ne serait même pas capable de tout couvrir alors. Donc on veut vraiment venir ici et en faire le plus qu’on peut incluant le Québec, essayer d’aller en Nouvelle-Écosse et les autres provinces. Je ne sais pas où on jouerait dans les Territoires du Nord-Ouest, mais il doit y avoir quelque chose là-bas, quelque chose près de la baie, c’est sûr il me semble.

MU : Il y a des Inouks

Corey : Oui! On verra. Alors voilà on y pense définitivement, c’est dans notre radar.

MU : Cool. Je sais que tu es un grand fan de bandes-dessinées.

Corey : Oui je le suis.

MU : Quelles sont tes plus récentes trouvailles? Je sais que dans chaque ville tu essaie d’en magasiner un peu et d’en trouver.

Corey : Oui j’essaie. Je ne peux plus autant maintenant.

MU : Non?

Corey : Non, c’est dur pour moi de sortir autant maintenant. C’est un peu fou. Même avec le masque tu sais. Je vais à une seule place et ça devient un peu intense après un bout de temps. Mais je sors toujours et quand je suis à la maison il y a un magasin local de bandes dessinées auquel je vais depuis 15 ans. Et ils me connaissent tous là-bas et ils s’en foutent de ce que je fais, alors c’est quand même cool je peux rentrer et magasiner en paix. Mais je vais acheter pas mal tout ce que Warren Ellis ou Garth Ennis vont faire parce que j’adore leur écriture et leur style. Donc je suis pas mal ceux-là, rien ne me vient vraiment à l’esprit. Ah et Grant Morrison aussi.

MU : Je vais reformuler ma question. Quelle est l’une de tes pièces préférées dans ta collection

Corey : Oh, Preacher, définitivement. Oui, j’ai toutes les bandes dessinées et tous les graphiques aussi. Ça et Transmetropolitan sont mes deux titres préférés de tous les temps tout simplement parce que l’écriture dans ces deux séries est tout à fait incroyable.

MU : Super. Et dernière question : la dernière fois que tu es venu jouer acoustique à Montréal tu portais  un coton ouaté Star Wars.

Corey : Ah oui!

MU : Alors je voulais te demander ce que tu as pensé de la bande-annonce qui est sortie pour le prochain film?

Corey : Je l’ai trouvé génial. J’étais tellement énervé parce que j’étais bien inquiet comme beaucoup de fans de Star Wars, on ne voulait pas de « Episodes 1-2-3 » tu sais. Mais j’étais vraiment très content, j’ai adoré les effets qu’on a vu, la technologie. J’ai aimé le light saber qu’on a vu, même si tout le monde s’en est plaint, calmez-vous!  C’est super cool, fermez-la! Et voir le "Millenium Falcon" à la fin tu sais, j’ai hurlé. J’ai perdu l’esprit. J’étais tellement excité, ça me semble vraiment intriguant. Et je crois que ça été confirmé que c’est Andy Serkis qui fait la voix qu’on entend et je crois qu’il va avoir un rôle central, on ne le verra pas beaucoup mais il fera partie de tout ça. Alors je suis vraiment excité, en tant que réel fan, ça l’air super beau et ça faisait du bien de ressentir cette excitation à nouveau et j’ai vraiment très hâte de le voir.               

MU : Excellent. Merci Corey pour ton temps précieux et j’espère te revoir à Montréal en 2015.

Corey : On travaille définitivement là-dessus.

MU : Bonne chance avec la nouvelle tournée.

Corey : Merci beaucoup

MU : Et prends soin de toi.

Corey : Oui je ferai de mon mieux.

MU : Merci.

Lu 7496 fois Dernière modification le jeudi, 04 décembre 2014 02:06
Évaluer cet élément
(1 Vote)