06 Fév 2016

Rhapsody Of Fire : Entrevue avec Alex Staropoli (2016)

Entrevue avec  Alex Staropoli de la formation Rhapsody Of Fire.

Bonne lecture!

 

Musik Universe: Bonjour!

Alex Staropoli: Bonjour!

MU: Ça va?

AS : Très bien merci!

MU : Comment est la température en Italie en ce moment? On est à Montréal ici et c’est gravement froid!

AS : Je suis en Espagne en ce moment donc je profite de température dans la vingtaine! Je vais à Trieste dans quelques semaines pour qu’on commence à se pratiquer pour les spectacles qui s’en viennent.

MU : L’album vient tout juste de sortir ici le 5 février! Comment est-ce que Into The Legend se compare aux autres albums précédents?

AS : Il se démarque définitivement! J’adore Dark Wings Of Steel; c’est l’album que je voulais faire au moment où je voulais le faire. C’est vraiment la musique que je rêvais de faire. Après Dark Wings Of Steel, j’avais besoin de regrouper toutes mes idées et le goût de retrouver les éléments typiques de Rhapsody Of Fire comme les sons baroques avec les orchestres, les solos pour les instruments, les sopranos, la harpe celtique, les flûtes, etc. Tout ce qui rendait la musique de Rhapsody Of Fire magique, je voulais le retrouver. J’en avais besoin, moi personnellement, en tant que musicien et aussi en tant que compositeur. Donc, en suivant mon cœur et mon instinct émotionnel, je crois que c’est ce qu’il y a de mieux. J’ai fini par amasser 70 minutes de musique! J’ai même composé une longue suite, bien que je m’étais promis de ne plus faire de longues pièces. Into The Legend a fini par prendre le contrôle sur moi et m’a fait faire des choses donc je suis vraiment fier!

MU : Excellent! C’est peut-être une question plus technique, mais pour les parties orchestrales, je comprends que vous utiliserez des échantillons lors des spectacles. Cela dit, pour ce qui est du travail en studio, avez-vous utilisé de vrais orchestres ou de l’échantillonnage?

AS : Sincèrement, environ 80% sont de vrais instruments et 20% sont des échantillons d’instruments et des claviers. Je dis ça parce que je voulais que le tout sonne le plus réaliste possible. Quoi que les 20% d’échantillons m’ont  pris des mois et des mois à programmer!

MU : Oui! Ces échantillons sont vraiment difficiles à bien programmer pour donner un son naturel!

AS : Exactement. À la fin, j’ai eu 2 sessions avec l’orchestre, une avec les cordes et une avec les cuivres. Elles étaient très bonnes toutes les deux et j’ai pu avoir un bon groupe. Je les ai enregistrées à part pour pouvoir ensuite les mixer comme je voulais avec le reste de la musique. Le problème, c’est que, lorsqu’on a déjà un groupe qui joue, il ne reste plus beaucoup d’espace mais nous devions pouvoir ajouter un orchestre, des chorales, des claviers, etc. Ça a été un processus très demandant de tout intégrer ensemble, mais je suis très heureux du résultat!

MU : Oui, le résultat final est absolument époustouflant! J’ai eu la chance d’écouter l’album et je suis sincèrement impressionné par la qualité! Je l’ai vraiment aimé!

AS : Oui, je pense qu’il est génial moi aussi. La dernière étape était de trouver la bonne personne pour faire le « mastering »  et j’ai donc choisi Maor Appelbaum de Los Angeles. Le mix était déjà très bon et très clair, mais après qu’il ait ajouté sa touche, le tout sonnait encore plus clair et vraiment, ça, c’était un miracle. Plus défini, plus raffiné, très cool à écouter. Maor m’as dit qu’il avait passé plusieurs jours, plus d’une semaine à travailler dessus, ce qui est 3 ou 4 fois plus de temps que ce que l’on passe d’habitude. Il m’a fait écouter plein de choses, il a été très patient. Il voulait faire ça parce que Rhapsody Of Fire est tellement particulier, on a beaucoup de sons, des dynamiques différentes, donc il y a eu beaucoup de travail dans le « mastering » aussi! C’était important de le faire avec la bonne personne.

