10 Nov 2016

Halestorm : Entrevue vidéo avec Lzzy Hale à Montréal (2016) Spécial

Musik Universe a rencontré la sympatique Lzzy hale de la formation Halestorm lors de leur passage à Montréal. Voici notre entrevue!

**TRADUCTION FRANÇAISE EN BAS DE LA VIDÉO**


MU : Comment ça va, Lzzy?

Lzzy : Super bien! Merci d’être ici!

MU : Merci à toi d’être avec nous, à Musik Universe!

Lzzy : N’importe quand!

MU : Notre dernière rencontre remonte à environ un an.

Lzzy : Je sais, déjà un an!

MU : Tu nous avais dit que tu reviendrais pour faire un spectacle en tête d’affiche.

Lzzy : Boom! J'ai tenu ma promesse!

MU : On est bien content! Je crois que c’est le dernier spectacle de la tournée?

Lzzy : L’avant-dernier! Il en reste un.

MU : Comment a été la tournée jusqu’à maintenant?

Lzzy : C’était vraiment cool. J’ai l’impression que nous avons donné certaines de nos meilleures performances. Le lineup est incroyable. C’est la première fois que je suis entourée d’autant de femmes. D’une journée à l’autre, le niveau de folie ne cesse d’augmenter. Je ne suis pas habituée à ça, parce que je suis d'ordinaire seulement avec des gars. Si un jour on vous pose la question, je vous le confirme : les filles sont clairement plus folles que les gars! Et venant de moi, ça veut tout dire! Haha!

MU : Quels ont été les moments marquants de la tournée?

Lzzy : À quelques reprises, les filles se sont toutes réunies pour faire une chanson sur scène. Nous avons fait Cherry Bomb avec Lita, j’ai aussi fait un duo avec elle pour Close My Eyes Forever. C’était vraiment de beaux moments. Les autres moments marquants impliquent mon frère… soit qu’on ne le trouve plus, soit qu’il s’embarre par mégarde dans la loge cinq minutes avant notre prestation et qu’on doit trouver un moyen de le sortir de là… c’est assez stressant!

MU : Tu es en tournée avec Lita Ford, l’une des premières grandes femmes dans le rock. Était-elle une influence pour toi quand tu étais plus jeune?

Lzzy : Absolument. J’espère que ça ne sonnera pas irrespectueux, parce que je dis ça dans le plus grand respect, mais à mon avis, elle fait partie des femmes précurseures du rock. Il y a Lita Ford et Joan Jett, évidemment, les sœurs de Heart et Pat Benatar, Janis Joplin … toutes ces femmes qui sont venues avant moi, à l’époque où il n’y avait pas encore de « lignes directrices », aucun chemin à suivre. Moi, j’ai eu la chance d’avoir un modèle comme Lita et de me dire que c’était possible en la regardant. Elle a réussi, elle n’a pas abandonné. Quand Lita était jeune, il n’y avait aucun modèle à suivre, aucune femme ne l’avait fait avant elle. Elle a dû briser des barrières. Encore aujourd’hui, elle a une apparence incroyable, elle rock et elle enfile ces pantalons de cuir chaque jour! Haha! C’est remarquable de voir une femme comme elle, qui a pratiquement vécu toute sa vie sur la route. Elle a commencé quand elle était adolescente et continue encore aujourd’hui. Si un jour je me plains d’avoir mal ou dos ou d’être trop fatiguée, je vais me rappeler que je n’ai aucune excuse, parce que cette femme est encore là et continue de rocker chaque jour. C’est cool!

MU : C’est beau à voir! Il semblerait que tu te sois acheté un nouveau piano?

Lzzy : Oui! C’est la plus récente « grosse dépense » que je me suis permise. J’ai tendance à être un peu trop économe. Je porte mes vêtements jusqu’à ce qu’ils aient beaucoup trop de trous! Haha! Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas acheté de guitare, j’ai décidé d’y aller avec un piano. Parce que je suis maintenant officiellement propriétaire d’une maison! Après toutes ces années! Haha! Je ne suis plus sans-abri! Donc, je voulais avoir un petit piano; je n’en avais pas eu depuis mon enfance. Des amis m’ont permis d’en trouver un, un piano à demi-queue Baldwin. Il est vraiment beau et inspirant.

MU : Super. Tu vas nous faire quelques chansons?

