12 Aoû 2016

Killswitch Engage : Entrevue vidéo très personnelle avec Jesse Leach à Heavy Montréal 2016

Voici une entrevue vidéo très personnelle avec Jesse Leach de la formation Killswitch Engage à Heavy Montréal 2016! Jesse s'ouvre sur lui même et nous laisse découvrir qui il est vraiment. Les fans de Leach risquent d'apprécier cette entrevue.

TRADUCTION FRANÇAISE APRÈS LE VIDÉO :



MU : Je suis avec Jesse Leach de Killswitch Engage. Le groupe va jouer aujourd’hui dans le cadre d’Heavy Montréal. Comment vas-tu?

JESSE LEACH : Je vais très bien. Je viens de manger de la bonne nourriture ici. Je me suis levé il y a une heure et le temps est magnifique.

MU : Prêt pour le spectacle de ce soir?

JESSE LEACH : Oui!

MU : Votre dernier album s’intitule Incarnate. Il y a eu beaucoup de tournées pour accompagner cet album. Comment ça se passe jusqu’à maintenant?

JESSE LEACH : C’est super! On commence en Amérique et on revient d’Europe. On a fait des festivals là-bas. Les jeunes commencent déjà à connaître les paroles du nouveau matériel et chantent avec nous. C’est prometteur et ça fait plaisir. Je suis très fier d’Incarnate. Je trouve ça super de pouvoir l’exprimer en jouant des spectacles.

MU : Quels sont les futurs plans du groupe? Y aura-t-il un nouvel album? Vous concentrez-vous plutôt sur les tournées?

JESSE LEACH : Nous allons faire des spectacles jusqu’en 2018. L’horaire est assez rempli. Nous ne pensons pas déjà au prochain album, mais on ne veut pas attendre trois autres années avant d’en sortir un autre. On va peut-être commencer à y travailler dès l’année prochaine.

MU : Maintenant, je vais te poser quelques questions portant sur les titres de chansons du dernier album.

MU : Hate by Design. Nomme quelque chose que tu détestes en ce moment.

JESSE LEACH : La politique américaine.

MU : We Carry On. Qu’est-ce qui te donne la force de continuer dans la vie?

JESSE LEACH : C’est assez profond. Je dirais la musique, la famille, les amis. La nourriture, la bière, le vin, le whiskey, la tequila... La vie! J’aurais juste dû dire la vie.

MU : Ascension. Est-ce que ça a été difficile pour toi de te rendre où tu es maintenant?

JESSE LEACH : Oui, ça a été très difficile. Ce l’est encore. Je me mets beaucoup de pression parce que je veux m’améliorer en tant que performeur et en tant que personne. C’est un défi, mais la vie l’est aussi. C’est difficile, car en essayant d’être une meilleure personne et un meilleur artiste, on peut le faire mal. J’en sue sang et eau.

MU : Loyalty. Peux-tu me raconter une histoire d’un fan qui montre ce qu’est la loyauté?

JESSE LEACH : Oui. Nous avons deux fans en particulier en Europe. Ils sont venus voir entre 30 et 40 spectacles. Ils ont déjà pris l’avion d’Allemagne jusqu’en France. Ils ont toujours été là, à chaque spectacle, au centre de la première rangée. Ils connaissent les paroles de toutes nos chansons. Nous avons quelques fans dans ce genre-là et chaque fois que je les vois, je leur donne beaucoup d’amour et des câlins. Je leur donne des t-shirts. Ces fans-là me rendent heureux. C’est incroyable. J’ai souvent pris des bières avec eux.

MU : Triumph Through Tragedy. Que signifie ce titre pour toi?

JESSE LEACH : On a tous des épreuves à vivre. Il y a des moments plus difficiles et on doit tous souffrir à un moment ou l’autre. Quand on s’en sort et qu’on a un sentiment triomphant, je crois que ça résume bien notre raison d’être. Il y a des hauts et des bas.

MU : Just Let Go. Y a-t-il eu quelque chose d’important dans ta vie que tu as dû laisser aller?

JESSE LEACH : J’ai dû me débarrasser de quelques personnes toxiques. J’ai dû aussi mettre à l’écart une partie de mon hypocrisie pour apprendre à me connaître. Je crois qu’il faut être capable d’être introspectif et voir qu’on n’est pas parfait. Je trouve que c’est très important et que plus de gens devraient faire ça. Il faut être capable de piler sur son orgueil. Après ça, on voit le monde différemment. C’est quelque chose de continu. J’essaie de rester humble et d’apprécier ce que la vie m’offre.