MU : Sur l’album, tu as Kiss Of Life qui dure presque 17 minutes ainsi que des pièces, disons, plus raisonnables de 5 ou 6 minutes. Est-ce plus facile pour toi de composer une pièce plus courte ou est-ce que c’est plus simple de juste tout laisser aller, écrire la pièce comme elle vient et aboutir avec une pièce de 16-17 minutes?

AS : Bien, c’était plus facile de faire Kiss Of Life que, disons Distant Sky. Ça varie d’une pièce à l’autre vraiment; le refrain de Distant Sky m’a pris une semaine à trouver alors que Kiss Of Life m’est venu très naturellement. Enf ait, j’avais déjà une pièce pour Dark Wings Of Steel que j’avais décidé de ne pas utiliser en fin de compte parce qu’elle était tellement épique. C’était bien différent du reste de Dark Wings Of Steel , donc je me suis dit que j’allais la garder pour le prochain album qui, lui, sera certainement très épique! J’ai ensuite décidé de prolonger certaines parties, je voulais vraiment faire quelque chose de spécial avec cette pièce. J’ai ajouté la partie centrale avec la soprano et plusieurs autres parties. C’est un des processus d’écriture les plus excitants que j’ai jamais fait! Ce qui est drôle parce que c’est la pièce la plus longue!

MU : Donc ce n’était pas planifié comme une longue pièce…

AS : Non, pas au début. Elle a évolué.

MU : On dirait que vous écrivez vos pièces en fonction du fait  de vouloir mettre la lumière sur tous les membres à un moment ou un autre, tout le monde a droit à son instant de gloire dans chaque pièce. Est-ce quelque chose d’important pour vous?

AS : Oui, c’est peut-être dû au mix et au fait qu’on veuille garder la musique aussi claire que possible. Pour Into The Legend, on a vraiment voulu que le son de la guitare soit plus puissant. C’était vraiment quelque chose de magnifique lorsqu’on on travaillait sur les chansons, les réécoutant, et qu’on avait seulement les drums, la basse, les guitares, etc. La puissance qui s’en dégageait, c’était incroyable! Avec les cordes et tout le reste, Bien sûr, à la fin, c’est une question de compromis, on ne peut avoir tout en premier plan à tout moment.  Mais le son de base était d’une puissance remarquable. Il y a eu des moments où je me suis dit que je devais faire 2 versions des pièces, une orchestrale et une métal. C’était vraiment impressionnant, je n’avais jamais entendu Rhapsody Of Fire sonner comme ça avant! Ça reste une idée que je garde en arrière-pensée, de mixer quelques pièces d’une manière vraiment « heavy metal », ça impressionnerait vraiment beaucoup les gens je te dis!!

MU : Tu travailles avec ce groupe de personnes depuis un certain temps… Certains depuis presque 20 ans et d’autres aussi récemment que l’an dernier, est-ce que c’est toujours aussi facile de vous impressionner les uns les autres créativement; d’arriver lors de l’écriture et qu’un arrive avec un riff que vous devez absolument faire, un autre arrive avec un autre élément qui semble fonctionner avec tout le reste etc.?

AS : Ça arrive avec les gens avec lesquels je travaille parce que je suis principalement responsable de la composition. Je travaille aussi avec mon frère et Roberto De Micheli le « nouveau » guitariste; nouveau bien que je le connaisse depuis qu’il est ado! Mais il m’a apporté quelques riffs de guitare sur lesquels on a travaillé, j’ai ensuite composé des orchestrations pour aller avec ces riffs de guitare. C’était une combinaison d’idées. Et bien sûr, une fois rendu au studio, et ce coup-ci, j’étais au studio tous les jours pour chaque petit détail. On avait déjà déplacé la production à Trieste pour Dark Wings Of Steel. Cette fois-ci, on a aussi fait le drums à Trieste, j’y étais avec Alex Holzwarth et on a tout fait ensemble. Il avait beaucoup d’idées et d’améliorations à apporter. Je compose les drums mais c’est juste une base programmée sur laquelle je peux travailler. Ensuite, on va en studio et il joue ce que j’ai composé en ajoutant des trucs de plus. C’est essentiellement comme ça qu’on travailleavec le bassiste aussi. Pour Fabio, j’ai pu lui envoyer les pièces en version démo 2 mois en avance, ce qui était une grande amélioration et un superbe nouvelle pour lui parce que d’habitude, il arrive en studio et ne connait rien des pièces. Cette fois-ci, je voulais faire les choses comme il faut. Donc, en lui envoyant les pièces 2 mois à l’avance, il a pu écrire des paroles, il est arrivé en studio et en seulement 9 jours, tout était fait! Les harmonies, les paroles, tout y était. Ça a été vraiment bien planifié et bien fait.

