20 Nov 2019

Ensiferum / Kalmah : Retour sur le spectacle de Montréal (2019)

Après un samedi endiablé au rythme de Thy Art Is Murder et Cannibal Corpse, nous avons le droit à une ambiance féérique pour ce doux dimanche au Théâtre Corona. Ensiferum et une belle brochette d’invités va réchauffer les cœurs glaciales du froid de novembre par ses harmonies folkloriques.

Le premier groupe à ouvrir la soirée est Ænimus. Ce quatuor californien propose une sorte de metalcore progressif qui cause une agréable découverte. Cependant, le groupe n’a pas totalement réussit son rôle d’animer la foule. Une première proposition d’un « circle pit » passe comme un coup de vent, ne faisant réagir personne. Heureusement, lors de la seconde moitié de la prestation, le public participe un peu plus en provoquant les premiers « mosh pits » de la soirée.

Après avoir vécu la brutalité, la symphonie du groupe black metal, Abigail Williams, impose la tranquillité. Malgré le manque d'interaction avec le public, le trio fait bonne présence sur la scène. Les mélodies laissent les uns amorphes et les autres avec un mouvement de tête en signe d’approbation. Malheureusement, ceci se trouve à être le point faible de la soirée, à mon avis.

Place à l'excitation, le prochain groupe était définitivement attendu. Les Finlandais Kalmah, avec leur death metal mélodique, enflamme les lieux. Dès les premières secondes, les spectateurs scandent déjà les musiciens. Durant la chanson Moon of My Nights, le guitariste commence un intéressant duel de solo avec le claviériste.  À l’annonce de la chanson Seventh Symphony, l'enthousiasme se fait ressentir et les « body surfers » commencent à apparaître graduellement. Vient ensuite les pièces facilement appréciable : Heroes to Us; The Third, The Magician et Hades.

Le moment tant attendu est arrivé. Ensiferum embarque et c’est déjà la folie. One More Magic Potion confirme l'intensité que le groupe peut amener notamment avec les « HEY » saccadés. Vraiment, le metal folklorique à sa place et c’est rassembleur. Pour rendre éloge à leur premier album, les musiciens décident d'enchaîner avec Token of Time. S'amorce ensuite From Afar, qui tient toujours l'énergie coopérative des spectateurs. Two of Spades apporte un peu plus de diversité, notamment avec une séquence de rythme disco, ce qui n’empêche pas le « pit » d’être toujours actif.

Ce fut une belle soirée, notamment avec la découverte du premier groupe et l’énergie que Kalmah et Ensiferum ont pu amener. Décidément, ces groupes sont à ne pas manquer lors de leurs prochains passages dans notre province!

Lu 726 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)