10 Juil 2018

Beck: Critique et photos du spectacle de Laval (2018)

La Place Bell avait réduit sa capacité en ce mardi soir pour accueillir Beck. Les sections ouvertes étaient toutefois bien remplies, et la formule parterre debout a permis au public de se déhancher sur les rythmes colorés du chanteur américain.

En première partie, le groupe britannique Oh Wonder a bien réchauffé l’audience. Le duo, composé de Josephine et Anthony, connaît un certain succès, et l’on pouvait voir les têtes bouger au son de Without You, Overgrown ou Ultralife.

Quoiqu’ils soient un duo, j’ai personnellement trouvé que seule la très jolie voix de Josephine portait leurs chansons. Est-ce le son du pauvre Anthony qui n’était pas assez fort, ou tout simplement que sa collègue brille et ébloui à ses côtés, j’en suis toujours incertaine. Très sympathiques, ils ont réchauffé la salle et n’ont cessé de répéter à quel point le spectacle de Beck allait nous en mettre plein la vue.

C’est finalement vers 21h15 que le plat de résistance nous a été servi, devant une foule qui avait déjà commencé à crier le nom de Beck une dizaine de minutes plus tôt. Celui dont le style est difficile à définir a débuté la soirée en force avec Devils Haircut. Habillé d’un veston rose pastel, Beck reste à son image, éclectique et coloré. Le visuel accompagnant le spectacle est également dans le même ton, et n’est pas sans rappeler certains vidéoclips du chanteur.

Beck n’hésite pas à parler avec la foule entre ses chansons, au grand plaisir de tous. Il se promène sur scène en interpellant les spectateurs et en les faisant bouger, et il est évident qu’il désire donner un bon moment à ceux qui se sont déplacés pour lui. Il poursuit en alternant vieux matériel et plus récent. Il mentionne lui-même plus tard dans la soirée qu’il ne trouve pas évident de faire une liste de chansons pour son spectacle, car certains fans veulent entendre le vieux matériel, alors que d’autres s’attendent au plus récent, et les styles sont parfois éloignés entre les époques. New Pollution, Up All Night, Wow, Que Onda Guero, sont parmi les chansons qui se sont retrouvées sur la Place Bell ce soir.

Une chose est sûre, les chansons de Beck, peu importe l’époque, sont entraînantes et ont ce quelque chose d’accrocheur qui fait qu’on ne peut rester indifférent. C’est ce qui explique les nombreux fans debout dans les rangées, pour accompagner ceux dansant au parterre. Le chanteur, ayant gagné un Grammy surprenant en 2015 pour album de l’année avec Morning Phase, nous interprète très peu de titres de cet album, soit seulement Blue Moon. Dreams, de son plus récent album, paru en 2017, suscite quant à elle une réaction enthousiaste auprès de la foule.

La touchante Lost Cause crée également un très beau moment, où tous se laissent emporter par la mélodie, présentée avec délicatesse par le band. Les fans ayant une préférence pour son matériel des années 90’ ont dû s’armer de patience pour les deux plus populaires : Loser et Where it’s at. La première est apparue en avant-dernière chanson du spectacle, alors que Where it’s at clos le rappel de belle façon.

C’est en nous donnant le titre de « coolest audience of 2018 » que Beck nous quitte après un spectacle endiablé. Les différents styles musicaux explorés par l’artiste au fil du temps rendent difficile de faire un spectacle avec un véritable fil conducteur. Certains lâcheront prise au nouveau matériel, d’autres à l’ancien. Le seul véritable fil conducteur est tout simplement la personnalité attachante de Beck, sa simplicité, et son amour de la scène. Si vous avez manqués votre chance, il sera au Festival d’été de Québec ce jeudi 12 juillet!

Lu 992 fois Dernière modification le mercredi, 11 juillet 2018 00:19
Évaluer cet élément
(1 Vote)