08 Juil 2015

Sexe, drogue et rock and roll : Que sont devenus les métalleux des années 80?

Dans les années 1980, le heavy métal faisait mauvaise presse. Les chandails noirs avec des images mortuaires, le pessimisme des paroles, les clips violents et la pâleur maladive étaient jugés inquiétants. Aux État-Unis, des groupes comme Black Sabbath ou Judas Priest ont été régulièrement accusés d'inciter les jeunes au meurtre ou au suicide. Tout laissait présumer que les fans de cette musique n'avaient rien pour avoir un futur resplendissant de bonheur.

Eh non, des études récentes ont démontré que les fans de métal se sont mieux adaptés dans la société que ceux qui ont écouté d'autres musiques, donc ils seraient plus heureux. Il s'est avéré que les métalleux ont eu des niveaux plus élevés de bonheur dans leur jeunesse comparé aux autres et ils étaient aussi moins susceptibles d'avoir des regrets au sujet des choses qu'ils avaient faites dans leur jeunesse.

L'étude a porté sur 377 adultes : 154 qui avaient été les fans, musiciens ou groupies métalliques dans les années 1980, 80 qui ont écouté de la musique différente à l'époque, et 153 étudiants de niveau collégial en Californie.

L'ironie de l'étude est que le métal a été considéré comme corrosif pour les valeurs morales et l'intégration sociale dans les années 1980. Avec des groupes comme le PMRC qui cherchait à censurer tout sur le métal, des groupes comme Judas Priest se sont retrouvés en cour, après des accusations que leur album Stained Class contenait des messages subliminaux qui ont conduit deux jeunes hommes à se tuer en 1985.

Lu 7721 fois Dernière modification le jeudi, 09 juillet 2015 02:41
Évaluer cet élément
(1 Vote)