28 Oct 2018

Dying Fetus : Critique et photos du spectacle de Montréal (2018)

Une grosse soirée s'annonçait à l'Astral ce soir. Au menu, du death metal brut : Genocide Pact, Gatecreeper, Incantation et Dying Fetus. Avec tous ces groupes réunis, je m'attendais à un spectacle mouvementé et agréable pour les oreilles... Et je n'ai pas été déçue !

C'est le groupe Genocide Pact qui est monté sur scène en premier. Ce fut pour moi une découverte intéressante. La première chanson a entraîné un peu de bousculade dans la petite foule éparse, qui a rapidement grandi... et qui a continué à se bousculer pendant toutes les chansons suivantes. Les musiciens de ce groupe sont des machines. Le rythme effréné de leur musique ainsi que la précision de chacun des membres sont surprenants. Le batteur ne ralentit la cadence que très rarement et ses coups sont toujours ultra précis. La performance a pris fin trop tôt à mon goût, mais j’avais hâte d’entendre la suivante. Le public semblait toutefois satisfait de ce qu'il venait d'entendre.

Le groupe suivant était Gatecreeper. Dès la première pièce le public a paru ravi. Le son et la puissance de la voix de Chase Mason, le chanteur, m’a agréablement étonnée. Le son du groupe était bien ajusté. Pendant la deuxième chanson, un grand circle pit s'est formé, transformant environ la moitié de la salle en ronde infernale. Les musiciens semblaient très heureux de se produire sur la scène montréalaise, et son public lui a donné encore plus de raisons d’aimer cette ville : presque toute la foule était continuellement en mouvement, montrant ainsi son appréciation au groupe. Gatecreeper n’avait pas beaucoup de temps sur scène, mais il avait tout de même une setlist intéressante qui incluait Sweltering Madness, Desperation, Craving Flesh, Flamethrower, Patriarchal Grip et War Has Begun.

Après cette performance énergisante, Incantation a fait son apparition sur scène et a épaté le public. Les fans du groupe étaient visiblement heureux de la sélection des pièces, qui incluait de vieux succès autant que des titres plus récents. Nous avons ainsi eu droit à une suite parfaite comprenant Christening The Afterbirth, Lus Supulcri, Dominant Ethos, Rites Of The Locust, Carrion Prophecy et The Ibex Moon. La prestation était absolument parfaite : les musiciens étaient joyeux et énergiques du début à la fin, enchaînant pièce après pièce, ne se permettant aucune pause ; le son était ajusté correctement ; les chansons étaient idéales pour capter l’attention de l’auditoire. Incantation maîtrise totalement les subtilités du death metal. Après presque 30 ans passés sur scène et en studio — malgré que le groupe n’ait pas toujours été composé des mêmes personnes — ces musiciens ont acquis une expérience exceptionnelle qui leur permet de séduire aisément les gens qui entendent leur musique pour la première fois. D’ailleurs, ils partagent visiblement une certaine complicité qui fait en sorte que le groupe est une belle unité. Dans la salle, les gens m’ont parus complètement charmés par toutes les cascades de notes qui s’échappaient des guitares. De mon côté, j’avais du mal à détacher le regard du batteur. Sa technique est tout simplement stupéfiante. Sa concentration est telle qu’elle se lit sur son visage. Encore trop tôt à mon goût, le groupe est sorti de scène pour laisser place au suivant.

Finalement, Dying Fetus est arrivé devant nous pour clore cette soirée d’une manière remarquable. Le groupe était très attendu : la salle était bondée, le spectacle étant à guichet fermé. Ainsi, lorsque le groupe a commencé sa performance, la foule était en feu, puisque les 3 autres groupes l'avaient réchauffée. Dying Fetus a tout donné à ses fans : en plus de l'incroyable proximité de ses musiciens par rapport au public, le groupe a laissé ses fans monter sur scène pour lui montrer leur appréciation puis (tenter de) faire du crowd surfing, le tout se déroulant entre les deux chanteurs. D’ailleurs, John Gallagher et Sean Beasley forment un duo vocal impressionnant, leurs voix se complétant merveilleusement. Ce fut une prestation ahurissante. Le groupe l’a commencée avec Wrong One To Fuck With, issue de son plus récent album. Dès les premières notes, la joie du public a grimpé et les fans se sont mis à headbanger. Dying Fetus a profité de son temps sur scène pour interpréter quelques pièces de son dernier album, dont Panic Amongst The Herd, Fixated On Devastation et Seething With Disdain, toutes jouées avec beaucoup de plaisir. Nous avons également pu entendre de plus vieux titres, tels que From Womb To Waste, Praise The Lord (Opium Of The Masses), Your Treachery Will Die With You et Kill Your Mother, Rape Your Dog. La foule ne s’est jamais tenue tranquille. De nombreux circle pits se sont formés au centre de la salle tout au long de la performance du groupe. Plusieurs spectateurs se sont amusées à se jeter sur leurs compagnons à partir de la scène ; plusieurs sont tout simplement tombés par terre, au milieu des gens qui ne souhaitaient qu’entendre et voir Dying Fetus. Lorsque le groupe est sorti de scène, beaucoup de personnes sont restées devant la scène, attendant avec espoir que Dying Fetus revienne. Malheureusement, le temps alloué était déjà tout écoulé, donc le groupe n’est pas revenu.

Le talent combiné de tous ces musiciens a créé une soirée spectaculaire. J’aurais beaucoup aimé, probablement comme beaucoup de gens présents, qu’Incantation et Dying Fetus restent sur scène pour interpréter au moins 4 ou 5 pièces de plus. Je suis toutefois comblée par le spectacle auquel j’ai assisté ce soir. Il fut très impressionnant.

Lu 628 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)