MU : Dark Wings Of Steel a été écrit avec ton frère, est-ce que ça a été pareil pour Into The Legend?

AS : Moins. Pour Dark Wings Of Stel, on a composé environ 50/50. On Avait beaucoup de matériel. Pour celui-ci, on a travaillé ensemble pour 2 pièces. J’ai bien aimé certaines idées qu’il avait et j’avais aussi mes propres idées. Mais c’était vraiment génial. Je suis très fier de pouvoir travailler avec mon frère! C’était aussi possible de l’inclure pour le son baroque avec sa flûte et son ensemble avec les instruments celtiques. On a toujours beaucoup de plaisir! Ils viennent et jouent, ce sont des musiciens fantastiques et c’est un sentiment incroyable quand on est dans le studio et que tu sais quand quelqu’un va jouer. Ce n’est pas une question de « timing » ou de justesse sonore, c’est de trouver le meilleur à travers plusieurs excellentes prises. C’est vraiment plaisant!

MU : Sur Wikipedia, il est dit que vous êtes en train de travailler sur un album solo avec votre frère justement, est-ce que c’est toujours d’actualité ou est-ce que la nouvelle est datée?

AS : Non, ce sont des vielles nouvelles,  ça date de 2009 je crois. Je ne sais pas qui s’occupe de la page de Wikipedia. C’est un truc qu’on a évoqué il y a quelques années de travailler peut-être avec Midnight, le chanteur de Crimson Glory. Malheureusement, il est décédé quelques mois après qu’on ait commencé à travailler ensemble. Donc c’était le projet que moi, mon frère et Midnight avaient ensemble.

MU : J’aurais été curieux d’entendre le résultat!

AS : Oui! Dommage!

MU : Tu as eu l’occasion de travailler avec des légendes telles que Christopher Lee. Y a-t-il quelqu’un d’autre avec qui tu aimerais travailler si l’occasion se présentait?

AS : Bien, en ce moment… pas vraiment, je veux dire, Christopher Lee était une légende! C’était déjà un honneur de le rencontrer et encore un plus grand honneur qu’il nous demande, lui, de chanter avec nous! Donc ce n’était pas quelqu’un qu’on a appelé et qu’on a dû payer, mais bien quelqu’un qui nous a demandé de collaborer! C’Était incroyable! Après ça, la Saga (The Emerald Sword Saga) était terminée et je n’ai jamais pensé à le remplacer, avoir un autre narrateur. C’est quelque chose qu’on a fait dans le passé. Cependant, quand j’écoute Into The Legend, il y a quelques parties instrumentales où j’imagine la voix de Christopher Lee. Il y a des endroits où sa voix aurait été parfaite. Mais c’est le passé et je me focus plus sur des pièces plus « directes ».

MU : Tu as dit plus tôt que vous alliez commencer à pratiquer bientôt pour des spectacles à venir. Y a-t-il une tournée prévue pour l’album?

AS : Oui, pour commencer on va faire le festival sur une croisière, 70 000 Tons Of Metal. Il y a quelques spectacles en Asie qui s’en viennent, au Japon et d’autres endroits. Nous devrions jouer en Europe aux alentours d’Avril. Ensuite, nous allons faire la tourne des festivals l’été et à l’automne pour avoir une autre tournée peut-être en Amérique du Nord cette fois-là. Pour ce qui est du Canada, il y a quelques discussions en cours mais rien d’officiel. On a bien hâte de revenir jouer!

MU : J’ai bien hâte d’aller vous voir et vous entendre!

AS : Oui! C’était parmi les meilleurs concerts qu’on ait jamais fait!

MU : Oui! On aime bien le métal par ici!

AS : J’espère le savoir bientôt! En fait, on devrait le savoir d’ici quelques jours, peut-être! Si c’est pour se décider, ça va se faire très bientôt!

