30 Juil 2018

Lindsey Stirling: Critique et photos du spectacle de Laval (2018)

Lindsey Stirling est une personne formidable, autant pour son extraordinaire personnalité optimiste que pour son immense talent artistique. Ce soir, cette femme géniale était de passage à la Place Bell. La salle était bondée et les gens étaient impatients de voir la violoniste à l’œuvre.

Dès les premières notes de violon, l’énergie contagieuse de Lindsey a assailli la foule. Tout était parfait : les réglages du son, l’éclairage, les danseuses et leurs chorégraphies, les pas de danse de la violoniste ainsi que ses innombrables notes, les musiciens, le public… Vraiment, TOUT était magnifique !

Le choix des chansons était également incroyable. D’abord, la troupe a commencé le spectacle en interprétant The Arena. Déjà, la scène était en mouvement continuel, Lindsey courant constamment d’un bout à l’autre, suivant les 4 danseuses dans leurs chorégraphies. Les chansons se sont enchainées rapidement. La première était à peine terminée que Moon Trance débutait. Pendant cette pièce, Lindsey a combattu les danseuses devenues zombies. Chaque note jouée au violon semblait appeler plus de pas de danse. Chacun des mouvements de chacune des danseuses était parfaitement coordonné.

Lindsey Stirling n’est pas qu’une violoniste : elle est aussi chanteuse, danseuse, chorégraphe et compositrice. Tout ça, combiné à sa joie lorsqu’elle se retrouve sur scène, crée une ambiance magique dont on ne peut s’enfuir. Les messages d’espoir qu’elle lance à son audience entre deux chansons font toujours réfléchir… et ils sont toujours placés de manière à introduire une nouvelle chanson. D’ailleurs, tout juste avant d’interpréter Take Flight, la violoniste a dit à la foule que « tomber n’est pas grave tant que l’on se relève. Personne n’a jamais réussi sans tomber. » Elle s’est ensuite élevée haut dans les airs, prenant son envol pour mieux foncer dans la vie. Peu de temps après, pendant l’interprétation de Crystallize, elle s’est mise à danser gracieusement autour d’une boule disco géante, ne cessant jamais de jouer du violon ni d’impressionner ses fans.

Aussi, chanceux que nous sommes, nous avons eu droit à des reprises de chansons bien connues, dont Hallelujah de Leonard Cohen, qui a été interprétée par Lindsey et Kit Nolan (le claviériste et guitariste accompagnateur). Tout au long de cette interprétation, la foule a conservé un silence respectueux. Les lampes des téléphones se sont toutefois allumées, remplissant la salle de points lumineux ressemblant à des lucioles. Ce fut un moment intense.

J’ai découvert Lindsey Stirling sur Youtube en 2011, lorsqu’elle a publié des vidéos d’elle interprétant les mélodies de Legend Of Zelda, qui est ma série de jeux préférée. Ainsi, bien que le spectacle en entier ait été splendide, je dois avouer que l’interprétation des covers de chansons thèmes de jeux vidéo m’a fait particulièrement chaud au cœur. J’ai également adoré le fait qu’elle interprète Roundtable Rival et qu’elle en profite pour confronter le guitariste.

Une telle artiste mérite d’être connue et de se produire sur de grandes scènes. Elle n’a aucune difficulté à séduire son audience puisque ses pièces, déjà superbes, sont toujours accompagnées de performances visuelles fascinantes. Le spectacle de Lindsey Stirling restera gravé dans ma mémoire.

Lu 3508 fois Dernière modification le mardi, 31 juillet 2018 06:11
Évaluer cet élément
(3 Votes)