×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/tzyevmpl/public_html/images/spectacles/arcadefire_mtl2014
×

Annonce

JW_SIGP_PLG_NOTICE_03 images/spectacles/arcadefire_mtl2014
31 Aoû 2014

Arcade Fire : Critique et photos du spectacle de Montréal (2014) Spécial

Après Osheaga, Heavy MTL, Île Sonic et Linkin Park, le Parc Jean Drapeau a accueilli hier soir le super groupe montréalais Arcade Fire pour terminer l’été en beauté. Win Butler, Régine Chassagne et toute leur bande de musiciens sont revenu au bercail pour clôturer la tournée « Reflektor » qui durait depuis presqu’un an. Près de 25 000 chanceux ont ainsi fait la fête avec le groupe pour cette 74e et dernière soirée de la tournée.

 

Suite aux excellentes performances de Fraka, Spoon et Dan Deacon, un homme couvert de plaquettes miroirs de la tête aux pieds est venu présenter Arcade Fire sur la plateforme centrale et la foule ne s’est pas fait prier pour hurler son admiration alors que les musiciens ont fait leur entrée sur scène.

{gallery}spectacles/arcadefire_mtl2014{/gallery}

Le spectacle a commencé en grandes pompes avec la chanson « Reflektor ». Des serpentins colorés éclataient déjà dans le ciel annonçant le début d’une soirée magique et haute en couleurs. La scène grandiose arborait un plafond orné de dizaines de miroirs hexagonaux qui descendait et remontait derrière le groupe. Quatre autres grands miroirs carrés qui ressemblaient à une feuille qu’on aurait pliée plusieurs fois, descendaient aussi par moments pour venir ajouter encore plus de reflets et de couleurs. C’était vraiment de toute beauté. Un écran géant au fond complètement de la scène venait compléter le tout avec des projections psychédéliques des performances de chaque membre. Leur tout dernier album « Reflektor » a été le plus fortement représenté pendant le spectacle d’une durée de deux heures. En plus de la chanson titre, on retrouvait également les pièces « We Exist », « Here Comes the Night Time », « Joan of Arc », « It’s Never Over (Hey Orpheus) », « Normal Person » et « Afterlife ». Cette dernière a d’ailleurs été un franc succès, alors que tout le parterre s’est transformé en un immense plancher de danse.

Il ne faut pas oublier qu’Arcade Fire avait également fortement suggéré à ses fans de se vêtir de leurs plus beaux atours pour la soirée. Personne ne s’est fait prier là non plus. On a pu admirer des déguisements et tenues de toutes sortes. De chapeaux de chien, d’éléphant, de poulet, de plumes, ronds, melons et j’en passe, à des ensembles de banane, de cornichon, d’habits de bal bleu poudre, robes à paillettes, robes de satin, masques, loups et maquillages de tout acabit, il y en avait pour tous les goûts! Un véritable festin visuel, mais aussi un vrai party!

Avec « Empty Room », « The Suburbs », « The Suburbs (continued) », « Ready to Start » et « Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)", l’album « The Suburbs » ayant gagné le Grammy du meilleur album en 2011 a curieusement été moins présent qu’on ne l’aurait cru. Cela n’a pas empêché la foule de chanter et danser furieusement sur chacune de ces magnifiques chansons. Régine était d’une humeur éclatante toute la soirée et avait un sourire contagieux. Elle s’est donnée corps et âme à la batterie pendant « The Suburbs » et « Ready to Start » particulièrement et aussi lorsqu’elle est allée danser avec trois danseurs en squelettes sur la petite scène centrale pendant « It’s Never Over (Hey Orpheus) ».

