11 Fév 2018

Uriah Heep : critique et photos du spectacle de Montréal (2018)

Quand j’ai vu l’annonce de la venue de Uriah Heep à Montréal, j’étais vraiment content : des vieux de la vieille qui font de la tournée et que je n’ai jamais eu la chance de voir en spectacle; une occasion à ne pas rater!

À la dernière minute, le groupe The Riot Police a été ajouté en première partie. Malheureusement, les caprices de Dame Nature ont fait que je suis arrivé à la fin de leur prestation. Je n’émettrai pas d’opinion sur le peu que j’ai pu entendre.

Le Théâtre Corona était près de la capacité pour accueillir les vétérans de Uriah Heep. Si Black Sabbath est à l’origine du Heavy Metal, on peut affirmer sans rougir que Uriah Heep est l’un des fondateurs du Prog Metal. Formé en 1969, le groupe a présenté des albums incroyables; Demons and Wizards et The Magician’s Birthday sont des chefs-d’œuvre du genre. Des voix qui évoquent les chœurs de Queen, les guitares incisives de Sabbath, l’orgue agressif à la Deep Purple; Uriah Heep présentait une musique hors norme à l’époque.

C’est pour cette raison que j’avais très hâte de les voir, mais que j’appréhendais aussi ce spectacle. J’ai vu UFO l’automne dernier et j’avais été déçu, pas mal déçu. Je ne voulais pas revivre l’expérience. Des artistes en fin de course, ça peut être déprimant.

Le groupe a décidé de frapper fort dès le départ, ouvrant le spectacle avec Gypsy. Le groupe monte sur scène et je constate la ressemblance avec la foule : beaucoup de cheveux blancs, un ou deux plus jeunes. C’est un groupe en pleine forme qui monte sur scène pour ériger un mur de son des plus impressionnants. Look At Yourself et Shadow of Grief suivent rapidement. Première constatation : Bernie Shaw, le chanteur, est une bête de scène. Il est hyper sympathique, parle constamment à foule et est très expressif. Avec le groupe depuis 1986, ce canadien d’origine est hyper à l’aise sur scène et a beaucoup de plaisir avec les gens dans la foule.

Le groupe n’hésite pas à plonger dans ses archives pour ressortir ses succès, mais il ne regarde pas seulement en arrière. Évidemment, Sunrise et The Magician’s Birthday ont été jouées, au grand plaisir des gens dans la salle, mais Uriah Heep nous a aussi servi des chansons plus récente et Bernie nous a même annoncé que le groupe terminait d’enregistrer un nouvel album, qui devrait paraître au courant de l’année.

La scène était assez sobre. Peu d’artifices, mais un système d’éclairage efficace. Le son était incroyablement bon, bien équilibré, permettant d’entendre la guitare de Mick Box, le clavier de Phil Lanzon, la basse de Davey Rimmer et la batterie de Russel Gilbrook, sans compter les harmonies vocales, qui n’avaient rien perdu en puissance avec le temps.

Le groupe a su maintenir l’attention de la foule tout au long du spectacle. Chacun des musiciens a eu son moment de gloire, Mick Box plus que les autres évidemment. Le guitariste est le seul membre de la formation originale du groupe. Il joue de la guitare avec une aisance que beaucoup pourraient lui envier. Il n’a pas une présence explosive sur scène; il ne saute pas partout, mais il a un plaisir évident à jouer pour son public avec ses comparses.

Je n’avais jamais vu Uriah Heep en spectacle pour une bonne raison : c’était leur première visite en sol montréalais en 20 ans. Je me sens donc privilégié d’avoir pu assister à ce spectacle, qui n’avait rien d’un trip de nostalgie, avec des musiciens qui étirent la sauce pour faire une passe d’argent. Les gens qui étaient au Corona hier ont eu droit à une prestation de première classe, d’un groupe à la mécanique bien huilée, qui peut s’appuyer sur un catalogue de succès efficaces.

Les musiciens ont semblé être très heureux de leur spectacle à Montréal. Après 20 ans, un retour peut être un succès total, avec une foule qui a hâte de voir son groupe après toutes ces années d’attente, ou il peut être un échec total, en raison de la perte d’intérêt après toutes ces années. Je vous laisse deviner ce qui s’est passé hier. Le rappel avec Easy Living a couronné une soirée magnifique.

Uriah Heep mérite pratiquement une note parfaite pour son spectacle d’hier. Le groupe nous a offert une prestation digne d’un retour après 20 ans d’absence. La foule était au rendez-vous et la technique aussi. Décidément, l’année 2018 commence vraiment bien!

Lu 2062 fois Dernière modification le lundi, 12 février 2018 08:15
Évaluer cet élément
(3 Votes)