07 Fév 2016

Megadeth : Entrevue avec Dave Mustaine (2016) Spécial

Patryk Pigeon de Musik Universe a eu la chance de discuter avec Dave Mustaine de la formation Megadeth au sujet du nouvel album Dystopia, de l'édition de luxe de l'album, de Chris Adler, du FEQ, du spectacle au Centre Vidéotron en mars prochain et de beaucoup plus!

TRADUCTION FRANÇAISE EN BAS DE LA VIDÉO :

 

MU : Salut Dave.

Dave : Salut, ca va?

MU : Bien et toi? Merci.

Dave : Bien, merci.

MU : Merci beaucoup de prendre du temps pour nous parler. On est Musik Universe, de Montréal. Le nouvel album, Dystopia, vient de sortir et j'ai remarqué que les ventes vont bien. Tu dois être fier de ça, non?

Dave : Oui. Dystopia est arrivé au deuxième rang du Billboard au Canada, ce qui est notre meilleur classement pour ce pays.

MU : Est-ce que tu t'attendais à de tels résultats après avoir entendu le produit final? Avais-tu un bon pressentiment?

Dave : J'étais très excité quand j'ai entendu l'album. On espère toujours pour le mieux et si on est intelligent, on prévoit le pire. De manière réaliste, on pense se tomber au milieu, mais présentement, on est dans le mieux.  

MU : Quel est le concept derrière la pochette de l'album? On y voit Victor entouré de chaos. Était-ce une de tes idées?

Dave : Et bien, c'est en quelque sorte comme si on regardait dans le futur. On se retrouve dans un monde où les gens auront laissé toutes sortes de folies continuer. Je pense que si on regarde ce qui se passe dans le monde, comme la destruction du Moyen-Orient avec des bombardements un peu partout... je veux dire, imagine que ça arrive ici.

MU : J'espère que ça n'arrivera pas ici! Il y a aussi une édition spéciale de Dystopia qui vient avec un casque de réalité virtuelle. Quelle est l'idée derrière ça? Pour ceux qui n'ont pas encore cette édition, pourrais-tu expliquer quelle en est l'utilité?

Dave : C'est une nouvelle technologie et on voulait la montrer à nos fans. On a toujours aimé être à la fine pointe de la technologie et on veut que nos fans soient en mesure d'écouter notre musique dans une mise en situation des plus idéales. À ma connaissance, nous sommes le premier groupe à faire appel à cette technologie. On est aussi le premier groupe à avoir eu un site Internet, depuis le 31 octobre 1994. Aucun groupe n'en avait un à cette époque: on a été les premiers. On aime être les premiers.

MU : Que verront les fans quand ils vont porter le casque?

Dave : Il nous verrons nous, les quatre membres, Chris Adler, David Ellefson, Kikou Loureiro et moi. On performe cinq chansons : Fatal Illusion, The Threat Is Real, Dystopia, Post American World et Poisonous Shadows. Sur cette dernière, il y a des gens aux orchestrations dans l'arrière-plan. C'est très cool. C'est fait avec une caméra qui fonctionne à 360 degrés. Ça ressemble aux jeux vidéo en vision subjective, mais sans être stationnaire. Tout bouge peu importe où la personne qui porte le casque décide d'aller. Elle peut même aller derrière nous si elle le veut. De plus, l'audio fonctionne en conséquence. Par exemple, si la personne me regarde en face, elle va entendre la musique comme si elle venait d'en avant, mais si elle décide de se placer entre le batteur et moi, elle va entendre ma voix d'un côté et la batterie de l'autre. On essaie toujours de notre mieux pour apporter quelque chose de nouveau aux fans.

MU : Corrige-moi si me trompe, je crois que le premier spectacle du nouveau line-up a eu lieu l'an dernier au Festival d'été de Québec. As-tu de bons souvenirs de ce spectacle?