Lzzy : Oh oui! Je vais bombarder Internet de plein de trucs bizarres dans les prochains mois!

MU : Tu as dit que tu t’es enfin acheté une maison. À quel endroit?

Lzzy : À Nashville.

MU : Tu es originaire de la Pennsylvanie. Pourquoi as-tu décidé d’aller à Nashville plutôt qu'à Los Angeles, par exemple?

Lzzy : C’est un peu par hasard. J’y suis allée il y a quelques années pour composer – il y a un incroyable cercle de compositeurs là-bas. J’y ai rencontré une merveilleuse communauté de rock n’ roll et je m’y suis fait beaucoup d’amis. Mais la plupart étaient locataires ou habitaient avec leurs parents, ce n’était pas possible de déménager avec eux. Mais je continuais d’y penser, je me disais que si je devais déménager, ce serait à Nashville. Quelques années plus tard, nous avons décidé de déménager notre équipement et notre entrepôt là-bas. C’est un bel emplacement central, tous les autobus partent de là. Ça nous permettait d’économiser beaucoup d’argent. On s’est mis à se dire qu’il faudrait que quelqu’un habite à Nashville! Tout notre équipement est là! J’ai commencé par louer un appartement, puis j’ai enfin trouvé une maison. Ou la maison m’a trouvée.

MU : Ça semble être un endroit vraiment amusant. C’est l’endroit que j’aimerais le plus visiter. Un jour!

Lzzy : On ira prendre une bière!

MU : Bon plan! La dernière année a été très occupée pour vous, vous avez été beaucoup en tournée. Tu as aussi fait quelques collaborations très surprenantes : Trans-Siberian Orchestra et Dream Theater.

Lzzy : Je suis encore surprise moi-même! Comment ont-ils entendu parler de moi? Haha! Je suis très honorée. J’ai adoré travailler avec Trans-Siberian Orchestra et le musicien principal, Paul. C’est un gars merveilleux. Il a bâti son propre empire, mais il adore rendre les gens heureux. C’est la personne la plus généreuse au monde. Et avec Dream Theater… quand j’ai entendu dire qu’ils voulaient travailler avec moi, je n’y croyais pas! Haha! C’était incroyable! De toutes les personnes à qui ils auraient pu demander de chanter sur cette chanson, ils me voulaient moi. J’étais très honorée. Je ne sais pas qui m’a mis sur quelle liste, mais merci de avoir mise sur cette liste! Haha!

MU : Si tu pouvais collaborer avec n’importe qui d’autre, qui choisirais-tu?

Lzzy : Dans la scène rock classique, je rêve de chanter avec Ann Wilson de Heart. Dans la scène pop, je pense que j’irais avec Pink ou Lady Gaga. Allez, rejoignez-moi dans le côté obscur, c’est cool!

MU : Justement, Lady Gaga est de moins en moins pop.

Lzzy : Oui, elle commence à devenir plus rock! J’ai entendu quelques-unes de ses nouvelles chansons, et elles sont vraiment bonnes!  Il y a deux choses que j’admire à propos d’elle, qui sont à mon avis très positives pour l’industrie de la musique en général et pour la communauté rock. Premièrement, dans son nouveau vidéo, on peut voir un groupe rock, du crowd surfing et un mosh pit. Même si c’est une chanson pop, c’est super d’évoquer ces éléments. Elle est capable de le faire. Deuxièmement, elle a fait une tournée au complet avec Dive Bar, qui est un groupe tout simple avec elle qui chante. C’est vraiment cool. Je crois qu’elle essaye de relever la barre un peu dans le monde pop. Et ça nous aide par le fait même.

MU : Concernant tes récentes collaborations, le son était très différent de Halestorm. Tu as composé et enregistré avec des gars comme Paul O'Neill et John Petrucci. Est-ce que cette expérience a changé ou influencé la façon dont tu écris pour Halestorm?