MU : Des grands noms de la scène musicale nous ont malheureusement quittés récemment, notamment Lemmy Kilmeister et  David Bowie. Plusieurs artistes les ont cités comme était de grandes sources d’influence. Je sais que Manowar a été une grande influence à vos débuts. Qui t’as influencé à tes tout débuts, celui qui t’a permis de dire : « C’est exactement ça que je veux faire!!! »?

AS : Oh, rien d’aussi grandiose que Lemmy ou David Bowie! Quand j’étais jeune, j’écoutais de tout, du pop, du rock, etc. À un certain moment, j’étais dans une autre salle et j’ai entendu cette musique qui jouait à la télévision, je suis donc allé voir pour savoir ce que c’était cette musique qui jouait! C’était The Final Countdown de Europe qui jouait! Je n’avais que 16 ans et avant ça, je n’avais entendu que du rock. Ça m’a poussé à découvrir un nouveau monde fantastique de sons! J’ai ensuite commencé à écouter Ronnie James Dio, King Diamond, Scorpions, Helloween, Blind Guardian et tous les autres groupes qui faisaient fureur dans ces années!

MU : C’était aussi l’arrivée des synthétiseurs, donc tout un nouvel univers de sons qui se développait à ce moment-là!

AS : Oui! Van Halen, Bon Jovi, tous les groupes, mais aussi de la pop, du rock et du heavy metal, j’écoutais de tout! Mon frère aimait beaucoup Motörhead; il m’avait prêté des CDs et j’aimais beaucoup cette musique.

MU : Merci beaucoup pour votre temps! J’apprécie beaucoup que vous ayiez pris le temps de répondre à mes questions! Je sais que tu as encore beaucoup d’entrevues à faire!

AS : Oui! J’espère seulement pouvoir venir au Canada bientôt! Si ce n’est pas pour bientôt, ça sera au courant de l’année j’en suis certain! On est prêts à jouer n’importe où, n’importe quand!

MU : Excellent! Je garderai mes yeux et mes oreilles ouvertes et resterai à l’affût des tournées à venir! Si vous venez, j’y serai, première rangée au centre!

AS : Oui! Si on vient, tu le sauras!

MU : Merci beaucoup!

AS : Merci à toi!

 

 

Musik Universe: Bonjour!

Alex Staropoli: Bonjour!

MU: Ça va?

AS : Très bien merci!

MU : Comment est la température en Italie en ce moment? On est à Montréal ici et c’est gravement froid!

AS : Je suis en Espagne en ce moment donc je profite de température dans la vingtaine! Je vais à Trieste dans quelques semaines pour qu’on commence à se pratiquer pour les spectacles qui s’en viennent.

MU : L’album vient tout juste de sortir ici le 5 février! Comment est-ce que Into The Legend se compare aux autres albums précédents?

AS : Il se démarque définitivement! J’adore Dark Wings Of Steel; c’est l’album que je voulais faire au moment où je voulais le faire. C’est vraiment la musique que je rêvais de faire. Après Dark Wings Of Steel, j’avais besoin de regrouper toutes mes idées et le goût de retrouver les éléments typiques de Rhapsody Of Fire comme les sons baroques avec les orchestres, les solos pour les instruments, les sopranos, la harpe celtique, les flûtes, etc. Tout ce qui rendait la musique de Rhapsody Of Fire magique, je voulais le retrouver. J’en avais besoin, moi personnellement, en tant que musicien et aussi en tant que compositeur. Donc, en suivant mon cœur et mon instinct émotionnel, je crois que c’est ce qu’il y a de mieux. J’ai fini par amasser 70 minutes de musique! J’ai même composé une longue suite, bien que je m’étais promis de ne plus faire de longues pièces. Into The Legend a fini par prendre le contrôle sur moi et m’a fait faire des choses donc je suis vraiment fier!

MU : Excellent! C’est peut-être une question plus technique, mais pour les parties orchestrales, je comprends que vous utiliserez des échantillons lors des spectacles. Cela dit, pour ce qui est du travail en studio, avez-vous utilisé de vrais orchestres ou de l’échantillonnage?

AS : Sincèrement, environ 80% sont de vrais instruments et 20% sont des échantillons d’instruments et des claviers. Je dis ça parce que je voulais que le tout sonne le plus réaliste possible. Quoi que les 20% d’échantillons m’ont  pris des mois et des mois à programmer!

