17 Avr 2014

Iced Earth / Sabaton / Revamp (Mtl) 2014 Spécial

 

 

Spectacle: 16 avril 2014 au Théâtre Corona
Organisateur: Evenko
Photographe: LP Alain
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Quand la nouvelle est tombée que Floor Jansen allait devenir officiellement la nouvelle chanteuse de Nigthwish, il y a eu un buzz dans l’univers métal. Quand le Blu-Ray de sa performance avec le groupe au Wacken Open Air l’an passé est sorti, c’était confirmé, la grande majorité des fans sont heureux! Pourtant, peu d’entre eux l’ont connue avec After Forever et encore moins avec Revamp. Sa nouvelle position a sûrement attiré de nombreux amateurs à se pencher sur ces derniers et explique l’ambiance survoltée qui règne pendant tout leur show, malgré que tout le monde ne soit pas encore arrivé. Floor ne manque pas de nous le faire remarquer et nous dit à quel point ils aiment la foule de Montréal. Malgré la nouvelle popularité de la chanteuse danoise, il serait malhonnête de passer sous silence l’excellente musique que le groupe a à offrir, surtout leur excellent dernier disque Wild Card. Les pièces sont magnifiquement exécutées et Floor est tout en voix. Le tout accompagné d’un bon son et la recette d’un bon spectacle est parfaitement réussi. Pour le grand bonheur des fans et des nouveaux admirateurs, la formation sera disponible toute la soirée pour autographes et photos. Il ne manque pas de métalleux pour se faire poser avec la belle et grande chanteuse de six pieds.

S’il y a bien un autre groupe européen qui fait la sensation dans l’univers du power metal, c’est bien les Suédois de Sabaton. Quand ils entrent en scène, il y a vraiment plus de monde et l’enthousiasme est à son comble. J’ai beau ne pas embarquer dans leur trip sur les guerres de l’histoire, leur power metal aux accents folkloriques et leur look en pantalon d’armée (sans parler de la fausse veste pare-balles, des lunettes fumées et du la coupe mohawk style « douchebags » du chanteur), leur persévérance a fini par les payer et ils se sont taillé une place spéciale dans le cœur des fans du genre. Quand ils entament Carolus Rex, on se croirait pendant le show de la tête d’affiche tellement ça crie et chante en chœur. Même un nouveau morceau, To Hell and Back, ne fait pas descendre l’ambiance d’un cran. Ils semblent heureux d’être parmi nous et ils ont tous un sourire accroché au visage. Le chanteur va même jusqu’à faire monter trois jeunes enfant sur le stage avec eux au grand plaisir de ceux-ci et de leurs parents. Et que j’aime leur musique ou pas, je ne peux nier qu’ils sont des musiciens précis à défaut d’être des virtuoses et que tout est dans les temps. Cerise sur le sundae pour les fans, le son est toujours aussi bon.

Galeries d'images

Setlist;
1. Ghost Division
2. Gott Mit Uns
3. Carolus Rex
4. Swedish Pagans
5. To Hell and Back
6. 40:1
7. Primo Victoria
8. Metal Crüe

 


Si leurs deux prédécesseurs ont eu du succès avec le public, Iced Earth va prouver qu’ils sont les maîtres légitimes de la soirée. Un peu comme l’effet que Floor a créé avec Nigthwish malgré le succès timide de ses autres bands, l’arrivée de Stu Block au chant a plu à la communauté métal malgré les avis mitigés sur son groupe précédent Into Eternity. C’est pourquoi, même dès le début du show qui est consacré aux deux disques avec Stu, les fans sont déjà conquis à la cause. L’intensité ne peut que monter d’un cran avec des chansons plus anciennes comme Burning Times et Vengeance Is Mine. Il faut avouer que les vieilles pièces contiennent souvent des refrains accrocheurs qui sont durs à oublier pour ceux qui les ont écoutés dans le passé. Stu est un bon « frontman » qui prend le temps de parler à la foule et sait la faire interagir avec lui. Ses prouesses vocales lui permettent de bien interpréter tous les styles de ses nombreux prédécesseurs. Il lui manque peut-être la profondeur de Barlow, mais sur les aigus, il n’a rien à envier à personne. Le bassiste Luke Appleton prend l’autre grande place au-devant de la scène et s’occupe de tous les « back vocals ». Si Jon Schaffer se fait un peu plus discret malgré son statut de leader du groupe, le son de sa guitare est vraiment à l’avant-plan et l'on entend très bien ses rythmiques assassines dont lui seul en est le maître, au point d’enterrer le jeu de guitare de Troy Seele. Pourtant, celui-ci est le musicien qui l’accompagne depuis le plus longtemps. Quand vient le temps du rappel, on les redemande bruyamment et on est servi avec un trio d’enfer qui consiste en Dystopia, Watching Over Me et Iced Earth. Je crois bien que malgré ce show d’une durée à peine convenable pour les vrais fans, la plupart des personnes présentes ont pris leur pied à l’instar des deux techniciens à la console qui porte chacun un masque (un de Batman et l’autre de Viking) et qui « headbang » pendant toute la prestation.


Setlist ;
1. Plagues of Babylon
2. Democide
3. V
4. If I Could See You
5. The Hunter
6. Burning Times
7. Red Baron/Blue Max
8. Blessed Are You
9. Vengeance Is Mine
10. Cthulhu
11. My Own Savior
12. A Question of Heaven

Encore:
13. Dystopia
14. Watching Over Me
15. Iced Earth

 

Lu 3914 fois Dernière modification le mardi, 10 juin 2014 18:03
Évaluer cet élément
(0 Votes)