Dave : Oui, tu as raison, c'était cool. Tu sais, des fois on va à des places sans trop savoir à quoi s'attendre, ce qui fait un peu peur. C'est ce qui nous est arrivé. Je vais te dire que c'est le premier spectacle pour lequel on a joué tous les quatre ensembles, devant 80 000 personnes, sans gérant de tournée. On était seuls. J'étais assez nerveux. Quand le spectacle a pris fin et que tout le monde était bien content, la pression a disparue. C'étai très cool, les gars ont aimé ça, mais j'aimerais ne pas avoir à subir tout ce stresse et cette pression à nouveau. Par contre, je dois dire que c'était très excitant.

MU : J'y étais! C'était super! J'ai l'habitude de voir Megadeth jouer ici, à Montréal, mais j'étais curieux de voir ça avec Chris et Kiko.

Dave : As-tu eu la chance de les rencontrer?

MU : J'ai rencontré Chris à deux reprises, mais je n'ai jamais rencontré Kiko. J'ai déjà interviewer David une fois. Je t'ai aussi vu au NAMM 2015. J'ai pris quelques photos de toi, mais on n'a pas pu se parler.

Dave : C'est toujours comme ça avec ce genre d'événement.

MU : En parlant de la ville de Québec, le prochain spectacle dans notre province aura lieu au nouveau Centre Vidéotron, le 24 mars. À quoi pourront s'attendre les fans?

Dave : Bien, les gens qui étaient au Festival d'été de Québec comme toi, pourront sans doute remarquer qu'on prendra ça beaucoup plus relax. Ils pourront voir que nos interactions sur scène seront plus aisées. De plus, ils seront sans doute contents de pouvoir entendre des nouvelles chansons, comme Fatal Illusion, qu'on ne jouait pas encore à notre dernier passage. On pratique aussi les quatre autres chansons que je t'ai mentionné pour le casque de réalité virtuelle, alors on verra de ce côté-là.

MU : Ma chanson préférée de l'album est Poisonous Shadows. Es-tu donc en train de me dire que vous allez la jouer?

Dave : Tout le monde dit ça! C'est tellement étrange que la majorité des gens me le dise. Elle possède beaucoup de qualités propres au son de Megadeth. Beaucoup de gens pensent comme toi et je dois dire que je suis d'accord.

MU : Je crois qu'il y a beaucoup d'éléments dans cette chanson qui nous rappellent tous les points forts de Megadeth, comme Mary Jane, My Darkest Hours et même les chansons les plus rapides. Je pense qu'elle possède tout ce qu'il faut.

Dave : Merci!

MU : Maintenant, parlons de Montréal. Est-ce que le groupe sera de passage ici prochainement?

Dave : Hum, je ne pense pas. Je vais voir si j'ai de l'information là-dessus, mais j'en doute. C'est certain qu'on va repasser un jour. Si tu veux, tu peux me poser ta prochaine question pendant que je regarde.

MU : Bien des rumeurs disaient que le groupe serait présent au Heavy MTL, mais ce n'est pas le cas. On se demande donc quand sera la prochaine visite.

Dave : On aime jouer à Montréal, mais je n'ai rien trouvé qui m'indique qu'on va y jouer. Si la chance n d'y être se présente, il faut la saisir. Une grande histoire d'amour est née entre nous et Montréal quand on a été les seuls à jouer pendant la crise du verglas. On sent que la ville nous a adopté. Par contre, je ne me suis pas encore habitué à votre pizza. C'est ce qui est drôle avec le Canada : tout se ressemble sans être nécessairement la même chose.

MU : As-tu essayé la poutine?

Dave : Oui, mais je n'aime pas vraiment ça, c'est juste du fromage en grain. J'y avais goûté avec l'ancien line-up.

MU : Parlons  un peu de Chris. Est-ce qu'il va jouer pour tous les spectacles de Megadeth? Est-ce un membre permanent? Est-il possible qu'il ne puisse pas toujours être là à cause de Lamb of God? Si c'est le cas, qui le remplacerait  en cas de non-disponibilité?

Dave : Si on demande à Chris, il va dire qu'il veut jouer dans chacun des spectacles, alors c'est ce qu'on essaie de faire. S'il arrive qu'il ne peut pas être présent pour certaines dates, il a déjà choisi personnellement celui qui assumerait son rôle. Il s'agit de Tony Laureano, qui a notamment déjà joué avec Nile et Dimmu Borgir. C'est un excellent batteur. Les deux apportent une touche différente, mais les chansons restent les mêmes.

