04 Sep 2017

Code Orange: Critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

 Une soirée à saveur hardcore nous attendait à la Sala Rossa de Montréal. Au menu, Jesus Piece, Eternal Sleep et Code Orange. La formation Trail Of Lies n’a pu se présenter pour des raisons que l’on ignore, donc toute la soirée a été décalée, ce qui fait que nous avons attendu jusqu’à 21h pour entendre un premier groupe.

C’est Jesus Piece qui a le travail d’ouvrir la soirée. Dès les premières notes, le dynamique chanteur court et saute d’un côté à l’autre de la petite scène. Le groupe enchaîne rapidement ses morceaux et le pit est constamment en mouvement. Bien que le matériel présenté soit intéressant, j’ai eu l’impression d’écouter la même chanson pendant 25 minutes. Il manquait, selon moi, de variété dans les chansons, mais c’était tout de même un hardcore efficace.

C’était ensuite au tour d’Eternal Sleep de monter sur scène. La formation est énergique et un pit violent se forme dès les premiers instants. Encore une fois, le contenu manque de variété, mais ce n’est rien pour empêcher de passer un beau moment. Le groupe joue ses morceaux et le chanteur est déchaîné, bougeant constamment. À un certain moment, on pourrait croire que le plancher va s’écrouler sous nos pieds tellement les gens bougent au rythme changeant des morceaux. Somme toute, malgré le manque de variété des pièces, Eternal Sleep a relevé sa tâche de réchauffer la salle pour la formation suivante.

C’est enfin le tour du tant attendu Code Orange. La jeune formation fait monter l’énergie d’un cran dans la salle dès son apparition sur scène. Le groupe était plus que prêt à nous gueuler son hardcore dans le visage et a commencé en force avec la chanson “Real”, tirée de leur plus récent album, “Forever”. Ce sera en grande majorité des morceaux de cet opus qui nous seront offert durant la soirée. Tout au long de la prestation, les membres font preuve d’un grand dynamisme et le chanteur/drummer interagit avec la foule entre les chansons, en demandant encore plus dans le pit. Malheureusement, à certaines reprises, on n’entendait pas super bien la jeune guitariste et vocaliste, perdant un peu de ses bouts de chants. Ce n’est qu’une légère ombre au tableau puisque tout le reste était excellent. Bref, Code Orange a clairement su confirmer sa place dans le coeur de ses fans québécois avec cette bonne prestation.

Finalement, c’était une soirée hardcore qui manquait un peu de variante. Cependant, Code Orange a su livrer la marchandise et leur prochain passage est à ne pas manquer. 

Lu 625 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)