15 Déc 2018

The Faceless / Rings Of Saturn : Critique et photos du spectacle de Montréal (2018)

L'Astral s'est tranquillement rempli à l'occasion du Ho Ho Heavy, pendant lequel 5 groupes se sont partagé la scène.

C'est d'abord Interloper qui est monté sur scène. Les membres du groupe n'étaient pas très énergiques, mais ils ont tout de même livré une bonne performance. Les guitaristes étaient visiblement à l'aise sur scène, mais ils ne m'ont pas semblés particulièrement enjoués. Le chanteur semblait heureux d'indiquer que certains membres du groupe allaient également accompagner The Faceless pour sa prestation, afin de remplacer les membres manquants qui ont quitté la formation au début de l’année. La foule a paru apprécier le spectacle malgré qu'elle soit restée assez calme.

C'est ensuite The Last Ten Seconds of Life qui est apparu sur scène. Je ne connaissais pas le groupe et sa performance ne m'a pas impressionnée outre mesure. Chaque chanson se ressemblait et il ne semblait y avoir aucune évolution musicale. Normalement, j’aime bien les breakdowns dans une chanson. Par contre, une chanson ne devrait pas en être composée exclusivement, et chaque pièce jouée par le groupe n’était qu’un enchaînement de breakdowns qui ne faisaient même pas avancer la musique. J'ai toutefois constaté qu'une partie du public adorait les morceaux interprétés : le groupe a demandé quelques circles pits et les gens se sont exécutés avec entrain. Point positif, la voix du chanteur est agréablement puissante. Autre point qui, à mon avis, était positif, c’est que le groupe n’est pas resté sur scène très longtemps…

Après cette performance, Vale Of Pnath est arrivé et a rendu les fans de musique technique heureux. J’attendais avec impatience le retour de ce groupe, étant moi-même fan de death metal technique. Au début, le son était plutôt mauvais, mal ajusté, mais le problème s’est réglé assez rapidement. La foule semble s’être détendue en entendant les mélodies du groupe. Les musiciens paraissaient ravis d’être devant nous et ils donnaient visiblement leur 100% pour nous charmer. À mon avis, vu le côté technique de la musique, il s’agit de la formation qui complétait le mieux la tête d’affiche de la soirée. Beaucoup de gens présents témoignaient de la satisfaction lors des cascades de notes. Pour ma part, Vale Of Pnath est mon coup de cœur de la soirée.

Après la performance de Vale Of Pnath, Rings Of Saturn est grimpé sur scène pour nous bombarder de pièces violentes… et de cris agressant. La technique du guitariste était impeccable ; le talent du batteur était incontestable ; la puissance de la voix du chanteur était surprenante. Par contre, la combinaison des trois, soit le pig squeal de Ian Bearer, le son beaucoup trop fort de la batterie et les riffs incessants de la guitare, m’a déplu. Vu le nombre impressionnant de personnes qui ont quitté la salle pendant les 5 premières chansons, je n’étais pas la seule à attendre la sortie de scène du groupe avec impatience. Clairement, Rings Of Saturn ne me plait pas autant sur scène que sur album.

Finalement, la vedette de la soirée est apparue. The Faceless —ou du moins, ce qu’il en reste— est monté sur scène avec énergie. Pour cette soirée spéciale célébrant le 10e anniversaire de l’album Planetary Duality, Michael Keene, dernier membre original du groupe, était accompagné des musiciens de Interloper et du chanteur Julian Kersey. D’abord, le son n’était pas bien ajusté : dès que la batterie se faisait entendre, pratiquement aucune note de guitare ne parvenait à percer de manière agréable le mur de bruit. De plus, puisque les musiciens n’ont pas vraiment l’habitude de jouer ensemble, on ne sent aucune complicité entre eux et chacun interprète sa partie musicale à sa manière. Ainsi, les chansons sonnaient comme si elles n’étaient que des éléments musicaux rapiécés. Malgré ces détails techniques, j’ai su apprécier l’interprétation de l’album complet Planetary Duality. Les musiciens ont donné tout ce qu’ils avaient, tentant tant bien que mal de charmer les fans de The Faceless comme le faisaient les membres d’origine du groupe. Il m’a semblé voir autant de visages appréciateurs que dépréciateurs dans la salle. Le public était tout de même assez agité, se lançant parfois dans des circle pits intenses dont émanait une certaine satisfaction. Après l’interprétation de l’album intégral, les musiciens ont joué quelques pièces provenant de Autotheism et de Becoming A Ghost.

Bref, la soirée entière s’est déroulée sans que rien de particulièrement marquant ne survienne. En quittant la salle, je me suis demandé si le manque de sommeil des derniers jours m’avait fait perdre des instants de spectacle importants, mais plusieurs personnes m’ont également affirmé n’avoir assisté à aucun moment notable lors de la soirée…

Lu 2762 fois Dernière modification le samedi, 15 décembre 2018 12:43
Évaluer cet élément
(1 Vote)