22 Juil 2017

David Usher et The Tea Party à la Fête du lac des Nations : Critique et photos (2017)

Un des événements que le public gagnerait à connaître est la Fête du Lac des Nations, à Sherbrooke, qui offre une programmation variée aux amateurs de musique. Hier soir, David Usher et The Tea Party se partageaient la grande scène.

 

 

J’ai malheureusement manqué le début du spectacle de David Usher, mais j’en ai vu amplement pour constater que la foule était très heureuse de le voir et que, lui, était très en forme. Il a présenté un savant mélange de ses chansons et des succès de Moist.

Il pouvait donc piger dans une bonne banque de chanson pour faire plaisir à son public. Il a entre autres présenté sa version en anglais du grand succès d’Alex Nevski, On leur a fait croire. La foule n’a pas eu besoin de se faire prier pour entonner le refrain. Évidemment, les réactions les plus vives sont venues lorsqu’il a interprété les chansons de son groupe, Moist; Silver et Resurrection ont fait bondir la foule.

David Usher est très naturel et très habile sur scène. Il est allé sur le parterre pour jaser avec des enfants et il a parlé en français, parfois avec plus ou moins de succès, ce qui a beaucoup plu aux gens. Il a eu aussi beaucoup de plaisir à plaisanter avec ses musiciens. Somme toute, il a présenté un excellent spectacle, parfait pour préparer l’arrivée de The Tea Party.

C’est après le feu d’artifice que The Tea Party est entré sur scène. Les ayant vus au Métropolis plus tôt cette année, je me demandais à quoi m’attendre pour ce spectacle. La grosse caisse de Jeff Burrows affichait le 30e anniversaire de Transmission. Allions-vous avoir droit au même spectacle ce soir? La réponse est venue assez rapidement, quand le groupe a joué The Bazaar comme deuxième chanson.

À ma grande surprise, la foule était pratiquement hystérique du début à la fin du spectacle. D’ailleurs Jeff Martin a dit à un moment durant le spectacle que le groupe n’avait pas joué à Sherbrooke depuis environ 19 ans, mais que si les gens le voulaient, ils reviendraient l’année prochaine. Les deux Jeff et Stuart semblent vraiment avoir aimé la soirée et la foule. Les gens chantaient et dansaient sans arrêt et pas seulement devant la scène. Partout sur le terrain on pouvait voir des bras s’agiter et entendre des gens chanter.

The Tea Party était en mode festival et le groupe a été plus que généreux. Les succès se sont succédé rapidement. Jeff Martin a tenté, tant bien que mal de parler en français à la foule. C’était très amusant de l’entendre dire « Arrête! C’est pas fini! » aux gens. Il trouvait ça très drôle lui aussi.

The Tea Party ont été très généreux, jouant environ 1h30 de succès et de petites surprises. Circonstances obligent, Jeff Martin a souligné le départ de Chester Bennington de Linkin Park, qui a été retrouvé pendu chez lui le matin même. Il lui a dédié la chanson Fire in the Head, que Chester appréciait particulièrement.  Jeff Martin a ensuite dédié The Messenger au public, comme un témoignage d’amour pour ceux venus voir le spectacle.

Comme ils le font parfois, Les gars de Tea Party ont glissé des succès d’autres groupes à travers leurs propres chansons, faisant des mashups assez réussis. Par exemple, dans The Messenger, ils ont inséré une partie de Somewhere Only We Know, de Keane. Dans Heaven Coming Down, Stuart Chatwood a entrepris la ligne de basse très reconnaissable de With or Without You de U2. C’est dans ces moments qu’on se rend compte que la voix de Jeff Martin, unique en son genre, est beaucoup plus polyvalente qu’on pourrait le croire.

En blague, le groupe a entrepris The End des Doors, pour signifier la fin du spectacle. Les gens étaient un peu déçus, mais ils ont eu droit à deux incroyables rappels. Le premier, une version électrisée de Temptation. Comme ils savent si bien le faire, les gars de The Tea Party se sont payé une petite séance d’improvisation qui a fait encore plus lever la foule.

J’avais de très gros espoirs pour la dernière chanson Je n’avais pas encore entendu MA chanson de The Tea Party. Quand Jeff Martin s’est amené sur scène avec sa 12 cordes acoustique, je savais que le moment était venu. Après une petite improvisation qui m’a fait apprécier la qualité du son de la scène du festival, il s’est lancé dans le riff de Sister Awake. Et quelle version ce fut! Le groupe a mis le paquet : Stuart jouait d’un petit clavier à vent, un peu comme un accordéon, et les deux Jeff jouaient du djembé et des percussions. En plein milieu de la chanson, ils ont commencé à jouer Paint it Black des Rolling Stones, suivi de Heroes de David Bowie, puis de Walk on the Wild Side de Lou Reed. Ils ont ensuite terminé la chanson, laissant le public essoufflé, mais ravis de cette avalanche de notes et d’énergie.

En quittant, Jeff Martin a encore dit « See you next year! »; il ne blaguait donc pas. Reste à voir si ce sera encore dans le cadre de la Fête du Lac des Nations ou pour un spectacle en salle.

L’organisation de la Fête nous a offert une soirée incroyable. La réunion de David Usher et de The Tea Party était une excellente idée. Le site, sur la berge du Lac des Nations, est enchanteur et le feu d’artifice était juste assez long pour émerveiller les amateurs, pas trop long pour ennuyer ceux qui attendaient la fin du spectacle. Malgré que la Fête en soit à sa 36e édition, il s’agissait de la première visite de Musik Universe, mais ce ne sera certainement pas la dernière. 

Lu 2902 fois Dernière modification le dimanche, 23 juillet 2017 08:32
Évaluer cet élément
(1 Vote)