MU : As-tu déjà demandé à Chris de devenir un membre permanent à temps plein et de laisser Lamb of God ou bien n'en a-t-il jamais été question?

Dave : Au fond, c'est ce que je voudrais, mais en même temps, je ne veux pas créer de problèmes avec Lamb of God parce que je respecte le groupe. C'est son groupe. Pour l'instant, les choses vont très bien et je pense que le mieux c'est de voir où vont aller les choses. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Lamb of God pourrait décider de prendre une petite pause, ce qui laisserait à Chris plus de temps pour Megadeth. Ce qui est bien avec notre groupe en ce moment, c'est que nous ne sommes pas constamment en tournée. Grâce aux fans, on peut survivre sans avoir à être constamment sur la route, ce qui nous permet d'être plus sélectifs quant aux tournées et spectacles auxquels on participe. D'un côté, on veut vraiment jouer partout, mais il ne faut tout de même pas se surmener. Il y a eu des tournées qui ont été horribles pour nous et pour les fans qui ont pu le ressentir. À nos débuts, c'était vraiment plaisant, mais après quelques années, surtout après Risk et The World Needs a Hero, les choses ont changées. Ce n'était pas une période facile. On a aussi passé un certain temps avec James MacDonough et James LoMenzo par la suite et ce n'était pas évident. Ce n'était pas de leur faute, ils sont super. Ce n'était simplement pas facile.

MU : Je sens que tu es beaucoup plus heureux maintenant.

Dave : C'est très difficile d'être persécuté de toutes parts et d'être heureux avec ça. Maintenant, c'est moins pire. On peut regarder les palmarès de vente et on est au deuxième rang. Ce n'est pas arrivé depuis Countdown To Extinction (1992). On a réussi un tour de force avec le marché actuel. Arriver à égaler le meilleur de ce qu'on a fait 24 ans plus tard, c'est quelque chose. Souvent, quand les chiffres de ventes augmentent ainsi, c'est lorsqu'un artiste meurt où qu'il prend sa retraite, ce qui est tout à fait honorable. Les gens veulent encourager.

MU : Qu'arrive-t-il avec Gigantour? Est-ce que c'est terminé?

Dave : C'est drôle que tu le mentionnes, car on en parlait il y a deux jours. On a pris une pause de cette tournée. L'industrie du heavy métal change. Dystopia remporte un grand succès. Le métal est très populaire dans des temps plus difficiles comme c'est le cas présentement. Beaucoup de groupes redeviennent populaires comme Iron Maiden, Black Sabbath, Megadeth, Anthrax. Je crois aussi que Slayer va bientôt lancer un nouvel album. Espérons que cet élan de popularité du métal va favoriser le retour de ce genre de spectacle.

MU : Il me semble que tu as déjà dit en entrevue que tu pensais enregistrer à nouveau le premier album du groupe, Killing Is My Business... and Business Is Good! Est-ce que c'est encore dans tes plans?

Dave : C'est quand même drôle, parce qu'il m'arrive de dire des choses sans trop y penser. Par exemple, toi et moi on pourrait boire une bière et manger de la poutine en parlant de tout et de rien. Tu pourrais me demander quelles chansons j'aimerais enregistrer à nouveau et les personnes à côté vont avoir entendu. C'est vrai que j'ai dit que j'aimerais enregistrer l'album à nouveau, mais est-ce que c'est vraiment quelque chose que je veux? Ça ne se fait pas en claquant des doigts. Je ne pense pas que j'aimerais réellement le faire. Si j'étais pour enregistrer des vieilles chansons, je pense que ce serait plutôt des réinterprétations de nos plus grands succès. Je crois qu'entre se concentrer sur un seul album et réinterpréter des succès avec le nouveau line-up, la deuxième option s'avère beaucoup plus intéressante.

MU : J'aime l'idée! Merci beaucoup de nous avoir accordé de ton temps. Je te souhaite la meilleure des chances avec le nouvel album, Dystopia. J'espère te voir à Montréal cette année et j'irai te voir à Québec le 24 mars au Centre Vidéotron. Merci encore Dave.