Lzzy : Ce n’est pas une influence directe. Chaque fois que je vais en studio et qu’on me demande de prêter ma voix pour un projet différent, je veux le faire pour eux, parce que c’est leur projet. Je ne veux pas le faire pour moi. Ça me permet d’en apprendre beaucoup sur moi et sur ma voix. Il m’arrive de découvrir du nouvel équipement que je n’avais jamais utilisé auparavant. Donc oui, il est possible que j’incorpore ça dans les quelques chansons suivantes, juste pour le plaisir. Mais c’est étrange, car je me rends compte que plus je touche à toutes sortes de styles, plus j’apprécie mes racines. C’est donc l’effet opposé. Les dernières chansons de Halestorm que nous avons répétées… je ne veux pas trop en dire, mais nous avons probablement composé les chansons les plus agressives à ce jour! Considérant que je viens tout juste de faire une chanson avec Lindsey Stirling, qui est plus pop, et avec Dream Theater, et une belle ballade avec Trans-Siberian Orchestra, c’est intéressant de constater le contraste. On ne décide pas vraiment de quelle façon ses expériences nous influencent. Il faut juste laisser les choses aller! C’est excitant!

MU : C’est ça l’important! Ça fait de nombreuses années que tu fais ça et tu as beaucoup de chansons à ton actif. Combien d’entre elles sont autobiographiques?

Lzzy : Presque toutes nos chansons le sont. Si ce n’est pas à propos de moi, c’est à propos de ce que vit l’un des gars du groupe, des trucs que j’ai observés. Je pense que c’est important, surtout à ce point-ci de notre carrière, d’être le plus honnête possible. Pas que nous ne l’étions pas avant, mais je me souviens que, pour le premier album, j’avais un peu peur de m’ouvrir. Je n’étais pas assez à l’aise. Mais après toutes ces années, et à force de rencontrer des gens comme toi, je deviens de plus en plus honnête. Et les réactions sont plus positives aussi, ce qui me surprend!

MU : Parlant d’être honnête et de s’ouvrir, tu es très active sur ton compte Twitter. Tu as même des chroniques de questions et d’éducation sexuelle. Je trouve que c’est une façon très cool de communiquer avec tes fans. Comment trouves-tu ça? Quelle est la question plus bizarre qu’on t’ait posée?

Lzzy : J’ai reçu beaucoup de questions bizarres! Pour répondre à la première partie de ta question, je crois qu’il est important d’avoir des liens très directs avec mes fans. Je dirais même qu’ils ne sont plus simplement des fans. Les médias sociaux nous ont permis d’apprendre à se connaître beaucoup mieux, même si j’interagis avec plusieurs milliers de personnes. Ça ramène vraiment les choses à un niveau plus personnel. Pour moi, c’est thérapeutique. Je peux leur exprimer ce que je ressens, et je reçois une grande rétroaction. C’est le cercle complet de l’inspiration. Évidemment, je reçois beaucoup de questions bizarres, en particulier quand je fais ma chronique d’éducation sexuelle. Ça varie des jeunes filles qui me posent des questions sur la contraception ou l’abstinence aux gars qui me demandent des photos de mes pieds! On me demande souvent ça! Je respecte tout le monde, même si vous voulez voir mes pieds! Haha! Donc oui, c’est très varié. J’aime qu’ils se sentent aussi ouverts avec moi que je lui suis avec eux.

MU : La tournée est presque finie. J’ai entendu dire que vous travaillez sur un troisième album de reprises. Peux-tu nous en parler?

Lzzy : Je ne peux dévoiler aucun nom, malheureusement! Mais je peux vous dire qu’il y aura 6 ou 7 chansons, très variées. Quand vous allez voir les titres, vous allez être vraiment surpris. Je crois que la communauté métal va aimer. Ça va être amusant!

MU : Avez-vous commencé à travailler sur votre nouvel album?

Lzzy : Oui! Je crois qu’on a déjà trouvé un producteur. Les choses vont aller plus vite cette fois. Nous ne voulons pas attendre trop longtemps avant de retourner en studio et faire de nouvelles chansons.

MU : Et à quoi ressemblera la prochaine année pour Halestorm?

Lzzy : Tu t’en doutes sûrement! Nous allons être en tournée! Nous avons un peu de nouveau, nous allons faire des spectacles en Nouvelle-Zélande et en Australie au début de 2017. Nous allons d’ailleurs être en Nouvelle-Zélande pour le Nouvel An! Nous allons être les premiers à célébrer la nouvelle année! Ça va être amusant! Ensuite… composer et enregistrer et continuer à faire ce que nous faisons toujours : des tournées!

MU : Merci beaucoup et bon spectacle ce soir!

