15 Sep 2015

Breaking Benjamin : Critique du spectacle de Montréal (2015)

C’était le grand retour de Breaking Benjamin hier soir au Métropolis de Montréal. Le chanteur Benjamin Burnley et ses quatre nouveaux comparses étaient extasiés de jouer devant une salle comble après presque cinq ans d’absence depuis leur dernier album Dear Agony sorti à la fin 2009.

Après les groupes Starset et 10 Years qui ont offert deux premières parties originales et hautes en couleurs – découvrez-les rapidement si vous ne les connaissez pas déjà – « Breaking Ben » a fait son entrée sur scène vers les 22h00. Le groupe originaire de Pennsylvanie a débuté la soirée en force avec leurs succès So Cold et Follow de l’album We Are Not Alone (2004). Ça n’en prenait pas plus pour que tout le parterre saute et chante chaque parole à tue-tête.

Burnley était visiblement très ému par cet accueil extrêmement chaleureux et ne cessait de remercier tout le monde et Montréal de sa générosité et a répété qu’ils avaient très hâte de revenir, car le Québec offre les plus belles femmes et la meilleure bouffe au monde. Des qualités souvent appréciées par les artistes américains en visite dans la belle province.

La liste de chansons était surtout composée de pièces tirées de Dear Agony et bien sûr de leur tout dernier album Dark Before Dawn. Plusieurs pièces de Phobia également, mais seulement Polyamorous a représenté leur premier album Saturate (petite déception pour les fans plus anciens). Who Wants to Live Forever de Queen et Ænema de Tool ont été reprises et chantées par le guitariste et le bassiste du groupe respectivement. Un medley de reprises comprenant Imperial March (Star Wars) / Schism (Tool) / SmellsLikeTeen Spirit (Nirvana) / Walk(Pantera) a aussi fait bien des heureux dans la foule.

C’était cependant une autre petite déception de les voir faire autant de reprises en une heure et quart de spectacle, alors qu’ils ont maintenant cinq albums à leur actif. Qu’à cela ne tienne, plusieurs n’avaient pratiquement plus de cordes vocales à la fin de la soirée après avoir hurlé toutes les paroles à leurs idoles. Il faisait chaud, il y avait souvent plus d’un body surfer à la fois qui voguait à travers les fans au parterre et Breaking Benjamin avait vraisemblablement le cœur rempli d’amour à sa sortie de scène vers 23h15.

On espère maintenant que cela ne prendra pas encore cinq ans avant qu’ils ne remettent les pieds au Québec. Mon petit doigt me dit qu’après la soirée d’hier, ça ne saurait tarder.

**NOUS SOMMES DÉSOLÉS MAIS IL N'Y A PAS DE PHOTOS. LE GROUPE NE VOULAIT PAS DE PHOTOGRAPHES**

Lu 3473 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)