16 Aoû 2016

Volbeat : Entrevue vidéo avec Michael Poulsen à Heavy Montréal 2016

Musik Universe a fait une entrevue vidéo avec le leader de VolbeatMichael Poulsen, lors du Heavy Montréal 2016. Nous avons discuté du nouvel album "Seal The Deal & Let's Boogie", de King Diamond et de la chanson "Room 24", de Pokemon et de l'origine du nom du groupe!

TRADUCTION FRANÇAISE APRÈS LA VIDÉO :

MU : Salut tout le monde! Je suis avec Michael Poulsen de Volbeat. Comment se passe ta journée jusqu’à présent?

MICHAEL POULSEN : Ça va bien, merci.

MU : Seal the Deal & Let's Boogie vient de sortir. C’est votre sixième album et j’ai entendu dire qu’il était numéro deux au Canada. Vous devez être très fiers, non?

MICHAEL POULSEN : Eh bien, il doit y avoir des groupes assez mauvais au Canada. Haha. Oui, on est très fiers. Nous avons un bon nombre de fans au Canada, alors ça fait du bien de revenir ici. On avait hâte.

MU : Allez-vous être de passage à nouveau à Montréal après le Heavy Montréal?

MICHAEL POULSEN : Oui. Il y aura d’autres spectacles ici au Canada. On vient tout juste de commencer. On va être très occupé.

MU : Quel sera le prochain simple?

MICHAEL POULSEN : Tu sais quoi? Je ne veux pas me donner trop d’importance, mais je n’ai pas le droit d’en parler. Ce que je peux te dire, c’est que c’est pour très bientôt.

MU : Y aura-t-il un vidéoclip pour l’accompagner?

MICHAEL POULSEN : Peut-être.

MU : En parlant de vidéo, est-ce que vous prévoyez filmer vos performances de cette tournée pour un DVD ou un Blu-ray?

MICHAEL POULSEN : Je ne sais pas. En fait, on n’aime pas vraiment ça quand il y a des caméras qui nous suivent et avec lesquelles on a affaire sur scène. Ça met de la pression. On veut vraiment être à l’aise. On n’aime pas trop se faire filmer en direct, car dans un tel cas, on se concentre trop là-dessus. Ça ne devrait pas être comme ça. Par contre, c’est déjà arrivé qu’on dise à notre équipe de nous filmer. Cependant, il ne fallait pas qu’elle nous dise où et quand. 

MU : Tout va très bien avec le dernier album, un simple paraîtra bientôt. Puis-je te poser des questions par rapport aux albums précédents puisque je n’ai pas eu la chance de t’interviewer là-dessus?

MICHAEL POULSEN : Oui.

MU : Comme tu peux le voir, je suis un grand admirateur de King Diamond (montre son tatouage). Ton groupe a fait la chanson Room 24 avec King Diamond, donc j’en déduis que toi aussi tu es un fan. Quelle est l’histoire derrière la chanson? Comment avez-vous approché cet artiste?

MICHAEL POULSEN : Je suis un bon ami de King depuis plusieurs années. On se connaissait déjà. Dans le temps, je jouais dans un groupe de death métal qui s’appelait Dominus. C’était au début des années 90. C’est à cette époque que j’ai rencontré King. On est toujours resté en communication, même quand Volbeat a commencé à faire des tournées en Amérique. Hank Shermann nous a aussi aidés avec la guitare sur une tournée. Il a joué dans Mercyful Fate. Alors, un jour, on était avec King Diamond en coulisses au Texas et on a parlé de faire une chanson ensemble. J’ai donc commencé à écrire immédiatement, sur la route. J’ai eu une drôle d’expérience dans un hôtel, durant la nuit. C’est difficile à expliquer si tu ne l’as pas vécu. Je me suis réveillé sans pouvoir bouger et j’avais l’impression qu’une femme était dans la pièce. Je ne comprenais pas. Je ne pouvais ni parler ni respirer. J’en ai parlé à King Diamond et sa femme a mentionné la paralysie du sommeil. Je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce qu’elle le dise. J’ai donc été faire des recherches sur Internet et beaucoup de gens ont vécu une expérience du genre. J’ai écrit des paroles en me basant sur cette expérience. King aussi a vécu quelque chose du genre dans un hôtel pendant une tournée. On a mélangé les deux histoires et c’est devenu assez glauque. Ça a donné un très bon résultat.

MU : C’est vraiment intéressant de connaître cette histoire. King Diamond est-il venu vous rejoindre en studio ou vous a-t-il envoyé des fichiers?

MICHAEL POULSEN : Il a enregistré dans un studio au Texas, là où il habite avec sa femme. On lui envoyait nos fichiers et on attendait impatiemment de voir ce qu’il allait nous renvoyer. Il nous a impressionnés. J’en ai eu la chair de poule. J’ai presque pleuré parce que je l’écoute depuis que j’allais à l’école secondaire. Depuis les années 80, j’écoute beaucoup de groupes de métal qui sont devenus légendaires. King Diamond vient du même pays que moi. C’était tout un honneur de l’avoir sur l’album. Un rêve est devenu réalité. On est devenus de très bons amis et on aime parler ensemble. On écoute la musique l’un de l’autre.

MU : La dernière fois qu’on a parlé ensemble à Québec, tu nous as parlé un peu du nom Volbeat. Tu avais mentionné qu’on t’avait dit que c’était le nom d’un Pokémon. Aujourd’hui, il y a une nouvelle application pour téléphone qui s’appelle Pokémon Go, dont tu as certainement entendu parler. J’ai donc un petit quelque chose pour toi, si tu veux bien le montrer à la caméra. C’est Volbeat. Savais-tu qu’il ressemblait à ça?

MICHAEL POULSEN : Oui. Nous n’avons pas nommé le groupe en l’honneur d’un Pokémon. Dans le temps, quand le groupe commençait, j’avais encore un emploi ordinaire. J’étais enseignant suppléant. Les enfants me demandaient le nom de mon groupe. On avait seulement deux démos, alors ce n’était rien de gros encore. On était sur le point de sortir notre premier album. Je disais que le groupe s’appelait Volbeat. Les enfants se mettaient à rire en me disant que c’était le nom d’un Pokémon. Ils m’ont même montré la photo. Maintenant, j’ai des droits sur le nom, donc ce n’est plus un problème. Je me dis que si le nom est populaire auprès des jeunes, ça ne peut pas être mauvais. Je me souviens de la première fois que nous sommes allés en tournée avec Metallica. James aime s’amuser avec les groupes en première partie. Il avait mis une grosse image du Pokémon dans notre loge.

MU : Je vais te souhaiter un très bon spectacle et une belle tournée. J’espère vous voir bientôt à Montréal en tant que tête d’affiche. Merci pour ton temps.

MICHAEL POULSEN : Merci.

 

TRADUCTION : CHRISTELLE ZELAYA

 

Lu 5410 fois Dernière modification le mardi, 16 août 2016 02:21
Évaluer cet élément
(1 Vote)