04 Déc 2017

Jake Bugg : critique et photos du spectacle à Montréal (2017)

Le chanteur britannique Jake Bugg était au théâtre Corona hier, au grand plaisir de ses nombreux fans. C'est dans une formule acoustique, seul avec sa guitare, qu'il proposait ses chansons. La montréalaise Kandle est chargée de la première partie.

Kandle a donné une excellente prestation, très dépouillée, à l'image de la soirée. Accompagnée de son guitariste, elle occupait le centre de la scène, bougeant peu. Elle laissait parler ses chansons, les offrant à la foule réunie avec peu de mots, sauf quelques mercis (en français) et une petite présentation pour son guitariste. Évidemment, elle a aussi mentionné être très heureuse de faire la première partie de Jake Bugg. La foule s'est accumulée rapidement dans le théâtre Corona; le parterre était pratiquement plein, tout comme la mezzanine, et ce dès le dernier du spectacle. Après un spectacle de 30 minutes, elle a quitté la scène sous les applaudissements de la foule, qui ont énormément apprécié sa prestation.

Jake Bugg est apparu sur scène sur le coup de 21 heures, seul avec sa guitare et son micro. Il faut dire que Le jeune chanteur britannique a pris énormément d’assurance depuis son dernier passage à Montréal, en 2014. Il semblait très à l’aise, répondant aux éclats de la foule et discutant avec elle. Il a laissé beaucoup de place aux chansons de son premier album, celui qui a probablement connu le plus de succès. Jake a même remercié la foule d’accueillir avec le même enthousiasme ses chansons plus récentes et celles du premier album. À l’amateur qui ne cessait de demander la même chanson, il a fini par dire, sur un ton moqueur : Hé! C’est moi qui choisis les chansons ce soir. Prends-toi donc un autre verre… ou trois.

Âgé d’à peine 23 ans, il manie la guitare de main de maître. La formule acoustique est pratiquement idéale pour son répertoire. On imagine facilement que c’est comme il nous les présente sur scène que ses chansons ont été composées : simplement avec sa guitare. Sa guitare et sa voix tellement spéciale. Ses chansons d’un rock fortement teinté du folk des années 1960 montrent les influences tout en se gardant de devenir des parodies.

Country Song, Slide, Seen it all et Simple as This ont côtoyé des chansons de son dernier album, comme Southern Rain et Waiting. D’ailleurs, en annonçant cette dernière, il n’a pas manqué de faire remarquer que Noah Cyrus (oui, la sœur de l’autre), qui chante avec lui sur l’album, n’était pas cachée dans les coulisses. Expliquant qu’il voulait prendre une pause des chansons de Jake Bugg, il a interprété une reprise de Danny O’Keefe, Good Time Charlie’s Got the Blues.

Incontestablement, pour moi, le moment fort du spectacle est son interprétation de Broken. Autant les fans ont été bruyants durant toute la soirée, autant on pouvait entendre une mouche voler. Soudainement, « Down in the valley where the church bells cry », la foule entonne d’une seule voix le refrain, puis tout redevient silencieux. Cette chanson, la guitare et la voix de Jake Bugg, devenue très fragile, en ont fait un moment très émouvant. Évidemment, le spectacle s’est terminé sur Lightning Bolt, la chanson qui l’a véritablement propulsé vers les sommets.

C’est une superbe soirée que nous a offerte Jake Bugg. Si j’ai un petit reproche à faire, c’est à propos de la durée du spectacle, qui a duré un peu moins de 90 minutes. Pour le reste, tout était parfait. 

Lu 589 fois
Évaluer cet élément
(2 Votes)