MU : Oui! Ces échantillons sont vraiment difficiles à bien programmer pour donner un son naturel!

AS : Exactement. À la fin, j’ai eu 2 sessions avec l’orchestre, une avec les cordes et une avec les cuivres. Elles étaient très bonnes toutes les deux et j’ai pu avoir un bon groupe. Je les ai enregistrées à part pour pouvoir ensuite les mixer comme je voulais avec le reste de la musique. Le problème, c’est que, lorsqu’on a déjà un groupe qui joue, il ne reste plus beaucoup d’espace mais nous devions pouvoir ajouter un orchestre, des chorales, des claviers, etc. Ça a été un processus très demandant de tout intégrer ensemble, mais je suis très heureux du résultat!

MU : Oui, le résultat final est absolument époustouflant! J’ai eu la chance d’écouter l’album et je suis sincèrement impressionné par la qualité! Je l’ai vraiment aimé!

AS : Oui, je pense qu’il est génial moi aussi. La dernière étape était de trouver la bonne personne pour faire le « mastering »  et j’ai donc choisi Maor Appelbaum de Los Angeles. Le mix était déjà très bon et très clair, mais après qu’il ait ajouté sa touche, le tout sonnait encore plus clair et vraiment, ça, c’était un miracle. Plus défini, plus raffiné, très cool à écouter. Maor m’as dit qu’il avait passé plusieurs jours, plus d’une semaine à travailler dessus, ce qui est 3 ou 4 fois plus de temps que ce que l’on passe d’habitude. Il m’a fait écouter plein de choses, il a été très patient. Il voulait faire ça parce que Rhapsody Of Fire est tellement particulier, on a beaucoup de sons, des dynamiques différentes, donc il y a eu beaucoup de travail dans le « mastering » aussi! C’était important de le faire avec la bonne personne.

MU : Sur l’album, tu as Kiss Of Life qui dure presque 17 minutes ainsi que des pièces, disons, plus raisonnables de 5 ou 6 minutes. Est-ce plus facile pour toi de composer une pièce plus courte ou est-ce que c’est plus simple de juste tout laisser aller, écrire la pièce comme elle vient et aboutir avec une pièce de 16-17 minutes?

AS : Bien, c’était plus facile de faire Kiss Of Life que, disons Distant Sky. Ça varie d’une pièce à l’autre vraiment; le refrain de Distant Sky m’a pris une semaine à trouver alors que Kiss Of Life m’est venu très naturellement. Enf ait, j’avais déjà une pièce pour Dark Wings Of Steel que j’avais décidé de ne pas utiliser en fin de compte parce qu’elle était tellement épique. C’était bien différent du reste de Dark Wings Of Steel , donc je me suis dit que j’allais la garder pour le prochain album qui, lui, sera certainement très épique! J’ai ensuite décidé de prolonger certaines parties, je voulais vraiment faire quelque chose de spécial avec cette pièce. J’ai ajouté la partie centrale avec la soprano et plusieurs autres parties. C’est un des processus d’écriture les plus excitants que j’ai jamais fait! Ce qui est drôle parce que c’est la pièce la plus longue!

MU : Donc ce n’était pas planifié comme une longue pièce…

AS : Non, pas au début. Elle a évolué.

MU : On dirait que vous écrivez vos pièces en fonction du fait  de vouloir mettre la lumière sur tous les membres à un moment ou un autre, tout le monde a droit à son instant de gloire dans chaque pièce. Est-ce quelque chose d’important pour vous?

AS : Oui, c’est peut-être dû au mix et au fait qu’on veuille garder la musique aussi claire que possible. Pour Into The Legend, on a vraiment voulu que le son de la guitare soit plus puissant. C’était vraiment quelque chose de magnifique lorsqu’on on travaillait sur les chansons, les réécoutant, et qu’on avait seulement les drums, la basse, les guitares, etc. La puissance qui s’en dégageait, c’était incroyable! Avec les cordes et tout le reste, Bien sûr, à la fin, c’est une question de compromis, on ne peut avoir tout en premier plan à tout moment.  Mais le son de base était d’une puissance remarquable. Il y a eu des moments où je me suis dit que je devais faire 2 versions des pièces, une orchestrale et une métal. C’était vraiment impressionnant, je n’avais jamais entendu Rhapsody Of Fire sonner comme ça avant! Ça reste une idée que je garde en arrière-pensée, de mixer quelques pièces d’une manière vraiment « heavy metal », ça impressionnerait vraiment beaucoup les gens je te dis!!

