20 Juil 2017

Metallica / Avenged Sevenfold : Critique et photos du concert de Montréal (2017) Spécial

Une grosse soirée musicale, où des fans de différentes générations se côtoyaient, nous attendait hier soir au Parc Jean-Drapeau. Au menu, Volbeat, Avenged Sevenfold et Metallica. Il s’agissait probablement du spectacle le plus attendu de l’été.

C’est à la formation danoise Volbeat que revenait les honneurs de débuter la soirée. Dès les premières notes de “The Devil’s Bleeding Crown”, il est possible de voir que le groupe a plusieurs fans présents dans la foule. Volbeat enchaîne rapidement ses succès et chaque membre fait preuve d’un dynamisme contagieux. Un des moments fort de la prestation est lorsque le chanteur Michael Poulsen s’est installé derrière sa guitare acoustique et qu’il a demandé à la foule si elle aimait Johnny Cash, le public a immédiatement réagi à la positive. Le groupe a donc entamé une version abrégée de “Ring Of Fire” avant de jouer sa populaire chanson “Sad Man’s Tongue”, au grand plaisir du public. Bien que le chanteur soit également guitariste, rien ne pouvait l’empêcher de bouger sur scène, ayant même un deuxième micro à l’avant de l’autre plateforme aux allures d’arène de lutte. Bref, la formation nous a offert un beau moment en sa compagnie et a certainement conquis le coeur d’autres personnes. Malheureusement, il n’y a pas de photos du groupe puisque le photographe était en entrevue avec Lars Ulrich de Metallica. Cette entrevue sera bientôt en ligne.

Ensuite, c’était au tour d’Avenged Sevenfold de monter sur scène. Le groupe a commencé son excellente prestation avec la chanson titre de son dernier album “The Stage”, un bon choix pour débuter. La formation a ensuite enchaîné avec la chanson “Afterlife” qui a eu un effet immédiat sur l’énergie de la foule, les effets pyrotechniques ont aussi créés une vague d’excitation. Fidèles à leur habitude, les membres du groupe ont une belle complicité et se déplace beaucoup d’un côté à l’autre de la scène, ne laissant aucun répit aux fans qui ne savent plus où regarder. De plus, la foule se déchaîne à quelques moments, en commençant des petits pits à différents endroits sur le parterre. L’énergie monte encore d’un cran lors d’ “Hail To The King” où tout le monde chante en choeur et que la pluie commence à tomber à grosses gouttes. Après quelques chansons, nous avons eu droit à un court solo de batterie par Brooks Wackerman, l’ancien drummer de Bad Religion. La formation a ensuite joué ses succès “Bat Country” et “Nightmare” satisfaisant amplement les fans. La formation avait choisi de terminer son passage avec l’excellente “Unholy Confessions” et même si M. Shadows n’a plus la capacité de screamer comme auparavant, le morceau est très efficace et met fin de façon positive au spectacle du groupe. Bref, que l’on aime ou pas la formation, on ne peut nier leur talent et leur désir de faire lever la foule.

C’était maintenant l’heure pour la pièce de résistance de se présenter sur scène. Les fans étaient plus que prêts à accueillir Metallica. Dès les premières secondes, on sent l’énergie de la foule qui est prête à exploser. La performance commence avec la chanson “Hardwired” et deux énormes ballons en tissu à l'effigie de cet album se gonflent au dessus de la scène. Ceux-ci explosent à la fin de la seconde pièce, aussi tirée du dernier album, “Atlas, Rise”. Déjà, on peut voir que les musiciens sont en forme et qu’ils ont du plaisir à être sur scène. Ensuite, le groupe nous amène dans le passé avec “For Whom The Bell Tolls” qui a un effet incroyable sur la foule, qui chante en choeur et bouge la tête. La formation enchaîne quelques chansons et lors de “Now That We’re Dead” nous avons droit à un moment intéressant. En effet, tous les membres du groupe se déchaînent sur de gros tambours, au grand plaisir de la foule. Ensuite, James Hetfield a pris la parole pour dire que Metallica ne croyait pas que la célébrité était quelque chose de nécessaire et a ensuite entamé les premières notes de la chanson “Moth Into Flame” qui a fait lever la foule juste à souhait. Un des moments forts de la soirée est probablement lors du solo de Kirk Hammett et Robert Trujillo tout de suite après la chanson “Halo On Fire”. En effet, les deux musiciens avaient cette complicité qui ne pouvaient que nous charmer et lorsque Trujillo pinçait les cordes de sa basse et que des images du défunt Cliff Burton sont apparues, les fans ne pouvaient que se sentir nostalgiques. Ensuite, le rythme a accéléré et les membres nous ont lancé “Sad But True” qui a eu un effet monstre, les gens chantaient à tue-tête et la batterie de Lars Ulrich nous saisissait direct au coeur. Quelques instants plus tard, des lasers illuminaient la scène et des bruits de bombes se faisaient entendre, c’était l’heure de “One”. Des images de la guerre et de la pyrotechnie nous ont transportés directement sur le terrain. La formation a ensuite enchaîné ses classiques “Master Of Puppets”, “Fade To Black” et “Seek And Destroy” qui ont eu l’effet escompté sur la foule, qui chantaient en choeur avec James Hetfield et bougeaient à fond. Après quelques instants, Metallica est remonté sur scène pour jouer ses dernières chansons soient “Fight Fire With Fire”, “Nothing Else Matters” et la très populaire “Enter Sandman”. D’excellents choix de morceaux pour terminer cette soirée énergique. Sans aucun doute, les gens présents n’ont pu qu’être satisfaits par la performance du groupe légendaire.

Finalement, Metallica a frappé encore une fois dans le mille avec ses choix de chansons et son énergie contagieuse. Les formations Volbeat et Avenged Sevenfold ont également bien fait leur travail et la foule était comblée après cette grande soirée musicale.

 

METALLICA :



AVENGED SEVENFOLD :

Lu 10560 fois Dernière modification le jeudi, 20 juillet 2017 09:55
Évaluer cet élément
(4 Votes)