24 Fév 2017

Pain of Salvation: critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

En ce jeudi soir, la formation suédoise Pain Of Salvation avait fait plusieurs miles afin d'être au Café Campus, et ce, avec comme but principal de nous donner une leçon de rock progressif. À leur côté, District 97 était la seule formation pour réchauffer la foule.

Mieux vaut être honnête, lors du premier morceau de District 97, une seule pensée m'est arrivé en tête: << oh boy, ça va être long>>. Puis, les titres ont commencé à se succéder et à gagner en qualité. Dès lors, on a pu réellement commencer à se laisser ensorceler par la musique de l'orchestre. Les musiciens sont très talentueux, mais c'est surtout leur grande confiance envers leurs compositions qui sont, selon moi, leur plus grande force, car sans une confiance contagieuse, même une foule déjà charmée sera difficile à convaincre. Sinon, une autre des choses que j'ai aimées est le fait que chacune des partitions des instrumentistes est complémentaire aux autres, et ce, que ce soit pour s'accoter simultanément ou pour agir telle une phrase musicale. Cependant, outre le commencement, tout n'était pas positif pour le groupe. J'ai trouvé que le mix de son n'était pas très bon; que la basse enterrait presque en permanence le reste des instruments. Sinon, j'ai apprécié en général cette prestation.

C'était  déjà au tour de la tête d'affiche, Pain Of Salvation, de prendre place sur scène. La salle n'était peut-être pas pleine à craquer, mais elle était loin d'être vide. C'était donc devant un auditoire très satisfaisant, mais aussi très bruyant, que la troupe s'est présentée pour nous inculquer quelques notions musicales. C'est sous des acclamations assourdissantes que le groupe est arrivé au bureau. Un peu plus haut je parlais de l'importance d'avoir confiance en ses titres, mais Pain of Salvation ne fait pas juste ressentir cet état d'âme face à leurs compositions, ils les vivent. Bien que l'autre groupe était un peu plus mobile, on put rapidement voir l'expérience que les musiciens ont derrière la cravate, et là je ne parle pas de celle de Winnie The Pooh qui était accroché au pied de micro. Les artistes ont une faculté dont très peu disposent; ils sont capables de nous offrir une immersion complète dans leur univers musicale, ce qui rajoute une touche des plus unique à la prestation. La foule était tellement réceptive qu'il aurait été difficile de demander un meilleur auditoire. D'ailleurs, s'il y a une chose que je ne me serais jamais attendu en cette soirée, c'est bien de voir pas juste un, mais plusieurs mosh pit. De plus, la réception des fans fut tellement importante que la formation a été dans l’obligation revenir sur scène après son rappel afin de resaluer ses fans, car elle ne disposait plus de temps pour jouer encore quelques pièces. Par contre, je dois avouer qu’encore une fois j'ai été déçu par la sonorisation qui n'était pas vraiment au rendez-vous puisque tout comme précédemment les guitares étaient plutôt inaudible durant la grande partie de la prestation. Heureusement, c'était là la seule ombre au tableau.

Finalement, quelle soirée ce fut! Pour ma part, je suis arrivé avec des attentes plutôt normal pour en ressortir plus que comblé. Gageons qu'avec les réactions reçues, Pain Of Salvation ne devrait pas tarder à revenir dans notre province pour un autre concert.

Lu 1679 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)