05 Juil 2016

Amnesia Rockfest : Une critique sévère de Twisted Sister contre le festival – justifié ou réaction de diva?

Chaque fois qu’un festival se conclut, que ce soit le Amnesia Rockfest ou autre, on voit inévitablement des vagues d’éloges et de critiques passer dans les réseaux sociaux, certains festivaliers affirmant qu’ils ont passé la plus belle fin de semaine de leur vie et d’autres promettant de ne plus y remettre les pieds. Mais il est assez rare que les groupes eux-mêmes s’en mêlent. Surtout lorsqu’il est question d’une critique aussi virulente que celle publiée sur le site de Twisted Sister, que nous vous avons résumée en français ci-dessous.

 

« Je suis conscient de tout le travail intensif attendu des membres des équipes techniques, et c’est pourquoi j’espérais sincèrement ne jamais avoir à refaire un tel compte rendu complet sur un de nos concerts sur la route… Malheureusement, le Amnesia Rockfest, au Québec, Canada, ne me donne pas le choix. Il serait difficile de trouver un festival portant un nom plus approprié – le Amnesia, le festival que nous aimerions tous oublier!

[…]

Commençons par le voyage de deux heures et demie à partir de l’hôtel. Apparemment, il existe une règle qui stipule que les autobus contenant plus de dix passagers ne peuvent pas traverser les limites de ville ontarienne… Nous sommes un groupe rock, donc évidemment que nous étions plus que dix… juste pour malfaire, nous étions ONZE. Notre chauffeur a donc dû nous faire prendre une route pittoresque de Montréal à Québec, en passant par Vancouver. Nous avons proposé de nous accroupir dans les sièges… de payer l’amende… de jeter l’un de nous dans un fossé (on ne vous dit pas qui!)… mais en vain.

[…]

À notre arrivée sur le site […],  on m’a dirigé vers « le Château ». Le bâtiment était certes très beau de l’extérieur et même une fois à l’intérieur, il semblait plutôt confortable et luxueux… jusqu’à ce que nous fassions quelques pas de plus.

Twisted Sister a besoin d’intimité avant un spectacle. À cet endroit, on aurait dit que tout le monde avait un laissez-passer pour artiste. Il y avait une méga-soulerie dans le lobby menant à la pièce réservée au groupe. Notez que j’utilise le mot « pièce »… Habituellement, nous avons une loge (deux de préférence) en plus d’une pièce pour l’équipe technique et de production, et d’une pièce pour Dee. Avant de le traiter de diva, sachez que Dee a besoin de cette pièce pour s’étirer, s’exercer et faire des vocalises pour s’échauffer avant de monter sur scène.

Je n’arrive pas à croire que les organisateurs pensaient que cette pièce étouffante et encombrée de 10 pieds par 10 pieds allait pouvoir accueillir 15 membres d’équipe technique, 3 techniciens vidéo et 5 artistes. Encore pire, parlons des provisions qu’ils nous avaient laissées : une douzaine de petites bouteilles d’eau, 5 sacs de chips, 3 barres granola, quelques caramels et un paquet de quelque chose qui ressemblait à de la gomme. Pas de miroir. Quelques serviettes à main. Il n’y avait même pas assez de sièges pour permettre aux 5 membres de groupe de s’asseoir. Et aucune salle de bain. Il fallait descendre les escaliers, traverser un couloir, tourner le coin… et là, il y avait une toilette pour environ 300 personnes saoules. Et pour combler le tout? Le nom du groupe avait été mal écrit sur la porte de la loge. SÉRIEUSEMENT???

[…]

Pour aller à la scène, ils m’ont offert un transport en voiturette de golf. Jusque-là, ça allait… jusqu’à ce qu’ils me déposent sur un quai. Eh oui, UN QUAI. Ils m’ont informé qu’il s’agissait de la seule façon de s’y rendre, que ça prendrait 45 minutes ou plus en mini-fourgonnette, parce qu’il n’y a qu’une seule rue menant au festival et qu’elle ressemble à une fête du Mardi gras avec des hordes de fans bousculant les véhicules des artistes qui tentent de traverser. Je me suis donc rendu à la scène en bateau, pour essayer de trouver une solution de rechange au problème de loge.

J’ai donc dû prendre une navette… pour me rendre sur un quai… pour monter sur UN STUPIDE BATEAU qui a pris 15-20 minutes à traverser un étang et qui m’a déposé sur un autre quai flottant de 200 pieds. De là, il m’a fallu emprunter un chemin secondaire poussiéreux et bouetteux, traversé par des coulis d’urine provenant des toilettes portatives qui débordaient… pour finalement arriver à la scène. La RIDICULEMENT MINUSCULE scène Jägermeister. Elle portait bien son nom, parce qu’elle me donnait envie de vomir.

