17 Avr 2018

Bad Wolves : Entrevue avec Tommy Vext à Montréal (2018) Spécial

Musik Universe a discuté avec Tommy Vext, le chanteur de la formation Bad Wolves lors de son passage à Montréal pour faire la promotion de l'album "Disobey" qui sera disponible le 11 mai prochain. Le groupe vient de laisser sa marque sur les palmarès avec son plus récent single "Zombie", la reprise des Cranberries. Une discussion bien sympathique qui vous aidera à connaître cette nouvelle formation américaine.

TRADUCTION FRANÇAISE EN BAS DE LA VIDÉO :




MU : Aimes-tu Montréal avec le temps fou qu’on a actuellement?

Tommy Vext : Oui, pour être franc, je pense que je vais déménager ici. Je suis tanné de Los Angeles et des palmiers. Il est temps que je change d’air!

MU : Je ne te crois pas! Donc, ton groupe c’est Bad Wolves, un nouveau groupe. La majorité des gens vous connaît grâce à votre reprise de Zombie. Il y a une triste histoire derrière cette chanson. Dolores devait chanter avec vous sur cette chanson et elle est malheureusement décédée avant. Peux-tu nous expliquer comment vous l’avez approchée pour qu’elle participe au nouvel enregistrement de la chanson?

TV : Certainement! En gros, nous avons enregistré la reprise en 2017. À l’époque, j’étais à Londres, en tournée avec Five Finger Death Punch, et puis en arrière-scène, j’ai rencontré Dan Waite, le gérant principal de la maison de disques Eleven Seven Music au Royaume-Uni. Il est un ami de longue date de Dolores et de sa famille et m’a dit qu’il avait vraiment aimé la reprise. J’étais déjà un peu nerveux que la chanson figure sur l’album, car c’est un gros hit. Pour me redonner un peu confiance en moi, j’ai demandé à Dan d’envoyer à la chanson à Dolores pour avoir son approbation et savoir ce qu’elle en pensait. Quelques jours plus tard, il m’a appelé pour me dire qu’elle voulait chanter avec nous. C’est un rêve qui est devenu réalité.  

MU : Est-ce que la version que nous connaissons tous en ce moment est la première version que tu lui as envoyée? Est-ce que le groupe l’a réenregistrée après son décès?

TV : La version que tout le monde connaît correspond à celle pour laquelle elle voulait chanter.

MU : Aviez-vous eu le temps de discuter des parties sur lesquelles elle allait chanter?

TV : Puisqu’elle a écrit la chanson, nous ne voulions pas lui dire quoi faire. Nous avons envoyé les pistes au studio pour lui laisser carte blanche afin qu’elle puisse faire ce qu’elle voulait. J’allais ensuite retravailler sur mes pistes vocales selon les siennes et pour suivre ses idées.

MU : Beaucoup de fans de rock et de métal connaissent Bad Wolves à cause de cette reprise et de la triste histoire qui l’entoure. Vous êtes bien plus qu’un « one hit wonder ». Vous allez bientôt lancer votre nouvel album, Disobey, le 11 mai si je ne me trompe pas.

TV : Oui, le 11 mai c’est bien ça.

MU : Pour les nouveaux fans qui connaissent seulement Zombie, peux-tu décrire le style musical de Bad Wolves dans tes propres mots?

TV : Nous sommes un groupe de métal. Notre reprise de Zombie tire plutôt sur le rock et c’est ainsi que les stations de radio et plusieurs personnes l’ont interprété. Nous sommes un groupe très éclectique. Nous sommes notamment influencés par Metallica et Alice In Chains, en passant par Meshuggah, Busta Rhymes et Fiona Apple. Nous aimons aussi Guns N’ Roses et la musique de type orchestral. Nous écoutons de tout. Nous voulions créer un album que nous aimions et que nous aurions acheté étant ados. Certaines chansons vont rappeler Slipknot, Slayer et Pantera aux gens, et d’autres feront plutôt penser à Alice In Chains, à Nirvana et à Soundgarden. C’est difficile de mettre le doigt dessus et de définir notre style avec précision. Nous verrons ce que les autres en disent. Ce qui est cool, c’est quand John a formé le groupe, il voulait vraiment que le groupe ait un son original. Pour moi, ce groupe est une plateforme sans aucune restriction. Ça nous rend originaux et nous démarque des autres. Je dirais que c’est davantage le cas que pour nos anciens groupes, et ce, malgré leur grande popularité.  

