18 Mar 2017

Amorphis : Critique et photos du spectacle de Montréal (2017)

Il ne peut avoir de meilleur commencement à une fin de semaine qu'un bon spectacle métal. Ça tombait bien, car Amorphis était au Foufounes Électriques afin d'effectuer un arrêt en ville, ce qui est une chose plutôt rare. De plus, en guise de support que de la qualité avec Swallow The Sun, HolloW et Hands Of Despair.

Habituellement, les Foufs se remplissent au compte-goutte, mais ce soir ce ne fut pas le cas. Une foule plutôt garnie s'était présentée tôt pour ne pas manquer Hands Of Despair. J'ai déjà vu la formation et j'avais été plus qu’impressionné. Heureusement, la troupe n'a pas changé et nous a offert quelque chose de qualité supérieur, et ce, malgré le peu d'espace que les musiciens disposaient. Par contre, c'est la technique qui ne semblait pas au rendez-vous. Le son a été très bon à l'exception de quelques "feedbacks " ici et là et par moment on avait l'impression que l'éclairagiste découvrait ou testait l'équipement dont il disposait.

Par le passé, j'ai beaucoup entendu parler de HolloW, mais étrangement, je n'ai jamais pris le temps d'explorer le travail la formation. C'était donc avec méconnaissance de cause et curiosité que je me suis avancé pour la prestation du groupe. Je ne peux que confirmer les dires; la troupe est à découvrir. Œuvrant dans une douce brutalité de death mélodique, les musiciens ont donné une très bonne performance qui fut très appréciée par les témoins qui commencèrent de plus en plus à agiter leur crinière. Cependant, tout comme le premier groupe, les retours de son sont venus entacher la bonne sonorité tout au long de la prestation. De plus, des problèmes techniques nous ont laissés sans guitare pendant un petit instant lors du début, mais les musiciens expérimentés ont rapidement repris les choses en main.

Se démarquant des autres formations de la soirée avec un métal plus sombre et posé, Swallow The Sun s’est présenté sur scène un peu avant 21 h. Personnellement, je n'ai jamais vraiment été un fervent partisan du groupe. Pourtant, cette fois-ci, je me suis moi-même surpris à être captivé et à hocher tranquillement la tête au ballant de la musique. Est-ce le choix des chansons ou le fait que les musiciens semblaient avoir plus de vie sur scène, je ne saurais dire, mais j'ai trouvé qu'une bonne atmosphère c'était installer au Foufs grâce aux notes résonnantes des Finlandais. De plus, les deux autres formations n'ont pu bénéficier d'une qualité optimale de la technique de scène, mais le tout semblait s'être, heureusement, nettement amélioré.

Enfin, après une longue absence de près de dix ans, à moins que je ne me trompe, Amorphis était finalement de retour en sol québecois. Je ne peux confirmer si l'événement affichait complet, mais chose certaine, s'il ne l'était pas il devait ne rester que très peu de billets puisque qu'il était difficile de se déplacer dans la petite salle. Tout d'abord, il faut se l'avouer, une chose a malheureusement persisté tout au long de la soirée: les difficultés redondantes au micro. Cette fois, ce ne pris que 2 ou 3 chansons avant que nous puissions finalement entendre le vocal percer le son de l'orchestre. Sinon, outre ce fait, il n'y a que des éloges qui peuvent être dits sur la performance d'Amorphis. J'avais entendu dire que le concert de la veille avait été un franc succès et il faut croire que les musiciens n'avaient  en rien choisi de déroger de cette voie. Les artistes avaient une présence scénique plus que captivante qui faisait oublier la longue absence de la troupe. De plus, ils savent comment aller chercher l'ensemble de leur auditoire afin de rendre l'événement plus qu'unique. Aussi, le choix des chansons était fort intéressant grâce à de bons morceaux tels : Sampo, Silver Bride, Bad Blood, The Smoke, House Of Sleep et, en guise de rappel, Death Of A King et Black Winter Day.

Pour conclure, on peut dire que le retour d'Amorphis dans la métropole fut un grand triomphe. Aussi, nous pouvons nous avouer choyés, car il est rare qu'on puisse sortir d'une soirée n'avoir eu droit qu'à de très bonnes prestations.

Chapeau à tous les groupes.

Lu 4052 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)