26 Jan 2018

Sass Jordan : Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Sass Jordan a commencé la tournée 25e anniversaire de son album Racine en 2017 et ça se poursuit en 2018 avec un retour dans la ville qui l’a vue grandir : Montréal.

La rockeuse à la voix chaude a décidé de souligner le quart de siècle de son deuxième album en parcourant le Canada et quelques villes européennes pour raconter sa création sous forme d’anecdotes entourant chacune des pièces qui le composent. Tantôt surprenants, tantôt touchants, ces petits tableaux nous dévoilent la Sass de l’époque, une jeune femme pleine de rêves qui veut vivre sa vie comme elle l’entend. Tout ça était bien intéressant, mais la formule était quelque peu malhabile, car la chanteuse se réinstallait devant un lutrin entre chaque chanson pour continuer son récit un peu décousu, ce qui venait complètement briser le rythme. Ce n’est pas qu’elle n’était pas expressive, car au contraire, le fait d’être de retour dans son patelin était visiblement très spécial à ses yeux, mais on était loin du spectacle rock traditionnel qui nous garde sur une vague tout au long de la performance. Et l’entracte n’a pas tellement aidé.

Pour ce qui est du « setlist », encore une fois on n’était pas tout à fait dans la norme. La plupart des artistes qui font une tournée anniversaire divisent leur spectacle en deux : l’album fêté puis les grands succès. C’est sur ce point également qu’elle m’a un peu perdue, car outre les pièces de Racine, seules trois autres chansons ont été jouées, dont une reprise. Moi qui suis d’abord une fan de l’album Rats, je dois avouer que j’ai été un peu déçue. J’ai quand même été charmée par l’interprétation de Cry Baby, une chanson qui n’était jamais vraiment ressortie du lot quand je l’avais entendue auparavant. Et j’avais aussi un peu oublié une pièce qui prenait toute son importance ce soir : Goin' Back Again, qui exprime le mal du pays de la jeune Montréalaise exilée.

Heureusement, Sass Jordan a semblé avoir un plaisir fou, entourée de ses quatre musiciens à la fois discrets et très efficaces, et j’ai tout de même vu plusieurs amateurs qui paraissaient totalement comblés. D’autres discutaient entre eux plutôt que d’écouter l’histoire et un s’est même fait rabrouer par la chanteuse! Au final, c’était une soirée assez intéressante malgré les longueurs et le caractère intimiste du spectacle nous a entourés de chaleur en cette froide soirée de janvier.

Lu 1375 fois Dernière modification le samedi, 27 janvier 2018 00:22
Évaluer cet élément
(1 Vote)