10 Avr 2017

Despised Icon: Critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

En ce dimanche soir, un événement à saveur core qui ne pouvait que ravir les fans du style avait lieu au Théatre Corona. En effet, Despised Icon effectuait un arrêt dans sa ville natale, et ce, accompagné de Chelsea Grin, Ice Nine Kills et Gideon. Pour une raison inconnue, Entreprise Earth devait être de la soirée, mais la formation n'a pas été en mesure d'être des nôtres.

 

Malheureusement pour moi, dû à des raisons personnelles hors de mon contrôle, je ne pus arriver que pour la prestation de Ice Nine Kills. Même si le groupe œuvre dans un style un peu plus léger que les autres, cela n'a pas semblé déranger la foule, car celle-ci a été très réceptive; je dirais même que certaines personnes semblaient être venues spécifiquement pour ce groupe. Le son n'était pas parfait, mais très acceptable, ce qui nous laissa profiter du talent musical des artistes. Surtout, il ne faut pas oublier l'énergique chanteur qui a su en mettre plein la vue avec son excellente présence.

C'était alors à Chelsea Grin de prendre place sur les planches. Il ne fallut que très peu de temps pour réaliser que la formation fait partie des préférés de l'auditoire. De plus, cela semblait réciproque, car une complicité semblait s'être créée rapidement entre les deux partis. Pour ce qui concerne la sonorité, je ne peux qu'avoir une opinion mitigé, car bien que vers la seconde partie de la prestation le tout sonnait plutôt bien, le début fut assez difficile puisque pendant un moment on ne pouvait qu'entendre très peu le vocal et un autre c’était la guitare qui fut amputé du mixe. Cela dit, ce n'est pas ce qui a semblé déranger la foule éblouie par l'impressionnant système d'éclairage. On eut donc la chance de voir de violents mosh pit ainsi que d'imposants wall of death pimentés de karatéka tout au long de la performance, ce qui démontrait parfaitement l'état d'âme chaotique de la foule.

Enfin, Despised Icon remettait les pieds sur une scène de la métropole au grand plaisir des fans. Bien que la troupe montréalaise ne bénéficie pas d'un ensemble d'éclairage aussi gargantuesque que celui de la troupe précédente, Despised Icon dispose d'une présence scénique qui est difficilement égalable. Tous les musiciens, surtout les chanteurs, occupent chacun des centimètres de la scène, et ce, avec comme seul but d'en mettre plein la vue aux personnes présentent, ce qu'ils réussissent haut la main. Habituellement, les mosh pit lors de prestation de la formation sont sans fin et d'une violence mythique. Cependant, cette fois-ci j'ai trouvé qu'ils étaient moins permanents, mais avaient tout de même conservé cette violence innée. Si Chelsea Grin ne put être en mesure de savourer une bonne sonorité tout au long de leur tour, ce ne fut heureusement pas le cas de Despised Icon qui n’a eu droit qu'à une chose: la perfection. Finalement, certains auraient pu croire que suite à la séparation de la formation, la relation de loyauté qui s'était instaurée au fil des ans avec les fans aurait pu diminuer, mais je dirais qu'au contraire, elle a su fermenter avec les années.

Pour conclure, ceux qui attendaient impatiemment un concert en salle de Despised Icon ne peuvent que s'avouer choyés, car la formation n'a rien perdu de sa réputation légendaire. De plus, les autres groupes ont été en mesure de se charger convenablement du réchauffement de la foule, un ingrédient essentiel à la réussite d'un spectacle.

Lu 1969 fois Dernière modification le lundi, 10 avril 2017 09:57
Évaluer cet élément
(0 Votes)