Lzzy : Merci! Merci à tout le monde qui nous écoute et à tout le monde de Musik Universe!

TRADUCTION : Amélie Giguère Morin

MU : Comment ça va, Lzzy?

Lzzy : Super bien! Merci d’être ici!

MU : Merci à toi d’être avec nous, à Musik Universe!

Lzzy : N’importe quand!

MU : Notre dernière rencontre remonte à environ un an.

Lzzy : Je sais, déjà un an!

MU : Tu nous avais dit que tu reviendrais pour faire un spectacle en tête d’affiche.

Lzzy : Boom! J'ai tenu ma promesse!

MU : On est bien content! Je crois que c’est le dernier spectacle de la tournée?

Lzzy : L’avant-dernier! Il en reste un.

MU : Comment a été la tournée jusqu’à maintenant?

Lzzy : C’était vraiment cool. J’ai l’impression que nous avons donné certaines de nos meilleures performances. Le lineup est incroyable. C’est la première fois que je suis entourée d’autant de femmes. D’une journée à l’autre, le niveau de folie ne cesse d’augmenter. Je ne suis pas habituée à ça, parce que je suis d'ordinaire seulement avec des gars. Si un jour on vous pose la question, je vous le confirme : les filles sont clairement plus folles que les gars! Et venant de moi, ça veut tout dire! Haha!

MU : Quels ont été les moments marquants de la tournée?

Lzzy : À quelques reprises, les filles se sont toutes réunies pour faire une chanson sur scène. Nous avons fait Cherry Bomb avec Lita, j’ai aussi fait un duo avec elle pour Close My Eyes Forever. C’était vraiment de beaux moments. Les autres moments marquants impliquent mon frère… soit qu’on ne le trouve plus, soit qu’il s’embarre par mégarde dans la loge cinq minutes avant notre prestation et qu’on doit trouver un moyen de le sortir de là… c’est assez stressant!

MU : Tu es en tournée avec Lita Ford, l’une des premières grandes femmes dans le rock. Était-elle une influence pour toi quand tu étais plus jeune?

Lzzy : Absolument. J’espère que ça ne sonnera pas irrespectueux, parce que je dis ça dans le plus grand respect, mais à mon avis, elle fait partie des femmes précurseures du rock. Il y a Lita Ford et Joan Jett, évidemment, les sœurs de Heart et Pat Benatar, Janis Joplin … toutes ces femmes qui sont venues avant moi, à l’époque où il n’y avait pas encore de « lignes directrices », aucun chemin à suivre. Moi, j’ai eu la chance d’avoir un modèle comme Lita et de me dire que c’était possible en la regardant. Elle a réussi, elle n’a pas abandonné. Quand Lita était jeune, il n’y avait aucun modèle à suivre, aucune femme ne l’avait fait avant elle. Elle a dû briser des barrières. Encore aujourd’hui, elle a une apparence incroyable, elle rock et elle enfile ces pantalons de cuir chaque jour! Haha! C’est remarquable de voir une femme comme elle, qui a pratiquement vécu toute sa vie sur la route. Elle a commencé quand elle était adolescente et continue encore aujourd’hui. Si un jour je me plains d’avoir mal ou dos ou d’être trop fatiguée, je vais me rappeler que je n’ai aucune excuse, parce que cette femme est encore là et continue de rocker chaque jour. C’est cool!

MU : C’est beau à voir! Il semblerait que tu te sois acheté un nouveau piano?

Lzzy : Oui! C’est la plus récente « grosse dépense » que je me suis permise. J’ai tendance à être un peu trop économe. Je porte mes vêtements jusqu’à ce qu’ils aient beaucoup trop de trous! Haha! Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas acheté de guitare, j’ai décidé d’y aller avec un piano. Parce que je suis maintenant officiellement propriétaire d’une maison! Après toutes ces années! Haha! Je ne suis plus sans-abri! Donc, je voulais avoir un petit piano; je n’en avais pas eu depuis mon enfance. Des amis m’ont permis d’en trouver un, un piano à demi-queue Baldwin. Il est vraiment beau et inspirant.

MU : Super. Tu vas nous faire quelques chansons?

Lzzy : Oh oui! Je vais bombarder Internet de plein de trucs bizarres dans les prochains mois!

MU : Tu as dit que tu t’es enfin acheté une maison. À quel endroit?