MU : Until the Day. Y a-t-il quelque chose que tu voudrais absolument faire avant de mourir?

JESSE LEACH : Oui, beaucoup de choses! J’aimerais voyager sans un groupe. J’aime faire des tournées, mais j’aimerais pouvoir vivre des expériences à l’étranger sans avoir d’obligations. J’aimerais escalader le Mont Kilimandjaro avant de mourir. J’aimerais retourner à Hawaii avec ma femme. Elle me tuerait si je ne l’amène pas. J’aimerais beaucoup aller voir la nature en Afrique. J’aimerais aller en Sibérie, en Mongolie, voir de grands terrains vagues. J’adore ça! J’écoute beaucoup de documentaires là-dessus. J’ai envie d’explorer le monde!

MU : Dans le fond, tout ce qui est très différent des grandes villes?

JESSE LEACH : Oui! J’aimerais sortir des États-Unis, particulièrement avec le climat actuel.

MU : Alone I Stand. Es-tu plutôt une personne sociable ou es-tu plutôt solitaire dans la vie de tous les jours?

JESSE LEACH : Je dois dire que je suis plutôt du genre solitaire. J’aime être entouré de gens quand c’est le bon moment, mais je deviendrais fou si je n’avais pas du temps pour moi. Ce n’est pas toujours une bonne chose, car on peut vite ressentir la solitude.

MU : Strenght of the Mind. Quel membre du groupe a le plus de volonté?

JESSE LEACH : Je ne pense pas que ce soit moi. Il y a de la volonté négative et positive. Je dirais qu’il y a beaucoup de volonté négative dans notre groupe! Par exemple, il y a la volonté de boire beaucoup de bières. Je dirais que Adam et Joel ont ce genre de volonté. Ils ont tous une endurance et sont capables de supporter une très grande quantité de bière. Je ne suis pas capable et j’ignore comment ils font.

MU : Merci beaucoup de ton honnêteté et d’avoir voulu répondre à des questions si personnelles. Je te souhaite bonne chance pour le reste de tes tournées. Il commence à pleuvoir assez fort. Merci beaucoup et bon spectacle! On se revoit bientôt à Montréal.

TRADUCTION : CHRISTELLE ZELAYA



MU : Je suis avec Jesse Leach de Killswitch Engage. Le groupe va jouer aujourd’hui dans le cadre d’Heavy Montréal. Comment vas-tu?

JESSE LEACH : Je vais très bien. Je viens de manger de la bonne nourriture ici. Je me suis levé il y a une heure et le temps est magnifique.

MU : Prêt pour le spectacle de ce soir?

JESSE LEACH : Oui!

MU : Votre dernier album s’intitule Incarnate. Il y a eu beaucoup de tournées pour accompagner cet album. Comment ça se passe jusqu’à maintenant?

JESSE LEACH : C’est super! On commence en Amérique et on revient d’Europe. On a fait des festivals là-bas. Les jeunes commencent déjà à connaître les paroles du nouveau matériel et chantent avec nous. C’est prometteur et ça fait plaisir. Je suis très fier d’Incarnate. Je trouve ça super de pouvoir l’exprimer en jouant des spectacles.

MU : Quels sont les futurs plans du groupe? Y aura-t-il un nouvel album? Vous concentrez-vous plutôt sur les tournées?

JESSE LEACH : Nous allons faire des spectacles jusqu’en 2018. L’horaire est assez rempli. Nous ne pensons pas déjà au prochain album, mais on ne veut pas attendre trois autres années avant d’en sortir un autre. On va peut-être commencer à y travailler dès l’année prochaine.

MU : Maintenant, je vais te poser quelques questions portant sur les titres de chansons du dernier album.

MU : Hate by Design. Nomme quelque chose que tu détestes en ce moment.

JESSE LEACH : La politique américaine.

MU : We Carry On. Qu’est-ce qui te donne la force de continuer dans la vie?

JESSE LEACH : C’est assez profond. Je dirais la musique, la famille, les amis. La nourriture, la bière, le vin, le whiskey, la tequila... La vie! J’aurais juste dû dire la vie.

MU : Ascension. Est-ce que ça a été difficile pour toi de te rendre où tu es maintenant?