MU : La première fois que je t’ai vu, c’était avec Divine Heresy, aux Foufounes Électriques, il y a de ça quelques années.

TV : Oui, je crois que ça fait 10 ans!

MU : Il me semble que Zoltan est ton gérant. Il va sans doute t’aider à faire une tournée avec Five Finger Death Punch. Quels sont les plans à venir pour le groupe?

TV : Lorsque nous allons rentrer du Canada, nous allons commencer notre tournée. Le premier arrêt sera lors du Ufest, en Arizona, puis nous jouerons à la salle Las Rageous (Las Vegas). Nous performerons avec Five Finger Death Punch à ces deux spectacles. Ensuite, nous ferons un bout de chemin aux États-Unis en compagnie de Hollywood Undead pour ensuite aller en tournée avec Five Finger Death Punch et Shinedown au courant de mai. Ensuite, en juin, nous allons faire une tournée pour laquelle nous serons la tête d’affiche. Et puis, en juillet, nous allons faire une grosse tournée d’été aux côtés de Breaking Benjamin. Nous allons être très occupés pour les 6 prochains mois, car nous serons constamment en tournée.

MU : Puisque tu parles de tournée et que tu es à Montréal en ce moment pour faire la promotion de ton groupe, est-ce que je peux te demander s’il y a une possibilité que vous passiez à Montréal bientôt?

TV : Ça se peut. Pour l’instant, il n’y a rien de confirmé, mais notre équipe est actuellement en train de travailler pour organiser des spectacles au Canada. Je ne sais pas si ça sera en novembre ou s’il y aura des dates pour des événements spéciaux cet été. Nous allons voir ce que notre horaire peut nous permettre.

MU : Est-ce qu’un simple ou une autre vidéo sont prévus pour soutenir le lancement du nouvel album?

TV : Oui, nous venons de tourner mercredi dernier à Los Angeles, sous la direction de Wayne Isham, qui est aussi derrière le vidéoclip de Zombie. C’est pour une nouvelle chanson, Remember When. C’est une sortie d’autobiographie. Il s’agit d’un court métrage sur mon histoire et celle de mon jumeau, qui a essayé de m’assassiner en 2010, lors d’une invasion à domicile. Nous ne l’avons pas eu facile. De mon côté, je suis devenu sobre et me suis mis à faire de la musique, mais mon frère est resté dépendant. Un jour, je suis rentré tôt à la maison et il était en train de voler chez moi. Il m’a frappé avec un pied-de-biche et m’a explosé la rate. Je me suis vidé de mon sang et il a fallu me ressusciter. C’était assez fou. Bref, ce vidéoclip va parler des choix que l’on fait dans la vie et de la façon qu’ils peuvent nous influencer et définir notre caractère à l’âge adulte.  

MU : Allons-nous voir une mise en scène de cet événement dans le vidéoclip?

TV : Oui. Ça sera des acteurs. Vous verrez deux paires de jumeaux : des enfants de 9 ou 10 et des adultes nous jouant jusque dans la trentaine.

MU : Es-tu en bons termes avec ton frère ou as-tu coupé les ponts?

TV : Il est en prison pour encore 10 ans. Je n’ai pas vraiment le temps de le visiter, mais quand je serai de retour sur la côte Est, je vais essayer d’aller le voir.

MU : Bonne chance avec ça! Merci beaucoup Tommy. J’espère pouvoir te voir en personne pour faire une autre entrevue une fois que tu seras de passage à Montréal pour donner un concert. Je te souhaite la meilleure des chances pour le lancement de Disobey, le 11 mai.

