17 Fév 2016

Primal Fear : Entrevue avec le chanteur Ralf Scheepers (2016)

Voici une entrevue avec le chanteur de la formation metal Primal Fear.

Bonne lecture!

Musik Universe: Bonjour!

Ralf Scheepers: Bon matin!

MU: Nous sommes Musik Universe de Montréal au Canada, c’est un honneur de pouvoir vous parler!

RS : Merci! Bien content d’en avoir l’occasion!

MU : Votre tout dernier album, Rule Breaker,  vient tout juste de sortir (29 Janvier 2016), comment crois-tu qu’il a été reçu?

RS : Nous avions déjà 5 extraits disponibles pour les amateurs. 5 pièces de l’album dont 2 vidéos qui étaient The End Is Near et Angels Of Mercy et bien sûr 3 autres chansons, In Metal We Trust, Bullets and Tears et Rulebreaker.  La réaction a été splendide et on espère que l’album au complet sera reçu avec le même enthousiasme. Les critiques sont excellentes! On est vraiment heureux de tout ça!

MU : Il y a de quoi être fier, j’ai eu la chance d’entendre l’album et je l’ai adoré. Il est lourd, bien dense; j’ai vraiment eu du plaisir à l’écouter!

RS : Merci beaucoup! Je l’apprécie énormément!

MU : Avec plus de 13 albums à votre actif, vous avez vraiment sorti beaucoup de musique; où puisez-vous l’inspiration après près de 20 ans de Primal Fear?

RS : Bonne question! Je crois que nous faisons une très bonne équipe. Nous sommes 5 membres à prendre part à l’écriture maintenant, ce qui est une bonne chose, je crois. Tout le monde se connait. Lorsqu’on est beaucoup en tournée, on amasse beaucoup d’expérience, on apprend à se connaitre plus en profondeur. On apprend à connaître aussi les qualités de chacun en tant que musicien et en tant qu’être humain, bien sûr. Le tout crée une bonne équipe et on découvre ensemble ce que chaque membre aime entendre, ce que tout le monde aime composer. C’est donc vraiment une bonne chose qui aide de se connaître depuis si longtemps. C’est vraiment un grand avantage.

MU : Excellent! Tout cela crée une atmosphère où tout le monde se sent libre d’apporter son opinion et ses propres idées, car ils savent ce que toute l’équipe aime.

RS : Oui exactement.

MU : Je dois admettre que tu es une des principales raisons pour lesquelles j’écoute du « métal » aujourd’hui.

RS : Wow!

MU : Quand j’étais plus jeune, Insanity & Genius de Gamma Ray a été un des premiers albums que j’ai acheté. J’écoutais No Return et Tribute To The Past en boucle!

RS: Génial! C’était la belle époque! L’époque de Hambourg!

MU : Quel regard portes-tu sur ces années?

RS : Que du positif!  J’ai encore une très belle relation avec Kai (Hansen, chanteur Gamma Ray) et tous les autres membres de Gamma Ray. On s’est justement vus en Octobre dernier lorsque je les ai rejoints sur scène pour faire One With The World et le début de Heading For Tomorrow avec eux à Munich. Une très belle énergie. Je ne veux rien oublier de ce que j’ai fait avec Gamma Ray. C’était un moment merveilleux pour moi; mes premiers pas dans l’industrie mondiale de la musique. C’était donc une grande phase d’apprentissage aussi donc bien sûr je repense à ces années avec un sourire.

MU : La composition du groupe est restée essentiellement très stable comparée à beaucoup d’autres qui ont autant ou même moins de vécu que vous. Comment expliquez-vous cette solidité? Alors que d’autres groupes semblent changer de membres fréquemment, vous gardez ce cœur intact qui est resté ensemble  à travers les années.

RS : Je peux expliquer tout ça : on est tous devenus des amis très proches. Comme une famille, nous avons nos hauts et nos bas, nos disputes ici et là mais en bout de ligne, on se tient pour cette chose qu’on a construit ensemble. Nous aimons ce que l’on fait, tant en studio qu’en spectacle. D’une manière ou d’une autre, au fil des années, il y a une loyauté qui s’est installée et on s’y tient, peu importe le nombre de projets que les autres membres du groupe ont. Pour moi, la priorité sera toujours Primal Fear. Bien sûr, d’autres personnes ont beaucoup d’autres choses à faire en plus. Mais comme j’ai dit, on se connait bien, nous sommes des amis et c’est ce qui est le plus important; c’est la raison pour laquelle nous restons ensemble.

MU : Comment s’est déroulé la composition de Rule Breaker?

RS : Très bien! On voyait Delivering The Black comme étant d’un niveau supérieur alors on voulait continuer sur cette lancée et c’est exactement ce qu’on a accompli. Lorsque j’ai entendu les premières notes des versions démo des pièces, je me suis dit : « Oui!!! C’est exactement ça! ». Mat (Sinner) et  Magnus (Karlsson) préparent beaucoup d’éléments. Viennent ensuite mes idées et celles des autres membres. Lorsque j’ai entendu les pistes de base pour 5 ou 6 pièces, j’ai tout de suite su que ça serait incroyable. J’avais des idées pour ajouter à cette idée, des idées pour telle chanson. Certaines de ces idées avaient déjà été composées par Mat et Magnus. Donc le tout a été vraiment fluide et j’ai été convaincu dès le début que cet album serait une superbe suite pour Delivering The Black.