Dave : Tu viendras me saluer et on va pouvoir se reparler.

MU : Prends soin de toi.

Dave : À bientôt.

 

TRADUCTION : Christelle Zelaya

MU : Salut Dave.

Dave : Salut, ca va?

MU : Bien et toi? Merci.

Dave : Bien, merci.

MU : Merci beaucoup de prendre du temps pour nous parler. On est Musik Universe, de Montréal. Le nouvel album, Dystopia, vient de sortir et j'ai remarqué que les ventes vont bien. Tu dois être fier de ça, non?

Dave : Oui. Dystopia est arrivé au deuxième rang du Billboard au Canada, ce qui est notre meilleur classement pour ce pays.

MU : Est-ce que tu t'attendais à de tels résultats après avoir entendu le produit final? Avais-tu un bon pressentiment?

Dave : J'étais très excité quand j'ai entendu l'album. On espère toujours pour le mieux et si on est intelligent, on prévoit le pire. De manière réaliste, on pense se tomber au milieu, mais présentement, on est dans le mieux.  

MU : Quel est le concept derrière la pochette de l'album? On y voit Victor entouré de chaos. Était-ce une de tes idées?

Dave : Et bien, c'est en quelque sorte comme si on regardait dans le futur. On se retrouve dans un monde où les gens auront laissé toutes sortes de folies continuer. Je pense que si on regarde ce qui se passe dans le monde, comme la destruction du Moyen-Orient avec des bombardements un peu partout... je veux dire, imagine que ça arrive ici.

MU : J'espère que ça n'arrivera pas ici! Il y a aussi une édition spéciale de Dystopia qui vient avec un casque de réalité virtuelle. Quelle est l'idée derrière ça? Pour ceux qui n'ont pas encore cette édition, pourrais-tu expliquer quelle en est l'utilité?

Dave : C'est une nouvelle technologie et on voulait la montrer à nos fans. On a toujours aimé être à la fine pointe de la technologie et on veut que nos fans soient en mesure d'écouter notre musique dans une mise en situation des plus idéales. À ma connaissance, nous sommes le premier groupe à faire appel à cette technologie. On est aussi le premier groupe à avoir eu un site Internet, depuis le 31 octobre 1994. Aucun groupe n'en avait un à cette époque: on a été les premiers. On aime être les premiers.

MU : Que verront les fans quand ils vont porter le casque?

Dave : Il nous verrons nous, les quatre membres, Chris Adler, David Ellefson, Kikou Loureiro et moi. On performe cinq chansons : Fatal Illusion, The Threat Is Real, Dystopia, Post American World et Poisonous Shadows. Sur cette dernière, il y a des gens aux orchestrations dans l'arrière-plan. C'est très cool. C'est fait avec une caméra qui fonctionne à 360 degrés. Ça ressemble aux jeux vidéo en vision subjective, mais sans être stationnaire. Tout bouge peu importe où la personne qui porte le casque décide d'aller. Elle peut même aller derrière nous si elle le veut. De plus, l'audio fonctionne en conséquence. Par exemple, si la personne me regarde en face, elle va entendre la musique comme si elle venait d'en avant, mais si elle décide de se placer entre le batteur et moi, elle va entendre ma voix d'un côté et la batterie de l'autre. On essaie toujours de notre mieux pour apporter quelque chose de nouveau aux fans.

MU : Corrige-moi si me trompe, je crois que le premier spectacle du nouveau line-up a eu lieu l'an dernier au Festival d'été de Québec. As-tu de bons souvenirs de ce spectacle?

Dave : Oui, tu as raison, c'était cool. Tu sais, des fois on va à des places sans trop savoir à quoi s'attendre, ce qui fait un peu peur. C'est ce qui nous est arrivé. Je vais te dire que c'est le premier spectacle pour lequel on a joué tous les quatre ensembles, devant 80 000 personnes, sans gérant de tournée. On était seuls. J'étais assez nerveux. Quand le spectacle a pris fin et que tout le monde était bien content, la pression a disparue. C'étai très cool, les gars ont aimé ça, mais j'aimerais ne pas avoir à subir tout ce stresse et cette pression à nouveau. Par contre, je dois dire que c'était très excitant.

