25 Fév 2019

Alan Parsons Live Project : Compte-rendu et photos du spectacle à Montréal (2019)

Le théâtre Maisonneuve recevait hier soir de la grande visite : Alan Parsons et son Live Project, qui prépare l’arrivée d’un nouvel album, The Secret.

Entouré de solides musiciens, le prog rocker a ravi ses fans en jouant deux heures de ses plus grands succès, plus trois chansons qui se retrouveront sur le nouvel album.

Damned If I Do, Don’t Answer Me, Time; le Britannique a démarré le spectacle à fond de train. Le groupe va d’ailleurs jouer des chansons de tout son répertoire; aucun album n’est épargné. Avec un programme aussi complet, chaque musicien a plusieurs occasions de se mettre en vedette et la foule apprécie chacune d’entre elles. Il faut toutefois souligner l’interprétation magistrale de Old and Wise de PJ Olsson, les prouesses vocales de Dan Tracey pendant Stading on Higher Ground, les solos de guitare effrénés de Jeff Kollman et la performance en générale du batteur Danny Thompson, qui s’est acquitté des rythmes souvent assez complexes avec précision et fluidité.

Pour ce qui est de la mise en scène; elle était très sobre : un jeu de lumière précis et efficace. Il n’y avait pas d’artifices; même pas d’écran. Le spectateur était donc libre de se fermer les yeux et de profiter pleinement du festin auditif auquel il a eu droit.

Ce qui m’amène au son exceptionnel auquel nous avons eu droit durant toute la prestation. Nous avons profité d’une qualité sonore hors du commun. J’ai rarement entendu une batterie aussi claire et aussi détaillée en spectacle. Même chose pour tous les instruments et toutes les voix; tous les musiciens chantaient, sauf le batteur.

En ce qui a trait aux interventions d’Alan Parsons durant le spectacle, elles sont très brèves, mais toujours teintées de français. Évidemment, il a pris plus de temps pour présenter ses musiciens; ils sont quand même huit après tout. Il a aussi demandé aux gens de ne pas filmer avec leurs téléphones durant le spectacle. La consigne a été assez bien respectée, sauf vers la fin. Old And Wise, Prime Time et Sirius/Eye In The Sky étaient des pièces trop tentantes : on a vu quelques écrans s’allumer ici et là dans la salle. La prestation s’est terminée avec Games People Play et un tonnerre d’applaudissements.

C’est une vingtaine de pièces qu’Alan Parsons Live Project a offert aux fans qui se sont déplacés au Théâtre Maisonneuve pour les entendre, et ceux-ci ont été comblés. Mon petit bémol, et il est bien personnel, est que je me suis parfois ennuyé de la voix d’Eric Woolfson durant le spectacle. Alan Parsons est un excellent chanteur, mais son comparse des beaux jours avait une voix unique, difficilement remplaçable.

Lu 1637 fois
Évaluer cet élément
(6 Votes)