Win et Régine se sont aussi adressés quelques fois à la foule pour leur exprimer leur joie et leur reconnaissance ainsi que leur grand amour pour Montréal. Butler a également tenu à remercier tout le monde d’être là, car 1$ par billet vendu ira à KANPE, l’organisme de charité qu’Arcade Fire a fondé pour venir en aide à Haïti. « Merci de supporter notre travail » a-t-il dit à la foule avant d’entammer « Neighborhood #1 (Tunnels) »

Leur mythique premier album « Funeral » qui célèbre cette année ses dix ans n’est pas demeuré en reste. « Neighborhood #1 (Tunnels) », « Neighborhood #3 (Power Out) », « Rebellion (Lies) », « Haïti » et bien évidemment « Wake Up » ont encore une fois fait beaucoup d’heureux.


« Neon Bible » (2007) n’a eu qu’une introduction acapella de « My Body is a Cage », « Keep The Car Running » et la belle « No Cars Go » en guise de représentants. Les trois chansons se sont d’ailleurs succédé un peu avant le rappel. La première partie s’est terminée sur une pluie de confettis colorés avec « Sprawl II (Moutains Beyond Moutains) ». Chassagne dansait et avait un énorme sourire, visiblement émue tout en faisant aller les serpentins multicolores qu’elle avait dans les mains.

Le rappel a commencé de façon humoristique avec un personnage avec une grosse tête du Pape Francis qui a introduit Céline Dion. Un femme en robe de paillettes argentée arborant une boîte carrée sur la tête avec le visage d’une jeune Céline sur les quatre faces s’est mise à chanter « Une Colombe » entourée des membres à grosses têtes du « Fake Band » d’Arcade Fire. Assez rigolo, mais Win y a rapidement mis fin en disant : « Merci c’était très beau » et a commencé « Normal Person ». Avec tous les personnages du Fake Band, les danseurs squelettes, la femme-boîte Céline Dion, le pape Francis et tous les membres et musiciens d’Arcade Fire sur scène, c’était vraiment une grosse fête dansante.

Plusieurs avaient tenté de prédire ce qu’Arcade Fire allait jouer comme reprise. Les rumeurs les plus fortes voulaient que ce soit Leonard Cohen. Mais c’est « I’ll believe in Anything » de Wolf Parade qui a gagné. Un excellent choix d’ailleurs. La fête s’est poursuivi avec « Here Comes The Night Time » et en grande finale, l’inévitable « Wake Up ». Encore et encore des confettis, des serpentins et mêmes des feux d’artifices sont venus accompagner les puissants « Oh, oh, oh! » scandés par le public. Un moment inoubliable.

Richard Reed Parry a tenu à remercier pour leur dernier spectacle tous les talentueux musiciens de son groupe, mais aussi ceux qui se sont ajoutés au groupe pour la tournée « Reflektor » dont les renommés Owen Pallett et Colin Stetson. Un super-orchestre difficile à battre.

Cette soirée magique en compagnie d’Arcade Fire sera sans contredit inscrite dans les annales et laissera certainement un souvenir marqué dans la mémoire des milliers de fans présents au Parc Jean Drapeau hier soir.

 

Événement : ARCADE FIRE, 30 août 2014 à Montréal
Organisateur : Evenko
Critique : Sophie Ferrandino
Photos : Matt Sirois

 

Liste de chansons :

  1. Reflektor
  2. Neighborhood #3 (Power Out)
  3. Rebellion (Lies)
  4. Joan of Arc
  5. Empty Room (avec intro ralentie)
  6. The Suburbs
  7. The Suburbs (Continued)
  8. Ready to Start
  9. Neighborhood #1 (Tunnels)
  10. We Exist
  11. Keep the Car Running (avec intro de My Body is a Cage acapella)
  12. No Cars Go
  13. Haïti
  14. Afterlife
  15. It's Never Over (Hey Orpheus)
  16. Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)
  1. Une colombe (de Celine Dion avec le « Fake» sur scène)
  1. Normal Person
  2. I'll Believe In Anything (Reprise de Wolf Parade)
  3. Here Comes the Night Time
  4. Wake Up
Lu 5266 fois Dernière modification le dimanche, 31 août 2014 14:50
Évaluer cet élément
(2 Votes)