28 Avr 2017

The Agonist règle ses comptes avec Alissa White-Gluz

C’est dans des termes très peu élogieux que Dan Marino parle de l’ancienne chanteuse de The Agonist, Alissa White-Gluz. Après avoir entendu une entrevue avec elle, où elle racontait sa version de son départ du groupe, Dan a voulu remettre les pendules à l’heure.

Alors qu’AWG parle avec émotion de « la pire trahison qu’elle ait vécue », Dan l’accuse d’avoir voulu jouer sur plusieurs tableaux en même temps, d’avoir voulu « le beurre et l’argent du beurre ». Il précise que le groupe n’a jamais voulu présenter de déclaration officielle concernant le départ d’AWG, mais que tout ce qu’elle a pu dire à propos de The Agonist force le groupe à s’expliquer sur la place publique.

Tout d’abord, Dan Marino explique qu’AWG a accepté l’offre d’Arch Enemy sans jamais en parler à son groupe. Elle et Arch Enemy ont commencé l’enregistrement d’un album et planifié une tournée sans même mettre The Agonist au courant. Quand elle a fini par en parler, elle n’a jamais voulu nommer ce groupe mystérieux, sauf pour dire qu’il était plus établi que The Agonist et que ce serait une chance pour eux qu’elle se joigne à eux, qu’ils bénéficieraient de retombées indirectes. Après quelques mois, The Agonist a rencontré AWG pour explique qu’elle devait tous leur raconter; que le groupe avait des projets de tournée et de disque et qu’il fallait savoir à quoi s’en tenir. À la demande d’AWG, personne n’en avait parlé, mais la pression de Century Media se faisait sentir pour enregistrer un nouvel album, qui, à son tour, pourrait justifier une tournée. Ils en ont alors parlé à leur représentant de CM, qui leur a dit qu’il était au courant depuis longtemps et qu’AWG lui avait dit que le groupe était d’accord avec le fait de prendre une pause pour lui permettre de se joindre à Arch Enemy. Évidemment, il s’agit pour le groupe d’une trahison incroyable. Pour eux, AWG avait joué le groupe contre sa compagnie de disque, ce qui est abominable.

Dan Marino explique qu’Alicia White-Gluz a menacé de quitter le groupe à trois reprises et que, la dernière fois, The Agonist s’était mis à la recherche d’une autre chanteuse. C’est à ce moment qu’ils avaient trouvé Vicky Psarakis. Voyant que les plans avec AWG étaient définitivement à l’eau, ils ont recontacté Vicky et demandé une réunion avec AWG pour lui dire qu’ils avaient parlé à leur représentant de CM, qu’ils savaient ce qu’elle avait fait et lui ont demandé si elle pouvait, au moins, chanter pour The Agonist et Arch Enemy dans le cadre des festivals européens où ils devaient jouer tous les deux. Même si le groupe avait une remplaçante potentielle, il désirait tout de même donner une dernière chance à celle qui a contribué à la fondation du groupe. Elle a répondu dans la négative et a ajouté qu’elle ne voulait pas qu’une autre chanteuse la remplace, qu’elle ne les laisserait pas faire. Craignant des gestes concrets de sa part, le groupe a bloqué l’accès d’AWG au courriel et aux médias sociaux du groupe.

La lettre d’explication de Dan Marino se poursuit. Il explique qu’il a toujours été difficile de travailler avec Alissa White-Gluz; que celle-ci a tendance à s’accorder du crédit qui revient à d’autres. Qu’il n’est pas vrai qu’elle a contribué à la gestion du groupe. Tout au plus, elle a apporté des idées pour la mise en image des chansons, car elle était responsable d’écrire les paroles. Il a d’ailleurs ajouté que le dernier album a été retardé longuement parce qu’elle ne livrait pas les paroles et la ligne de voix qu’elle avait promises. À cause de ce retard, le calendrier du groupe a été chamboulé à plusieurs reprises.

Dan Marino ajoute qu’en tournée, Alissa White-Gluz était souvent difficile à vivre, qu’elle faisait souvent des crises et s’en prenait pour un oui ou un non aux techniciens lorsque survenait un problème. Il ajoute qu’elle a même quitté la scène au beau milieu d’un spectacle à Detroit et que le groupe a dû finir sans elle.

In conclut en disant que The Agonist avec Vicky Psarakis est totalement différent qu’avec Alissa White-Gluz. Depuis son départ, le groupe a lancé deux albums, sept vidéos et a fait plus de dix tournées. Tout le monde respire mieux dans le groupe, car l’atmosphère est beaucoup plus agréable. Ils sont tous convaincus, équipe de gestion et compagnie de disque compris, que le groupe a pris la bonne décision en remplaçant Alissa White-Gluz.

Dan Marino ne mâche pas ses mots et son message laisse voir que le groupe en avait gros sur le cœur. Les gens qu’il cite, les détails, les dates donne beaucoup de crédibilité à sa version des faits. Ces histoires-là sont rarement tout blanc ou tout noir. Il est clair en tout cas, que le changement de chanteuse ne s’est vraiment pas fait à l’amiable. Qu’en pensez-vous?

Alissa White-Gluz nous avait donné sa version en personne :



Source: Blabbermouth.

Lu 22067 fois Dernière modification le vendredi, 28 avril 2017 15:49
Évaluer cet élément
(6 Votes)