MU : Tu travailles avec ce groupe de personnes depuis un certain temps… Certains depuis presque 20 ans et d’autres aussi récemment que l’an dernier, est-ce que c’est toujours aussi facile de vous impressionner les uns les autres créativement; d’arriver lors de l’écriture et qu’un arrive avec un riff que vous devez absolument faire, un autre arrive avec un autre élément qui semble fonctionner avec tout le reste etc.?

AS : Ça arrive avec les gens avec lesquels je travaille parce que je suis principalement responsable de la composition. Je travaille aussi avec mon frère et Roberto De Micheli le « nouveau » guitariste; nouveau bien que je le connaisse depuis qu’il est ado! Mais il m’a apporté quelques riffs de guitare sur lesquels on a travaillé, j’ai ensuite composé des orchestrations pour aller avec ces riffs de guitare. C’était une combinaison d’idées. Et bien sûr, une fois rendu au studio, et ce coup-ci, j’étais au studio tous les jours pour chaque petit détail. On avait déjà déplacé la production à Trieste pour Dark Wings Of Steel. Cette fois-ci, on a aussi fait le drums à Trieste, j’y étais avec Alex Holzwarth et on a tout fait ensemble. Il avait beaucoup d’idées et d’améliorations à apporter. Je compose les drums mais c’est juste une base programmée sur laquelle je peux travailler. Ensuite, on va en studio et il joue ce que j’ai composé en ajoutant des trucs de plus. C’est essentiellement comme ça qu’on travailleavec le bassiste aussi. Pour Fabio, j’ai pu lui envoyer les pièces en version démo 2 mois en avance, ce qui était une grande amélioration et un superbe nouvelle pour lui parce que d’habitude, il arrive en studio et ne connait rien des pièces. Cette fois-ci, je voulais faire les choses comme il faut. Donc, en lui envoyant les pièces 2 mois à l’avance, il a pu écrire des paroles, il est arrivé en studio et en seulement 9 jours, tout était fait! Les harmonies, les paroles, tout y était. Ça a été vraiment bien planifié et bien fait.

MU : Dark Wings Of Steel a été écrit avec ton frère, est-ce que ça a été pareil pour Into The Legend?

AS : Moins. Pour Dark Wings Of Stel, on a composé environ 50/50. On Avait beaucoup de matériel. Pour celui-ci, on a travaillé ensemble pour 2 pièces. J’ai bien aimé certaines idées qu’il avait et j’avais aussi mes propres idées. Mais c’était vraiment génial. Je suis très fier de pouvoir travailler avec mon frère! C’était aussi possible de l’inclure pour le son baroque avec sa flûte et son ensemble avec les instruments celtiques. On a toujours beaucoup de plaisir! Ils viennent et jouent, ce sont des musiciens fantastiques et c’est un sentiment incroyable quand on est dans le studio et que tu sais quand quelqu’un va jouer. Ce n’est pas une question de « timing » ou de justesse sonore, c’est de trouver le meilleur à travers plusieurs excellentes prises. C’est vraiment plaisant!

MU : Sur Wikipedia, il est dit que vous êtes en train de travailler sur un album solo avec votre frère justement, est-ce que c’est toujours d’actualité ou est-ce que la nouvelle est datée?

AS : Non, ce sont des vielles nouvelles,  ça date de 2009 je crois. Je ne sais pas qui s’occupe de la page de Wikipedia. C’est un truc qu’on a évoqué il y a quelques années de travailler peut-être avec Midnight, le chanteur de Crimson Glory. Malheureusement, il est décédé quelques mois après qu’on ait commencé à travailler ensemble. Donc c’était le projet que moi, mon frère et Midnight avaient ensemble.

MU : J’aurais été curieux d’entendre le résultat!

AS : Oui! Dommage!

MU : Tu as eu l’occasion de travailler avec des légendes telles que Christopher Lee. Y a-t-il quelqu’un d’autre avec qui tu aimerais travailler si l’occasion se présentait?