JESSE LEACH : Oui, ça a été très difficile. Ce l’est encore. Je me mets beaucoup de pression parce que je veux m’améliorer en tant que performeur et en tant que personne. C’est un défi, mais la vie l’est aussi. C’est difficile, car en essayant d’être une meilleure personne et un meilleur artiste, on peut le faire mal. J’en sue sang et eau.

MU : Loyalty. Peux-tu me raconter une histoire d’un fan qui montre ce qu’est la loyauté?

JESSE LEACH : Oui. Nous avons deux fans en particulier en Europe. Ils sont venus voir entre 30 et 40 spectacles. Ils ont déjà pris l’avion d’Allemagne jusqu’en France. Ils ont toujours été là, à chaque spectacle, au centre de la première rangée. Ils connaissent les paroles de toutes nos chansons. Nous avons quelques fans dans ce genre-là et chaque fois que je les vois, je leur donne beaucoup d’amour et des câlins. Je leur donne des t-shirts. Ces fans-là me rendent heureux. C’est incroyable. J’ai souvent pris des bières avec eux.

MU : Triumph Through Tragedy. Que signifie ce titre pour toi?

JESSE LEACH : On a tous des épreuves à vivre. Il y a des moments plus difficiles et on doit tous souffrir à un moment ou l’autre. Quand on s’en sort et qu’on a un sentiment triomphant, je crois que ça résume bien notre raison d’être. Il y a des hauts et des bas.

MU : Just Let Go. Y a-t-il eu quelque chose d’important dans ta vie que tu as dû laisser aller?

JESSE LEACH : J’ai dû me débarrasser de quelques personnes toxiques. J’ai dû aussi mettre à l’écart une partie de mon hypocrisie pour apprendre à me connaître. Je crois qu’il faut être capable d’être introspectif et voir qu’on n’est pas parfait. Je trouve que c’est très important et que plus de gens devraient faire ça. Il faut être capable de piler sur son orgueil. Après ça, on voit le monde différemment. C’est quelque chose de continu. J’essaie de rester humble et d’apprécier ce que la vie m’offre.

MU : Until the Day. Y a-t-il quelque chose que tu voudrais absolument faire avant de mourir?

JESSE LEACH : Oui, beaucoup de choses! J’aimerais voyager sans un groupe. J’aime faire des tournées, mais j’aimerais pouvoir vivre des expériences à l’étranger sans avoir d’obligations. J’aimerais escalader le Mont Kilimandjaro avant de mourir. J’aimerais retourner à Hawaii avec ma femme. Elle me tuerait si je ne l’amène pas. J’aimerais beaucoup aller voir la nature en Afrique. J’aimerais aller en Sibérie, en Mongolie, voir de grands terrains vagues. J’adore ça! J’écoute beaucoup de documentaires là-dessus. J’ai envie d’explorer le monde!

MU : Dans le fond, tout ce qui est très différent des grandes villes?

JESSE LEACH : Oui! J’aimerais sortir des États-Unis, particulièrement avec le climat actuel.

MU : Alone I Stand. Es-tu plutôt une personne sociable ou es-tu plutôt solitaire dans la vie de tous les jours?

JESSE LEACH : Je dois dire que je suis plutôt du genre solitaire. J’aime être entouré de gens quand c’est le bon moment, mais je deviendrais fou si je n’avais pas du temps pour moi. Ce n’est pas toujours une bonne chose, car on peut vite ressentir la solitude.

MU : Strenght of the Mind. Quel membre du groupe a le plus de volonté?

JESSE LEACH : Je ne pense pas que ce soit moi. Il y a de la volonté négative et positive. Je dirais qu’il y a beaucoup de volonté négative dans notre groupe! Par exemple, il y a la volonté de boire beaucoup de bières. Je dirais que Adam et Joel ont ce genre de volonté. Ils ont tous une endurance et sont capables de supporter une très grande quantité de bière. Je ne suis pas capable et j’ignore comment ils font.

MU : Merci beaucoup de ton honnêteté et d’avoir voulu répondre à des questions si personnelles. Je te souhaite bonne chance pour le reste de tes tournées. Il commence à pleuvoir assez fort. Merci beaucoup et bon spectacle! On se revoit bientôt à Montréal.

 

Lu 10166 fois Dernière modification le vendredi, 12 août 2016 01:18
Évaluer cet élément
(2 Votes)