MU : Tu en parles comme étant vraiment un effort de coopération où tous les gens impliqués donnaient leur point de vue et partageaient leurs idées.

RS : Oui, et bien dès que quelqu’un enregistre une note sur un album, selon moi, c’est son âme qu’il met sur cet album. Il devient dès lors un compositeur car c’est lui-même qu’il met sur cet album. Par exemple Francesco (Jovino), notre nouveau drummer, n’a pas composé une note pour cet album mais il y joue des drums et a mis tout son effort, il y a mis son âme dans cet album. C’est pourquoi, pour moi, il est aussi un compositeur car il a mis du sien en jouant. C’est quelque chose qui m’importe beaucoup.

MU : Vous serez en tournée nord-américaine vers la fin du printemps et vous avez débuté aussi une tournée européenne ce mois-ci.

RS : Oui! On a commencé le 5 février à Barcelone.

MU : Pour ce qui est de l’Amérique du Nord, vous ferez la tournée avec Luca Turilli’s Rhapsody. À quoi peut-on s’attendre pour ce spectacle?

RS : Plein de nouvelles choses qu’on essaie en ce moment. On a du pratiquer beaucoup pour créer le « setlist » car on voulait jouer beaucoup des pièces nouvel album en spectacle. Au moins 5 ou 6 pièces du nouvel album. On veut apporter autant de Rule Breaker que possible en spectacle ainsi que d’autres pièces plus vieilles que nous n’avions pas joué lors de la dernière tournée.

MU : Wow! Ça promet! Est-ce que vous avez des pièces dont vous ne pouvez vous sauver? Des chansons que vous savez que vous devez jouer en spectacle.

RS : Absolument! Metal Is Forever par exemple.

MU : Qu’est-ce qui va dans la sélection d’un groupe pour vous accompagner en tournée? Par exemple, pour la tournée nord-américaine, vous voyagerez avec Luca Turilli’s Rhapsody.

RS : En fait j’ai travaillé avec eux l’an dernier, dans la chorale lorsqu’ils ont enregistré leur dernier album. Notre technicien de son s’occupait de l’enregistrement de leur album et la connexion fût faite à ce moment-là.  Je crois que Luca Turilli n’a jamais joué en Amérique du Nord. Il y a eu de grandes négociations pour aboutir avec la conviction unanime que c’était un ensemble gagnant. Les styles musicaux se complètent bien, ça fait aussi plaisir aux fans qui auront l’occasion de revoir Primal Fear et la chance de voir (Luca Trulli’s) Rhapsody pour la première fois. Tout le monde est content. Je connais aussi les membres de Rhapsody, qui sont des gens très sympathiques. C’est aussi une chose très importante de se connaître, de connaitre ceux avec qui vous partagerez la route pendant 4 mois et demi dans le même autobus. Ces gens sont franchement gentils et c’est-ce qui importe le plus je crois.

MU : Vos sortez une version Deluxe de cet album incluant un DVD. Que peut-on retrouver sur le DVD?

RS : Vous pourrez voir les vidéos de The End Is Near et Angel Of Mercy ainsi que un « making of » de l’album avec des extraits pris ici et là. L’album version Deluxe comprendra aussi 2 pièces supplémentaires.

MU : Tu as dit plus tôt que ton focus principal était Primal Fear. Tu as cependant sorti un album solo il y a environ 5 ans. As-tu eu l’occasion de travailler sur une suite pour cet album de Scheepers?

RS : Je n’ai pas le temps malheureusement! C’est le seul problème. J’ai déjà quelques ballades en tête qui feront peut-être partie du prochain Primal Fear, ou pas. Nous avons tellement de chansons qui ne sont jamais sorties mais qui sont d’une grande qualité qu’on utilisera peut-être ici et là. C’est possiblement la même chose qui arrivera pour l’album solo. Pour le moment, je manque de temps et il n’y a eu aucune requête de la part de la compagnie de disque pour un deuxième album.

MU : Vous sortez beaucoup de musique tout de même! Vous avez 13 albums en 20 ans, c’est environ un album aux 18 mois en moyenne. C’est tout un rythme!

RS : On se garde occupé!

MU : Tu as eu l’occasion de collaborer sur de grands albums d’excellents groupes, reste-t-il quelqu’un avec qui tu voudrais collaborer?

RS : Ça serait génial de faire quelque chose avec le presque retraité K.K. Downing parce que j’ai eu un contact par l’entremise d’un ami commun. On va peut-être y arriver. On en a parlé en fait lorsqu’on on a joué avec (Judas) Priests il y a quelques années. On s’était bien entendu à ce moment-là. Je ne sais pas s’il serait intéressé mais c’est une des personnes, une connaissance du moins avec laquelle j’aimerais bien travailler, s’il le temps le permet.

MU : Merci beaucoup de m’avoir généreusement accordé ce temps pour parler avec toi et je vais aller vous voir au Café Campus le 30 mai!

RS : C’est un rendez-vous!

MU : Merci beaucoup, au revoir.

RS : Merci à toi! Au revoir.

Lu 2776 fois Dernière modification le mercredi, 17 février 2016 03:09
Évaluer cet élément
(1 Vote)