Si je comprends bien, Korn et Blink 182 ont droit à des scènes de taille décente, mais Twisted Sister doit se contenter d’une scène de la grosseur d’une tétine de moucheron. […] Mais c’est seulement Twisted Sister; c’est seulement l’un des plus gros groupes métal EN TÊTE D’AFFICHE du festival; c’est seulement leur tournée d’ADIEU; c’est seulement la DERNIÈRE CRISS DE FOIS que leurs fans canadiens pourront les voir jouer live. Pas grave. Twisted Sister est en tête d’affiche au Sweden Rock, au Graspop Metal Meeting, au Hellfest, au See Rock… mais hey, donnons-leur une plage horaire de troisième classe et une scène d’école secondaire!

[…]

Le groupe est arrivé peu de temps après et je vous jure que je n’avais jamais vu une telle expression sur leur visage. Ils avaient parcouru tout ce chemin, de l’ancienne loge (à l’entrée du festival) jusqu’ici… Et d’après ce que j’ai compris, c’était un long et pénible trajet à travers une rue débordant de fêtards ivres et turbulents.

[…]

Parlons maintenant du programme. La tournée porte le nom « Forty and Fuck It », ce qui fait référence au nombre d’années pendant lesquelles Jay Jay, Eddie et Dee ont joué ensemble. De toute évidence, les organisateurs du festival ont pensé que « Forty and Fuck It » faisait plutôt référence au temps de scène.  Le groupe a offert de jouer une heure (même si c’était indiqué 45 minutes sur le contrat), mais le festival a refusé. Après l’enregistrement de « Long Way to the Top… », il nous restait donc 42 minutes. Même si Dee a tenté d’être bref entre les chansons et que les musiciens ont joué sur un tempo de concert, nous avons manqué de temps.

1. Stay Hungry ou What You Don’t Know (désolé, j’étais en train de monter la colline à la course, je ne me souviens pas de ce qu’ils ont joué)

2. The Kids Are Back

3. Burn In Hell

4. You Can’t Stop Rock n’ Roll

5. The Price

6. We’re Not Gonna Take It

7. I Wanna Rock

8. S.M.F. est la dernière chanson qu’ils AURAIENT jouée si le festival n’avait pas mis fin au spectacle.

Sept chansons. Sept maudites chansons.

 […]

Nous avons transmis une note à Dee lui expliquant que le festival était sur le point de nous couper. Il était en train de dire « Merci et bonne soirée » à la foule lorsque le ROI des trous de cul est arrivé et a éteint la console de son.

Vous avez bien lu. Il s’agissait de l’ultime prestation de Twisted Sister au Canada; non seulement les techniciens du festival n’ont pas eu le respect de laisser le groupe jouer la dernière chanson (qui dure seulement 2 minutes), mais ils ont en plus coupé Dee pendant qu’il disait « Merci et bonne soirée! ».

Nous pouvons vivre avec une organisation horrible. Nous pouvons vivre avec de la nourriture pourrie. Nous pouvons vivre avec des loges de merde, des toilettes sales, une petite scène et un mauvais traitement envers notre équipe technique. Mais couper la prestation du groupe à la toute dernière note, sans laisser aux musiciens l’occasion de saluer la foule, est un manque de respect incroyable.

Alors que nous pensions que les choses ne pouvaient pas être pires, les techniciens ont commencé à jeter notre équipement et nos instruments hors de la scène, comme si nous étions des chiens. Nous avons essayé de les protéger tant bien que mal. Je n’avais jamais rien vu de tel — habituellement, même lorsque l’horaire est extrêmement serré, le personnel technique local et du groupe travaille toujours ensemble, en équipe. Le personnel de Twister Sister a fait preuve d’une retenue et d’un professionnalisme incroyables malgré ce mauvais traitement.

[…]

PIRE.FESTIVAL.AU.MONDE.

Allez chier avec votre bateau. Allez chier avec votre petite scène de merde. Allez chier avec vos 45 minutes. Allez chier avec vos 5 sacs de chips. Nous retournons en Europe pour aller jouer dans de vrais festivals! Aux fans de rock du Canada… allez à Heavy Montréal l’an prochain à la place – ce festival ne mérite pas votre présence. »

 

*************************************

Et vous, étiez-vous présent au Rockfest? Comment avez-vous trouvé votre expérience? Croyez-vous que les doléances de Twisted Sister soient justifiées ou que le groupe joue plutôt à la diva?

Je n’étais personnellement pas au festival cette année, mais certains membres de notre équipe y étaient pour couvrir les spectacles. Selon Patryk Pigeon, photographe et propriétaire de Musik Universe, « tout était propre et bien organisé du côté du site. Je ne peux pas parler de l’hôtel ni des loges, car je n’étais pas avec les artistes. Nous, les médias, n’avons aucunement connaissance des ententes avec les groupes. Si Twisted Sister dit vrai, je ne suis pas inquiet que le Rockfest va rajuster le tir pour l’an prochain. »

Voici le lien de l’article via le site de Twisted Sister :
http://www.twistedsister.com/amnesia-shitfest-montebello-quebec-canada-24-june-2016

 

Lu 54413 fois Dernière modification le mardi, 05 juillet 2016 14:44
Évaluer cet élément
(7 Votes)