13 Mai 2017

Xandria: Critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

Après quelques tentatives avortées, le groupe de métal symphonique allemand Xandria a finalement offert son premier spectacle en tête d’affiche à Montréal.

Les groupes qui suivent Xandria en tournée sont Once Human et Kobra and the Lotus et, comme à son habitude, le producteur de l’événement Extensive Enterprise a ajouté un groupe local, Decadawn, au menu. Les métalleux qui se sont présentés aux foufounes avaient donc droit à une soirée bien remplie.

Les montréalais Decadawn ont ouvert la soirée. Je les avais vus précédemment lors d’une soirée Jaune Prodz au Petit campus et j’ai beaucoup plus aimé leur prestation d’hier soir. Énergiques, mélodiques, les gars de Decadawn ont su plaire aux fans qui étaient arrivés tôt. Leur prestation d’une vingtaine de minutes a été bien remplie; peu d’interventions de la part de Louis-Charles, le chanteur et, exceptionnellement hier soir, guitariste du groupe en l’absence de Frank. Il a quand même pris la peine de remercier les fans et d’expliquer qu’il s’agissait du dernier spectacle de Pierre-Olivier, l’autre guitariste du groupe. Même si le chanteur a été moins dynamique que la dernière fois (difficile de se lancer partout avec une guitare dans les mains), le groupe a su bien jouer ses cartes; ils ont quitté la scène sous les applaudissements nourris de la foule, qui se fera de plus en plus nombreuse.

Après un délai assez court, Once Human est monté sur scène pour nous présenter son tout nouvel album, Evolution. Je ne les connaissais pas du tout avant de les entendre. Le groupe fait du métal qui se rapproche de Arch Enemy, The Agonist, etc. Sachant que le groupe est originaire de la Californie, j’ai été extrêmement surpris lorsque Loren Hart, la chanteuse s’est adressée à nous avec un accent australien assez marqué. Celle-ci est d’ailleurs très sympathique et jase avec la foule comme si elle prenait une bière avec nous sur une terrasse. Je ne pense pas exagérer en disant que Once Human n’a pas seulement réchauffé la foule, mais a mis le feu dans la salle. Les gens ont vraiment aimé leur Death Metal mélodique et en ont redemandé sans jamais être vraiment rassasiés. Il s’agissait du premier passage du groupe à Montréal et, après l’accueil que la foule leur a réservé, j’ai l’impression que nous allons les revoir très bientôt. Ayant terminé la liste des chansons prévues et disposant d’encore un peu de temps, le groupe a joué une chanson supplémentaire, ce qui a énormément plu à la foule.

Kobra and the Lotus était ensuite attendu par la foule, qui était maintenant assez nombreuse. Le groupe était de très bonne humeur étant donné que le jour même était mis en vente son quatrième album, Prevail I. (Le volume II devrait sortir d’ici la fin de l’année ou au début de l’année prochaine.) Kobra Paige et ses acolytes sont montés sur scène sous les cris de la foule et ont entrepris le spectacle avec Gotham, la première pièce du nouvel album. Nous entendrons d’ailleurs beaucoup de chanson de leur nouvelle offrande, dont le simple You Don’t Know. Le groupe nous a offert une très, très bonne prestation et la foule a grandement manifesté son appréciation tout au long du spectacle. Les musiciens avaient un grand sourire étampé sur le visage et Kobra était en grande forme. Le groupe nous a livré son métal classique avec beaucoup de passion. Le seul point négatif de la prestation, pour moi, est l’éclairage très déficient. Alors que les deux premiers groupes ont bénéficié d’un excellent éclairage, Kobra et sa bande ont été plongés dans le noir pendant presque deux chansons complètes et la suite du spectacle n’a été guère mieux. J’ai de la difficulté à m’expliquer ce qui a pu se produire. Sinon, le groupe nous a offert une prestation sans faille que la foule a énormément appréciée. Malgré le fait que Kobra and the Lotus est un groupe canadien, leurs passages à Montréal se font rares. Espérons que la réaction de la foule les incitera à revenir plus souvent!

Après une courte pause, la tête d’affiche de la soirée, Xandria, est montée sur les planches. D’entrée de jeu, je dois dire que je m’attendais à une foule plus nombreuse. Après avoir vu les Foufs pleines à craquer pour Delain, je pensais que plus de gens se déplaceraient pour voir Dianne van Giersbergen et sa bande. Le groupe a entrepris le spectacle avec Where the Heart is Home, la première pièce de son nouvel album, Theater of Dimensions. Les musiciens étaient dans une forme rare et semblaient ravis d’être sur scène. Loin d’être statiques, ils se promenaient sur scène, changeant constamment de place les uns avec les autres, et échangeaient de larges sourires tout au long de leur prestation. Le privilège de la tête d’affiche est de passer plus de temps sur scène et Xandria en a profité pour nous présenter non seulement des chansons de son plus récent album, mais également des succès des albums précédents. Neverworld’s End et Sacrificium ont également été mis en vedette et nous avons eu droit à Ravenheart.

Je dois donner une mention spéciale à Dianne, la chanteuse. En plus d’avoir une voix exceptionnelle; elle bouge sans arrêt sur scène sans jamais paraître essoufflée. Elle échange constamment avec la foule, incitant les gens à se manifester, et avec les autres musiciens sur scène. Elle a donné tout un spectacle. Chose que je n’avais encore jamais vue, avant le rappel, elle s’est adressée à la foule depuis la mezzanine des Foufs, demandant aux gens s’ils en voulaient plus. Elle est ensuite descendue seule sur scène pour nous inviter à faire du bruit pour que les musiciens reviennent.

Le constat de la soirée d’hier est que même si la salle n’était pas pleine, la foule était vraiment bruyante. J’ai l’impression que cette tournée était attendue par les fans des trois groupes. La première présence à Montréal de Once Human a été une réussite totale; Kobra and the Lotus a connu tout un succès, même avec un album qui était paru la journée même et Xandria a su plaire à ses fans avec une prestation extrêmement dynamique et avec des chansons variées. Le seul point négatif est le piètre éclairage qui a vraiment nui aux deux derniers groupes. Les Foufs n’ont pas le plus gros système de lumières en ville, mais utilisé correctement, comme pour les deux premiers groupes, il peut être très efficace. C’est dommage que la tête d’affiche n’ait pas pu en profiter. Nonobstant ce petit problème, Extensive Enterprise nous a offert une autre excellente soirée de métal, avec des artistes compatibles sans être similaires. Il ne fait aucun doute que les gens qui y ont assisté ont vraiment aimé leur soirée.

Lu 2081 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)