Lzzy : À Nashville.

MU : Tu es originaire de la Pennsylvanie. Pourquoi as-tu décidé d’aller à Nashville plutôt qu'à Los Angeles, par exemple?

Lzzy : C’est un peu par hasard. J’y suis allée il y a quelques années pour composer – il y a un incroyable cercle de compositeurs là-bas. J’y ai rencontré une merveilleuse communauté de rock n’ roll et je m’y suis fait beaucoup d’amis. Mais la plupart étaient locataires ou habitaient avec leurs parents, ce n’était pas possible de déménager avec eux. Mais je continuais d’y penser, je me disais que si je devais déménager, ce serait à Nashville. Quelques années plus tard, nous avons décidé de déménager notre équipement et notre entrepôt là-bas. C’est un bel emplacement central, tous les autobus partent de là. Ça nous permettait d’économiser beaucoup d’argent. On s’est mis à se dire qu’il faudrait que quelqu’un habite à Nashville! Tout notre équipement est là! J’ai commencé par louer un appartement, puis j’ai enfin trouvé une maison. Ou la maison m’a trouvée.

MU : Ça semble être un endroit vraiment amusant. C’est l’endroit que j’aimerais le plus visiter. Un jour!

Lzzy : On ira prendre une bière!

MU : Bon plan! La dernière année a été très occupée pour vous, vous avez été beaucoup en tournée. Tu as aussi fait quelques collaborations très surprenantes : Trans-Siberian Orchestra et Dream Theater.

Lzzy : Je suis encore surprise moi-même! Comment ont-ils entendu parler de moi? Haha! Je suis très honorée. J’ai adoré travailler avec Trans-Siberian Orchestra et le musicien principal, Paul. C’est un gars merveilleux. Il a bâti son propre empire, mais il adore rendre les gens heureux. C’est la personne la plus généreuse au monde. Et avec Dream Theater… quand j’ai entendu dire qu’ils voulaient travailler avec moi, je n’y croyais pas! Haha! C’était incroyable! De toutes les personnes à qui ils auraient pu demander de chanter sur cette chanson, ils me voulaient moi. J’étais très honorée. Je ne sais pas qui m’a mis sur quelle liste, mais merci de avoir mise sur cette liste! Haha!

MU : Si tu pouvais collaborer avec n’importe qui d’autre, qui choisirais-tu?

Lzzy : Dans la scène rock classique, je rêve de chanter avec Ann Wilson de Heart. Dans la scène pop, je pense que j’irais avec Pink ou Lady Gaga. Allez, rejoignez-moi dans le côté obscur, c’est cool!

MU : Justement, Lady Gaga est de moins en moins pop.

Lzzy : Oui, elle commence à devenir plus rock! J’ai entendu quelques-unes de ses nouvelles chansons, et elles sont vraiment bonnes!  Il y a deux choses que j’admire à propos d’elle, qui sont à mon avis très positives pour l’industrie de la musique en général et pour la communauté rock. Premièrement, dans son nouveau vidéo, on peut voir un groupe rock, du crowd surfing et un mosh pit. Même si c’est une chanson pop, c’est super d’évoquer ces éléments. Elle est capable de le faire. Deuxièmement, elle a fait une tournée au complet avec Dive Bar, qui est un groupe tout simple avec elle qui chante. C’est vraiment cool. Je crois qu’elle essaye de relever la barre un peu dans le monde pop. Et ça nous aide par le fait même.

MU : Concernant tes récentes collaborations, le son était très différent de Halestorm. Tu as composé et enregistré avec des gars comme Paul O'Neill et John Petrucci. Est-ce que cette expérience a changé ou influencé la façon dont tu écris pour Halestorm?

Lzzy : Ce n’est pas une influence directe. Chaque fois que je vais en studio et qu’on me demande de prêter ma voix pour un projet différent, je veux le faire pour eux, parce que c’est leur projet. Je ne veux pas le faire pour moi. Ça me permet d’en apprendre beaucoup sur moi et sur ma voix. Il m’arrive de découvrir du nouvel équipement que je n’avais jamais utilisé auparavant. Donc oui, il est possible que j’incorpore ça dans les quelques chansons suivantes, juste pour le plaisir. Mais c’est étrange, car je me rends compte que plus je touche à toutes sortes de styles, plus j’apprécie mes racines. C’est donc l’effet opposé. Les dernières chansons de Halestorm que nous avons répétées… je ne veux pas trop en dire, mais nous avons probablement composé les chansons les plus agressives à ce jour! Considérant que je viens tout juste de faire une chanson avec Lindsey Stirling, qui est plus pop, et avec Dream Theater, et une belle ballade avec Trans-Siberian Orchestra, c’est intéressant de constater le contraste. On ne décide pas vraiment de quelle façon ses expériences nous influencent. Il faut juste laisser les choses aller! C’est excitant!

