19 Oct 2017

Bruce Dickinson parle de son cancer

Le chanteur d'Iron Maiden, Bruce Dickinson a parlé à iNews du diagnostique, reçu en décembre 2014, de cancer de la langue. Plus tard, il a révélé que ce cancer avait été causé par le virus du papillome humain (VPH), qui peut être contracté par le sexe oral.

Dickinson a dévoilé plus de détails sur le sujet dans son autobiographie, "What does this button do?". Il y indique que le traitement de radiothérapie, qu'il a suivi pour se débarrasser de la masse de la grosseur d'une balle de golf sur sa langue, l'a complètement épuisé.

Bruce a dit à iNews qu'il tenait à faire part aux gens de sa situation pour les sensibiliser. Cette forme de cancer touche des gens qui, souvent, n'ont peu ou pas touché au tabac et à l'alcool. Les gens qui contractent la forme liée au VPH et qui ont recours à un traitement ont un taux de survie sans récidive de 85 à 90% sur 5 ans.

Le chanteur se dit chanceux d’avoir pu suivre ce traitement et de s’en être sorti pratiquement indemne. Dickinson confie : « En vérité, le traitement en lui-même est très dommageable pour les patients. J’ai parlé à beaucoup d’hommes qui ont eu exactement le même cancer et le même traitement, et, alors qu’ils s’en sont en majorité bien sortis, quelques-uns ont vécu un calvaire, bien pire que moi. »

« Ce type de cancer touche beaucoup d’hommes partout dans le monde, mais on n’en parle pourtant pas. Tout le monde connaît le cancer du col de l’utérus, mais personne ne connaît vraiment le cancer de la langue, qui en est l’équivalent. »

Bruce Dickinson a exprimé son mépris envers quelques médias qui avaient suggéré l’idée que son cancer ait été causé par du sexe oral qu’il aurait pratiqué sur des femmes.

« Et je me dis : vraiment ? Si votre femme ou votre fille avait le cancer du col de l’utérus, vous iriez dire à tout votre entourage que c’est une salope ? C’est scandaleux. Mais parce qu’il est question des hommes, les gens croient qu’ils peuvent s’en tirer. »

Même si la plupart des cas de VPH se règlent par eux-mêmes, ce virus transmissible sexuellement est responsable de bien des cancers.

Une étude publiée un peu plus tôt ce mois-ci dans le journal médical Annals of Internal Medicine a démontré que 11 millions d’hommes et plus de 3 millions de femmes aux États-Unis sont oralement infectés par le VPH. Parmi tous ces cas, environ 7,5 millions étaient de souche pouvant causer le cancer de la gorge, de la langue et d’autres endroits de la tête et du cou.

Le VPH est l’infection transmissible sexuellement la plus répandue aux États-Unis. Personne n’en est à l’abri ; pas même nos artistes favoris.

Lu 2366 fois Dernière modification le jeudi, 19 octobre 2017 01:11
Évaluer cet élément
(3 Votes)