TV : Merci beaucoup, nous avons très hâte de jouer à Montréal. J’espère te rencontrer quand nous y serons. Bye! 


MU : Aimes-tu Montréal avec le temps fou qu’on a actuellement?

Tommy Vext : Oui, pour être franc, je pense que je vais déménager ici. Je suis tanné de Los Angeles et des palmiers. Il est temps que je change d’air!

MU : Je ne te crois pas! Donc, ton groupe c’est Bad Wolves, un nouveau groupe. La majorité des gens vous connaît grâce à votre reprise de Zombie. Il y a une triste histoire derrière cette chanson. Dolores devait chanter avec vous sur cette chanson et elle est malheureusement décédée avant. Peux-tu nous expliquer comment vous l’avez approchée pour qu’elle participe au nouvel enregistrement de la chanson?

TV : Certainement! En gros, nous avons enregistré la reprise en 2017. À l’époque, j’étais à Londres, en tournée avec Five Finger Death Punch, et puis en arrière-scène, j’ai rencontré Dan Waite, le gérant principal de la maison de disques Eleven Seven Music au Royaume-Uni. Il est un ami de longue date de Dolores et de sa famille et m’a dit qu’il avait vraiment aimé la reprise. J’étais déjà un peu nerveux que la chanson figure sur l’album, car c’est un gros hit. Pour me redonner un peu confiance en moi, j’ai demandé à Dan d’envoyer à la chanson à Dolores pour avoir son approbation et savoir ce qu’elle en pensait. Quelques jours plus tard, il m’a appelé pour me dire qu’elle voulait chanter avec nous. C’est un rêve qui est devenu réalité.  

MU : Est-ce que la version que nous connaissons tous en ce moment est la première version que tu lui as envoyée? Est-ce que le groupe l’a réenregistrée après son décès?

TV : La version que tout le monde connaît correspond à celle pour laquelle elle voulait chanter.

MU : Aviez-vous eu le temps de discuter des parties sur lesquelles elle allait chanter?

TV : Puisqu’elle a écrit la chanson, nous ne voulions pas lui dire quoi faire. Nous avons envoyé les pistes au studio pour lui laisser carte blanche afin qu’elle puisse faire ce qu’elle voulait. J’allais ensuite retravailler sur mes pistes vocales selon les siennes et pour suivre ses idées.

MU : Beaucoup de fans de rock et de métal connaissent Bad Wolves à cause de cette reprise et de la triste histoire qui l’entoure. Vous êtes bien plus qu’un « one hit wonder ». Vous allez bientôt lancer votre nouvel album, Disobey, le 11 mai si je ne me trompe pas.

TV : Oui, le 11 mai c’est bien ça.

MU : Pour les nouveaux fans qui connaissent seulement Zombie, peux-tu décrire le style musical de Bad Wolves dans tes propres mots?

TV : Nous sommes un groupe de métal. Notre reprise de Zombie tire plutôt sur le rock et c’est ainsi que les stations de radio et plusieurs personnes l’ont interprété. Nous sommes un groupe très éclectique. Nous sommes notamment influencés par Metallica et Alice In Chains, en passant par Meshuggah, Busta Rhymes et Fiona Apple. Nous aimons aussi Guns N’ Roses et la musique de type orchestral. Nous écoutons de tout. Nous voulions créer un album que nous aimions et que nous aurions acheté étant ados. Certaines chansons vont rappeler Slipknot, Slayer et Pantera aux gens, et d’autres feront plutôt penser à Alice In Chains, à Nirvana et à Soundgarden. C’est difficile de mettre le doigt dessus et de définir notre style avec précision. Nous verrons ce que les autres en disent. Ce qui est cool, c’est quand John a formé le groupe, il voulait vraiment que le groupe ait un son original. Pour moi, ce groupe est une plateforme sans aucune restriction. Ça nous rend originaux et nous démarque des autres. Je dirais que c’est davantage le cas que pour nos anciens groupes, et ce, malgré leur grande popularité.  

