10 Sep 2018

Parkway Drive / August Burns Red: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018) Spécial

Le MTelus était rempli à ras-bord de fans de métal pour une soirée prometteuse : Parkway Drive, précédé de August Burns Red.

Je dois tout d’abord mentionner qu’après un spectacle de Parkway Drive, on ne se rappelle plus du tout des premières parties. C’est peut-être malheureux pour eux, mais ces derniers en mettent tellement plein la vue, que c’est tout ce qui reste en mémoire. Nos tympans et rétines se rappellent uniquement du spectacle déchaîné du groupe australien.

La première partie se déclinait en 3 actes. C’est le groupe Polaris qui a ouvert la soirée assez tôt, 19h, mais devant un parterre bien rempli. Le groupe, Australien tout comme Parkway Drive, a donné une bonne performance en interprétant 5 chansons, dont quelques-unes de leur dernier album The Mortal Coil. Suivait The Devil Wears Prada, qui a interprété entres autres Born To Lose et Danger : Wildman. La foule a très bien participé, mosh pit et body surfing ont fait surface assez tôt durant leur set. Même le guitariste a terminé en regagnant la scène sur le dos, porté par les bras de la foule.

Le MTelus était définitivement rempli à pleine capacité à l’arrivée de August Burns Red. Plusieurs spectateurs semblaient s’être déplacés pour ce groupe en particulier. Le groupe américain de métalcore a su soulever la foule. Les fans se sont défoulés sur le parterre. Le groupe, qui fait la promotion de son 8e album Phantom Anthem, a joué plusieurs succès connus des fans, dont Martyr, Invisible Enemy, Fault Line, Ghost et White Washed. Le chanteur Jake Luhrs a une belle présence sur scène, et l’énergie était en place pour ce qui allait suivre.

La foule était sans aucun doute prête pour le groupe principal. On a même pu voir un mosh pit se créer alors qu’il n’y avait aucun groupe sur scène, durant l’entracte précédant Parkway Drive, alors que jouait dans les haut-parleurs du System Of A Down. La foule criant leur nom, le groupe a finalement fait son entrée sur scène et débuté sans plus attendre avec Wishing Wells. Suivront Prey et Carrion, sur lesquelles la foule chante pratiquement aussi fort que Winston McCall.

Le chanteur prend d’ailleurs une pause après les premières chansons pour s’adresser et la foule, et semble honnêtement surpris du niveau d’énergie et de l’ambiance qui règne. Il qualifiera les occupants du MTelus de « fucking insane ». Parkway Drive enchaîne d’autres titres à succès comme Vice Grip, Deadicated, Boneyards. Le mosh pit ne cesse pas, et s’étend pratiquement à la moitié du parterre.

Les fans ont aussi eu droit à Cemetery Bloom, The Void, Idols and Anchors, Dead’s Man Chest et Karma. Les effets de lumière sont présents pour stimuler la foule et ponctuer les mouvements de têtes présents à la grandeur de la salle. Parkway Drive s’adressera à la foule pour nous remercier d’être là, et il y a une authenticité certaine aux paroles de McCall. Je n’ai aucune misère à croire qu’il était véritablement touché de voir une foule aussi participative et adulatrice. Les Australiens terminent la soirée avec Absolute Power et Wild Eyes. Ils offriront un rappel avec Crushed et Bottom Feeder.

C’est une soirée où chaussures, casquettes, t-shirts, bière et eau furent lancés dans les airs par les spectateurs enthousiastes. Parkway Drive nous a déclaré le meilleur spectacle de leur tournée, et je ne crois pas qu’il s’agissait seulement de belles paroles. Le groupe donne un spectacle rythmé et énergique, qui combiné avec la foule d’amateurs montréalais, donne un résultat haut en couleur.

Lu 3024 fois Dernière modification le lundi, 10 septembre 2018 11:41
Évaluer cet élément
(1 Vote)