18 Aoû 2014

Les Archives Rock/Métal : Slayer à l’Auditorium de Verdun - 8 février 1991

Avec mes 16 ans fraichement acquis depuis moins de trois semaines, je me dirige à Montréal pour aller voir et entendre Slayer. Après avoir vu Anthrax quelques semaines auparavant, il me fallait continuer mes excursions face à mes groupes favoris de l’époque. Grand amateur du Big 4 of Thrash, ma passion allait me mener à l’Auditorium de Verdun pour la tournée de l’album Seasons in the Abyss qui porte le nom de Touring the Abyss.

 

À l’époque, nous n’avions jamais vu Slayer en mode concert à la télé car le groupe ne faisait pas de clips. Tout ce que nous avions vu était une copie rudement recopiée des dizaines de fois du Combat Tour Ultimate Revenge, où le groupe se produisait sur scène à l’époque de Hell Awaits. La qualité médiocre de l’image et la sonorité extrêmement mauvaise ne rendaient pas justice au groupe, aucunement. Ensuite, un entretien avec Tom Araya présenté à Much Music nous permettait de voir Slayer ouvrir un concert sur Raining Blood. Nous pouvions entendre 15 secondes de la chanson… seulement!

Mais il faut comprendre qu’en 1990, le groupe a décidé de remédier à la situation en présentant son tout premier clip, celui de War Ensemble. Filmé sur scène, la captation nous permettait de voir, enfin, le groupe en mode concert. L’excitation était palpable lorsque nous avons tous vu le clip pendant Solidrok. Ceux qui n’avaient pas le câble nous écoutaient parler avec conviction le lendemain matin à l’école. Même si le clip était en noir et blanc, on pouvait voir et sentir la violence offerte par un concert de Slayer.

Je me suis rendu au concert de Slayer avec mon cousin Dominic ainsi qu’avec le fils du chum d’une de mes tantes. Nous venions de Chicoutimi et de nous laisser aller seuls au concert de Slayer était donc impensable. Il nous a donc pris sous son aile, en plus d’avoir quelques copains avec lui. En début de journée, nous sommes allés visiter le magasin Steve’s Music en plus d’être allés au Rock en Stock, un commerce de disques reconnu pour ses items douteux car 75% de son inventaire n’était que des albums que l’on appelle des « bootlegs » ou si tu préfères, des disques piratés car ils sont non-officiels dans la discographie d’un groupe.

Après ce magasinage improvisé, nous nous rendons à l'Auditorium de Verdun après une longue balade en métro. L’arrêt face au kiosque de Slayer m’a confirmé ce que j’allais voir pour le restant de mes jours : Même si ce groupe possède une des sonorités les plus agressives, leurs t-shirts demeurent les plus laids du marché. Il aura fallu l’avènement de Pantera pour outrepasser la laideur offerte par Slayer pour ce qui est des designs sur leurs chandails.

Pour ouvrir la soirée, nous avions Testament. Malgré le fait que le groupe était dans ma ligne de tir avec The Legacy et The New Order, je ne me sentais pas attiré par la sonorité plus mollasse offerte par Practice What You Preach. Surtout pour ce qui était de leur chanson The BalladTestament est le premier groupe envers qui la communauté thrash a pu apposer l’étiquette de « sell out » dans le temps. Pendant leur prestation, d’autres personnes ont fait comprendre leur mécontentement face au groupe, ne faisant que me confirmer un autre fait qui perdure encore aujourd’hui : Il n’est pas facile d’ouvrir pour Slayer!

Testament avait tout de même su tirer son épingle du jeu mais rien ne pouvait surpasser l’intensité engendrée par Slayer.

16 ans, tignasse au milieu du dos, 115 livres avec mes trois t-shirts et imberbe. Je ne m’attendais jamais d’être soufflé aussi vigoureusement après l’introduction de Raining Blood, la pièce qui a commencé le concert. Le mosh pit était très violent, les coudes étaient hauts et je me souviens d’avoir reçu une botte sur la babine, et bien étampée en plus!

De mémoire, je crois être resté là pendant un bout de temps, jusqu’à Seasons in the Abyss. Par la suite, je suis allé me ressourcer dans les estrades tout en buvant une boisson gazeuse.

En sortant, après le concert, la foule scandait « Slayer Slayer » Nous avions un point de rendez-vous car il était évident que nous tous, nous allions nous perdre. En se rendant au métro, les gens qui faisaient le même trajet que nous continuaient de marteler de leur voix gutturale des « Slayer Slayer » même pendant le trajet, dans le métro.

Comme vous le voyez, c’est encore la même chose aujourd’hui!

Prix du billet: 21,50$

 

Liste de chansons jouées :

Raining Blood

Black Magic

War Ensemble

Blood Red

Postmortem

Skeletons of Society

Seasons in the Abyss

Die by the Sword

Dead Skin Mask

Spirit in Black

Expendable Youth

Born of Fire

Mandatory Suicide

Captor of Sin

Chemical Warfare

Rappel:

South of Heaven

Angel of Death

 Voyez un entretien qui a été tourné en 1991, lors de ce concert!

Lu 7205 fois Dernière modification le mardi, 19 août 2014 11:52
Évaluer cet élément
(3 Votes)