AS : Bien, en ce moment… pas vraiment, je veux dire, Christopher Lee était une légende! C’était déjà un honneur de le rencontrer et encore un plus grand honneur qu’il nous demande, lui, de chanter avec nous! Donc ce n’était pas quelqu’un qu’on a appelé et qu’on a dû payer, mais bien quelqu’un qui nous a demandé de collaborer! C’Était incroyable! Après ça, la Saga (The Emerald Sword Saga) était terminée et je n’ai jamais pensé à le remplacer, avoir un autre narrateur. C’est quelque chose qu’on a fait dans le passé. Cependant, quand j’écoute Into The Legend, il y a quelques parties instrumentales où j’imagine la voix de Christopher Lee. Il y a des endroits où sa voix aurait été parfaite. Mais c’est le passé et je me focus plus sur des pièces plus « directes ».

MU : Tu as dit plus tôt que vous alliez commencer à pratiquer bientôt pour des spectacles à venir. Y a-t-il une tournée prévue pour l’album?

AS : Oui, pour commencer on va faire le festival sur une croisière, 70 000 Tons Of Metal. Il y a quelques spectacles en Asie qui s’en viennent, au Japon et d’autres endroits. Nous devrions jouer en Europe aux alentours d’Avril. Ensuite, nous allons faire la tourne des festivals l’été et à l’automne pour avoir une autre tournée peut-être en Amérique du Nord cette fois-là. Pour ce qui est du Canada, il y a quelques discussions en cours mais rien d’officiel. On a bien hâte de revenir jouer!

MU : J’ai bien hâte d’aller vous voir et vous entendre!

AS : Oui! C’était parmi les meilleurs concerts qu’on ait jamais fait!

MU : Oui! On aime bien le métal par ici!

AS : J’espère le savoir bientôt! En fait, on devrait le savoir d’ici quelques jours, peut-être! Si c’est pour se décider, ça va se faire très bientôt!

MU : Des grands noms de la scène musicale nous ont malheureusement quittés récemment, notamment Lemmy Kilmeister et  David Bowie. Plusieurs artistes les ont cités comme était de grandes sources d’influence. Je sais que Manowar a été une grande influence à vos débuts. Qui t’as influencé à tes tout débuts, celui qui t’a permis de dire : « C’est exactement ça que je veux faire!!! »?

AS : Oh, rien d’aussi grandiose que Lemmy ou David Bowie! Quand j’étais jeune, j’écoutais de tout, du pop, du rock, etc. À un certain moment, j’étais dans une autre salle et j’ai entendu cette musique qui jouait à la télévision, je suis donc allé voir pour savoir ce que c’était cette musique qui jouait! C’était The Final Countdown de Europe qui jouait! Je n’avais que 16 ans et avant ça, je n’avais entendu que du rock. Ça m’a poussé à découvrir un nouveau monde fantastique de sons! J’ai ensuite commencé à écouter Ronnie James Dio, King Diamond, Scorpions, Helloween, Blind Guardian et tous les autres groupes qui faisaient fureur dans ces années!

MU : C’était aussi l’arrivée des synthétiseurs, donc tout un nouvel univers de sons qui se développait à ce moment-là!

AS : Oui! Van Halen, Bon Jovi, tous les groupes, mais aussi de la pop, du rock et du heavy metal, j’écoutais de tout! Mon frère aimait beaucoup Motörhead; il m’avait prêté des CDs et j’aimais beaucoup cette musique.

MU : Merci beaucoup pour votre temps! J’apprécie beaucoup que vous ayiez pris le temps de répondre à mes questions! Je sais que tu as encore beaucoup d’entrevues à faire!

AS : Oui! J’espère seulement pouvoir venir au Canada bientôt! Si ce n’est pas pour bientôt, ça sera au courant de l’année j’en suis certain! On est prêts à jouer n’importe où, n’importe quand!

MU : Excellent! Je garderai mes yeux et mes oreilles ouvertes et resterai à l’affût des tournées à venir! Si vous venez, j’y serai, première rangée au centre!

AS : Oui! Si on vient, tu le sauras!

MU : Merci beaucoup!

AS : Merci à toi!

 

Lu 1749 fois Dernière modification le jeudi, 11 février 2016 01:29
Évaluer cet élément
(2 Votes)