MU : C’est ça l’important! Ça fait de nombreuses années que tu fais ça et tu as beaucoup de chansons à ton actif. Combien d’entre elles sont autobiographiques?

Lzzy : Presque toutes nos chansons le sont. Si ce n’est pas à propos de moi, c’est à propos de ce que vit l’un des gars du groupe, des trucs que j’ai observés. Je pense que c’est important, surtout à ce point-ci de notre carrière, d’être le plus honnête possible. Pas que nous ne l’étions pas avant, mais je me souviens que, pour le premier album, j’avais un peu peur de m’ouvrir. Je n’étais pas assez à l’aise. Mais après toutes ces années, et à force de rencontrer des gens comme toi, je deviens de plus en plus honnête. Et les réactions sont plus positives aussi, ce qui me surprend!

MU : Parlant d’être honnête et de s’ouvrir, tu es très active sur ton compte Twitter. Tu as même des chroniques de questions et d’éducation sexuelle. Je trouve que c’est une façon très cool de communiquer avec tes fans. Comment trouves-tu ça? Quelle est la question plus bizarre qu’on t’ait posée?

Lzzy : J’ai reçu beaucoup de questions bizarres! Pour répondre à la première partie de ta question, je crois qu’il est important d’avoir des liens très directs avec mes fans. Je dirais même qu’ils ne sont plus simplement des fans. Les médias sociaux nous ont permis d’apprendre à se connaître beaucoup mieux, même si j’interagis avec plusieurs milliers de personnes. Ça ramène vraiment les choses à un niveau plus personnel. Pour moi, c’est thérapeutique. Je peux leur exprimer ce que je ressens, et je reçois une grande rétroaction. C’est le cercle complet de l’inspiration. Évidemment, je reçois beaucoup de questions bizarres, en particulier quand je fais ma chronique d’éducation sexuelle. Ça varie des jeunes filles qui me posent des questions sur la contraception ou l’abstinence aux gars qui me demandent des photos de mes pieds! On me demande souvent ça! Je respecte tout le monde, même si vous voulez voir mes pieds! Haha! Donc oui, c’est très varié. J’aime qu’ils se sentent aussi ouverts avec moi que je lui suis avec eux.

MU : La tournée est presque finie. J’ai entendu dire que vous travaillez sur un troisième album de reprises. Peux-tu nous en parler?

Lzzy : Je ne peux dévoiler aucun nom, malheureusement! Mais je peux vous dire qu’il y aura 6 ou 7 chansons, très variées. Quand vous allez voir les titres, vous allez être vraiment surpris. Je crois que la communauté métal va aimer. Ça va être amusant!

MU : Avez-vous commencé à travailler sur votre nouvel album?

Lzzy : Oui! Je crois qu’on a déjà trouvé un producteur. Les choses vont aller plus vite cette fois. Nous ne voulons pas attendre trop longtemps avant de retourner en studio et faire de nouvelles chansons.

MU : Et à quoi ressemblera la prochaine année pour Halestorm?

Lzzy : Tu t’en doutes sûrement! Nous allons être en tournée! Nous avons un peu de nouveau, nous allons faire des spectacles en Nouvelle-Zélande et en Australie au début de 2017. Nous allons d’ailleurs être en Nouvelle-Zélande pour le Nouvel An! Nous allons être les premiers à célébrer la nouvelle année! Ça va être amusant! Ensuite… composer et enregistrer et continuer à faire ce que nous faisons toujours : des tournées!

MU : Merci beaucoup et bon spectacle ce soir!

Lzzy : Merci! Merci à tout le monde qui nous écoute et à tout le monde de Musik Universe!

 

 

 

Lu 1588 fois Dernière modification le jeudi, 10 novembre 2016 13:02
Évaluer cet élément
(2 Votes)