MU : La première fois que je t’ai vu, c’était avec Divine Heresy, aux Foufounes Électriques, il y a de ça quelques années.

TV : Oui, je crois que ça fait 10 ans!

MU : Il me semble que Zoltan est ton gérant. Il va sans doute t’aider à faire une tournée avec Five Finger Death Punch. Quels sont les plans à venir pour le groupe?

TV : Lorsque nous allons rentrer du Canada, nous allons commencer notre tournée. Le premier arrêt sera lors du Ufest, en Arizona, puis nous jouerons à la salle Las Rageous (Las Vegas). Nous performerons avec Five Finger Death Punch à ces deux spectacles. Ensuite, nous ferons un bout de chemin aux États-Unis en compagnie de Hollywood Undead pour ensuite aller en tournée avec Five Finger Death Punch et Shinedown au courant de mai. Ensuite, en juin, nous allons faire une tournée pour laquelle nous serons la tête d’affiche. Et puis, en juillet, nous allons faire une grosse tournée d’été aux côtés de Breaking Benjamin. Nous allons être très occupés pour les 6 prochains mois, car nous serons constamment en tournée.

MU : Puisque tu parles de tournée et que tu es à Montréal en ce moment pour faire la promotion de ton groupe, est-ce que je peux te demander s’il y a une possibilité que vous passiez à Montréal bientôt?

TV : Ça se peut. Pour l’instant, il n’y a rien de confirmé, mais notre équipe est actuellement en train de travailler pour organiser des spectacles au Canada. Je ne sais pas si ça sera en novembre ou s’il y aura des dates pour des événements spéciaux cet été. Nous allons voir ce que notre horaire peut nous permettre.

MU : Est-ce qu’un simple ou une autre vidéo sont prévus pour soutenir le lancement du nouvel album?

TV : Oui, nous venons de tourner mercredi dernier à Los Angeles, sous la direction de Wayne Isham, qui est aussi derrière le vidéoclip de Zombie. C’est pour une nouvelle chanson, Remember When. C’est une sortie d’autobiographie. Il s’agit d’un court métrage sur mon histoire et celle de mon jumeau, qui a essayé de m’assassiner en 2010, lors d’une invasion à domicile. Nous ne l’avons pas eu facile. De mon côté, je suis devenu sobre et me suis mis à faire de la musique, mais mon frère est resté dépendant. Un jour, je suis rentré tôt à la maison et il était en train de voler chez moi. Il m’a frappé avec un pied-de-biche et m’a explosé la rate. Je me suis vidé de mon sang et il a fallu me ressusciter. C’était assez fou. Bref, ce vidéoclip va parler des choix que l’on fait dans la vie et de la façon qu’ils peuvent nous influencer et définir notre caractère à l’âge adulte.  

MU : Allons-nous voir une mise en scène de cet événement dans le vidéoclip?

TV : Oui. Ça sera des acteurs. Vous verrez deux paires de jumeaux : des enfants de 9 ou 10 et des adultes nous jouant jusque dans la trentaine.

MU : Es-tu en bons termes avec ton frère ou as-tu coupé les ponts?

TV : Il est en prison pour encore 10 ans. Je n’ai pas vraiment le temps de le visiter, mais quand je serai de retour sur la côte Est, je vais essayer d’aller le voir.

MU : Bonne chance avec ça! Merci beaucoup Tommy. J’espère pouvoir te voir en personne pour faire une autre entrevue une fois que tu seras de passage à Montréal pour donner un concert. Je te souhaite la meilleure des chances pour le lancement de Disobey, le 11 mai.

TV : Merci beaucoup, nous avons très hâte de jouer à Montréal. J’espère te rencontrer quand nous y serons. Bye!

Lu 968 fois Dernière modification le mardi, 17 avril 2018 00:20
Évaluer cet élément
(1 Vote)