04 Fév 2017

Alter Bridge : Critique et photos du spectacle de Montréal (2017)

Alter Bridge au Metropolis de Montréal:

Sans trop de tambours ni trompettes, il y avait un évènement qui se déroulait ce soir au Metropolis. Sans que tant de monde s’y attarde, comment est-ce possible qu’un groupe de la stature d’Alter Bridge ne soit jamais venu dans une salle à Montréal? Leur seule présence ici jusqu’à maintenant avait été au Heavy Montréal de l’an passé. Pourtant le groupe existe depuis 2004, a cinq albums à son actif dont certains ont certifié or ou argent aux États-Unis et au Royaume-Uni, a reçu des accolades et de bonnes critiques de plusieurs magazines et est reconnu pour être un habitué des tournées intensives. On peut dire qu’il était temps ! Si la salle de spectacle de la rue Sainte-Catherine n’affiche pas complet, la place est quand même bondée pour les accueillir pour cette première fois.

Sans grande introduction, le quatuor s’élance avec The Wrinting on The Wall tiré de leur nouvel album The Last Hero sorti l’an passé. SI la foule démontre sa présence, ce n’est pas encore l’euphorie si ce n’est que des fans qui sont entassés près de la scène. Pourtant, le son est bon, le band est bien présent et, fait particulier, le chanteur est à la droite du stage contrairement au centre comme on est habitué. La situation se corrige un peu avec Come To Life et Farther Than The Sun et l’intensité va monter en crescendo jusqu’à l’excellente Adidcted To Pain tirée du non moins excellent Fortress. C’est après celle-ci que Myles Kennedy va enfin nous saluer et nous souhaiter la bienvenue, non sans lâcher un « Finally we are here, It’s about time » bien senti.

À partir de là nous sommes partis pour un show très bien rodé où les musiciens sont sans contredit de haut calibre avec un chanteur qui excelle autant à la guitare qu’avec la justesse de sa voix et où les spectateurs font leur job de façon tout à fait honorable. Pourtant il manque un petit quelque chose qui aurait fait de cette soirée l’évènement mémorable qu’il aurait dû être. Peut-être avais-je trop d’attente, car en soi je n’ai vraiment rien à leur reprocher. Il y a même quelques moments qui se démarquent comme les riffs hyper pesants et efficaces d’Isolation qui mettent tout le monde d’accord et leur prestation de Blackbird qui prouve sans aucun doute que Mark Tremonti mérite son titre de « guitar hero ». 

Jusqu’au rappel où Myles et Mark exécutent quelques solos de guitares entre Show Me A Leader et Rise Today, je suis tiraillé par ce sentiment de ne pas être comblé à 100% et la foule polie semble me donner raison. Au plaisir de les revoir prochainement pour me faire une idée plus juste et fondée.   

ALTER BRIDGE :


NON POINT :


Lu 3284 fois Dernière modification le samedi, 04 février 2017 11:24
Évaluer cet élément
(4 Votes)