29 Nov 2017

Thrice / Circa Survive: Critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

Cette tournée spéciale tant attendue de Thrice et Circa Survive qui se partagent la  tête d’affiche s’est arrêtée au MTelus mardi dernier.

C’est d’abord le groupe rock alternatif de la Pennsylvanie Balance and Composure qui a ouvert le bal à cette soirée. Leurs riffs accrocheurs et rythmés ainsi que la voix de Simons nous rappellent indubitablement les années 90.

Ceux qui sont arrivés plus tôt, sont dispersés sur le parterre et semblent plutôt mitigés face à la prestation égale du début à la fin, toujours sur le même ton. Les gens se laissent toutefois emporter par la musique en se berçant doucement et hochant la tête.

C’est une musique d’ambiance qui fait son effet : réchauffer la salle pour le prochain groupe.

Au tour du groupe Indie Rock  de Philadelphie Circa Survive de fouler les planches du MTelus. La dernière présence d’Anthony Green et sa bande dans la métropole remonte à octobre 2015. Ce soir, ils sont de retour pour nous présenter leur nouvel album ‘’The Amulet’’ sortie plus tôt cette année.

Les fans les attendaient de pied ferme devant le stage! Dès les premières notes, ceux-ci avaient déjà envi de s’emballer mais Green leur fait signe d’attendre avec son petit air mystérieux. Attentifs, voir même hypnotisés, tout le monde le regardent et se laissent transporter par la mélodieuse Child of the Desert, jusqu’à ce qu’il donne son OK à la foule pour trasher.  

Leur présence scénique est magnifique. Green a une énergie contagieuse! Il saute partout ce qui entraîne les fans à l’imiter et à chanter pratiquement toutes les chansons avec lui dont les populaires In Fear and Faith  et Stop the Fuckin’ Car toutes deux parues sur le premier album de la formation en 2005 : Juturna.

Circa Survive a enchaîné les chansons, voguant naturellement d’un album à l’autre. Le vocal est bien différent en live que sur les albums, ce fût une superbe performance!

C’est avec l’accueil chaleureux des fans que Thrice a enfin fait son entrée sur le stage. Le dernier passage du groupe à Montréal date du 29 mai 2012, concert très émotif qui avait eu lieu dans le cadre de sa tournée d’adieu.

Depuis, le groupe avait joué dans des festivals de musique (dont le Rockfest en 2015) et ce n’est qu’en 2016 que les californiens sont officiellement revenus en force avec leur dernier chef d’œuvre ‘’To Be Everywhere Is To Be Nowhere’’.

Les gars ont débuté avec l’excellente The Earth Will Shake, pièce mélodieuse dans son ensemble avec les solides back vocals de Teppei qui accompagnent les screams occasionnels de Dustin.

Tout au long de leur prestation, la foule s’est époumonée à chanter avec Dustin surtout quand il a lancé les premières notes de la populaire The artist in the ambulance. Ce fût avec une agréable surprise que les fans exaltés se sont délecter du succès Deadbolt, titre parût en 2002 sur leur deuxième album studio et que le groupe ne joue que rarement. Nous avons également eu droit entre autre, aux excellentes Silhouette, Of Dust and Nations et Weary.

En somme, ils nous ont joué des chansons de 6 de leur 9 albums, jouant majoritairement des titres de leur plus récent dont Hurricane, Blood on the Sand, Black Honey et The Long Defeat. La foule est restée captivée du début à la fin car Thrice a su faire l’équilibre parfait entre anciennes et nouvelles chansons.

Ce fût un plaisir de vous revoir les gars et ne tardez pas à revenir!

Lu 608 fois Dernière modification le mercredi, 29 novembre 2017 07:17
Évaluer cet élément
(0 Votes)