MU : J'y étais! C'était super! J'ai l'habitude de voir Megadeth jouer ici, à Montréal, mais j'étais curieux de voir ça avec Chris et Kiko.

Dave : As-tu eu la chance de les rencontrer?

MU : J'ai rencontré Chris à deux reprises, mais je n'ai jamais rencontré Kiko. J'ai déjà interviewer David une fois. Je t'ai aussi vu au NAMM 2015. J'ai pris quelques photos de toi, mais on n'a pas pu se parler.

Dave : C'est toujours comme ça avec ce genre d'événement.

MU : En parlant de la ville de Québec, le prochain spectacle dans notre province aura lieu au nouveau Centre Vidéotron, le 24 mars. À quoi pourront s'attendre les fans?

Dave : Bien, les gens qui étaient au Festival d'été de Québec comme toi, pourront sans doute remarquer qu'on prendra ça beaucoup plus relax. Ils pourront voir que nos interactions sur scène seront plus aisées. De plus, ils seront sans doute contents de pouvoir entendre des nouvelles chansons, comme Fatal Illusion, qu'on ne jouait pas encore à notre dernier passage. On pratique aussi les quatre autres chansons que je t'ai mentionné pour le casque de réalité virtuelle, alors on verra de ce côté-là.

MU : Ma chanson préférée de l'album est Poisonous Shadows. Es-tu donc en train de me dire que vous allez la jouer?

Dave : Tout le monde dit ça! C'est tellement étrange que la majorité des gens me le dise. Elle possède beaucoup de qualités propres au son de Megadeth. Beaucoup de gens pensent comme toi et je dois dire que je suis d'accord.

MU : Je crois qu'il y a beaucoup d'éléments dans cette chanson qui nous rappellent tous les points forts de Megadeth, comme Mary Jane, My Darkest Hours et même les chansons les plus rapides. Je pense qu'elle possède tout ce qu'il faut.

Dave : Merci!

MU : Maintenant, parlons de Montréal. Est-ce que le groupe sera de passage ici prochainement?

Dave : Hum, je ne pense pas. Je vais voir si j'ai de l'information là-dessus, mais j'en doute. C'est certain qu'on va repasser un jour. Si tu veux, tu peux me poser ta prochaine question pendant que je regarde.

MU : Bien des rumeurs disaient que le groupe serait présent au Heavy MTL, mais ce n'est pas le cas. On se demande donc quand sera la prochaine visite.

Dave : On aime jouer à Montréal, mais je n'ai rien trouvé qui m'indique qu'on va y jouer. Si la chance n d'y être se présente, il faut la saisir. Une grande histoire d'amour est née entre nous et Montréal quand on a été les seuls à jouer pendant la crise du verglas. On sent que la ville nous a adopté. Par contre, je ne me suis pas encore habitué à votre pizza. C'est ce qui est drôle avec le Canada : tout se ressemble sans être nécessairement la même chose.

MU : As-tu essayé la poutine?

Dave : Oui, mais je n'aime pas vraiment ça, c'est juste du fromage en grain. J'y avais goûté avec l'ancien line-up.

MU : Parlons  un peu de Chris. Est-ce qu'il va jouer pour tous les spectacles de Megadeth? Est-ce un membre permanent? Est-il possible qu'il ne puisse pas toujours être là à cause de Lamb of God? Si c'est le cas, qui le remplacerait  en cas de non-disponibilité?

Dave : Si on demande à Chris, il va dire qu'il veut jouer dans chacun des spectacles, alors c'est ce qu'on essaie de faire. S'il arrive qu'il ne peut pas être présent pour certaines dates, il a déjà choisi personnellement celui qui assumerait son rôle. Il s'agit de Tony Laureano, qui a notamment déjà joué avec Nile et Dimmu Borgir. C'est un excellent batteur. Les deux apportent une touche différente, mais les chansons restent les mêmes.

MU : As-tu déjà demandé à Chris de devenir un membre permanent à temps plein et de laisser Lamb of God ou bien n'en a-t-il jamais été question?

Dave : Au fond, c'est ce que je voudrais, mais en même temps, je ne veux pas créer de problèmes avec Lamb of God parce que je respecte le groupe. C'est son groupe. Pour l'instant, les choses vont très bien et je pense que le mieux c'est de voir où vont aller les choses. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Lamb of God pourrait décider de prendre une petite pause, ce qui laisserait à Chris plus de temps pour Megadeth. Ce qui est bien avec notre groupe en ce moment, c'est que nous ne sommes pas constamment en tournée. Grâce aux fans, on peut survivre sans avoir à être constamment sur la route, ce qui nous permet d'être plus sélectifs quant aux tournées et spectacles auxquels on participe. D'un côté, on veut vraiment jouer partout, mais il ne faut tout de même pas se surmener. Il y a eu des tournées qui ont été horribles pour nous et pour les fans qui ont pu le ressentir. À nos débuts, c'était vraiment plaisant, mais après quelques années, surtout après Risk et The World Needs a Hero, les choses ont changées. Ce n'était pas une période facile. On a aussi passé un certain temps avec James MacDonough et James LoMenzo par la suite et ce n'était pas évident. Ce n'était pas de leur faute, ils sont super. Ce n'était simplement pas facile.

MU : Je sens que tu es beaucoup plus heureux maintenant.

Dave : C'est très difficile d'être persécuté de toutes parts et d'être heureux avec ça. Maintenant, c'est moins pire. On peut regarder les palmarès de vente et on est au deuxième rang. Ce n'est pas arrivé depuis Countdown To Extinction (1992). On a réussi un tour de force avec le marché actuel. Arriver à égaler le meilleur de ce qu'on a fait 24 ans plus tard, c'est quelque chose. Souvent, quand les chiffres de ventes augmentent ainsi, c'est lorsqu'un artiste meurt où qu'il prend sa retraite, ce qui est tout à fait honorable. Les gens veulent encourager.

MU : Qu'arrive-t-il avec Gigantour? Est-ce que c'est terminé?

Dave : C'est drôle que tu le mentionnes, car on en parlait il y a deux jours. On a pris une pause de cette tournée. L'industrie du heavy métal change. Dystopia remporte un grand succès. Le métal est très populaire dans des temps plus difficiles comme c'est le cas présentement. Beaucoup de groupes redeviennent populaires comme Iron Maiden, Black Sabbath, Megadeth, Anthrax. Je crois aussi que Slayer va bientôt lancer un nouvel album. Espérons que cet élan de popularité du métal va favoriser le retour de ce genre de spectacle.

MU : Il me semble que tu as déjà dit en entrevue que tu pensais enregistrer à nouveau le premier album du groupe, Killing Is My Business... and Business Is Good! Est-ce que c'est encore dans tes plans?

Dave : C'est quand même drôle, parce qu'il m'arrive de dire des choses sans trop y penser. Par exemple, toi et moi on pourrait boire une bière et manger de la poutine en parlant de tout et de rien. Tu pourrais me demander quelles chansons j'aimerais enregistrer à nouveau et les personnes à côté vont avoir entendu. C'est vrai que j'ai dit que j'aimerais enregistrer l'album à nouveau, mais est-ce que c'est vraiment quelque chose que je veux? Ça ne se fait pas en claquant des doigts. Je ne pense pas que j'aimerais réellement le faire. Si j'étais pour enregistrer des vieilles chansons, je pense que ce serait plutôt des réinterprétations de nos plus grands succès. Je crois qu'entre se concentrer sur un seul album et réinterpréter des succès avec le nouveau line-up, la deuxième option s'avère beaucoup plus intéressante.

MU : J'aime l'idée! Merci beaucoup de nous avoir accordé de ton temps. Je te souhaite la meilleure des chances avec le nouvel album, Dystopia. J'espère te voir à Montréal cette année et j'irai te voir à Québec le 24 mars au Centre Vidéotron. Merci encore Dave.

Dave : Tu viendras me saluer et on va pouvoir se reparler.

MU : Prends soin de toi.

Dave : À bientôt.

 

Lu 4817 fois Dernière modification le lundi, 08 février 2016 00:07
Évaluer cet élément
(5 Votes)