22 Fév 2018

Jean Dit: Critique de la pièce de théâtre (2018)

Un groupe de Death métal dans une pièce de théâtre? Oui oui, vous avez bien lu! Du jamais vu et Ô combien original! Le talentueux Olivier Choinière a savamment inclus la musique à sa pièce Jean Dit qui pousse la réflexion et la quête de vérité à un autre niveau.

Jean Death est composé de quatre piliers de la scène métal québécoise : Sébastien Croteau (Necrotic Mutation), Mathieu Bérubé (Teramobil), Étienne Gallo (Hands of Despair) et Dominic Forest-Lapointe (Augury, Barf, First Fragment, Teramobil). Le groupe prodigieux accompagnait 12 comédiens pendant près de 2 heures de jeu consécutif.

Jurez-vous de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité? Jean Dit se veut d’être un jeu certes, mais un jeu qui fait mal, qui fait réfléchir et qui accule les acteurs au pied du mur. Au travers d’une douzaine de sketchs, chacun leur tour, les personnages ont été confronté à dire leur vérité, à révéler le fond de leur pensée à Jean, cette entité invisible.

Au signal du populaire ‘’Jean Dit’’, les acteurs se commettaient donc à dire la vérité, aussi difficile que cela pouvait être, pressés entre eux dans le but ultime d’être acceptés au sein du groupe homogène. C’est lorsque, poussés à bout, désespérés et à bout de souffle, crachant enfin cette vérité convoitée qu’intervenait Jean Death, à hurler le désespoir mais également le soulagement des personnages qui étaient enfin délivrés de leurs fardeaux. Plus la pièce évoluait, plus la musique s’imposait et s’alourdissait.Le timing des musiciens au jeu des acteurs était parfait. Croteau n’est pas seulement le chanteur, il agissait aussi à titre de chef d’orchestre afin de guider toute la distribution. Chaque fois, sa voix solide m’a fait ressentir les émotions vécues. Les notes parfois discrètes, parfois imposantes de Gallo donnaient le ton exact et me faisaient ressentir la gradation dans l’intensité musicale qui suivait parallèlement l’intensité du jeu théâtral. J’ai grandement apprécié les moments d’incertitude qui ont tous été marqués par les notes saccadées de la guitare de Bérubé ainsi que de la batterie de Gallo. À chacune de leurs interventions, tout mon corps vibrait comme si, moi aussi je faisais partie de leur troupe. J’avais envie de rejoindre les comédiens qui bougeaient, dansaient et se déchainaient au rythme effréné de Jean Death.

Jean Dit reflétait parfaitement notre société actuelle où les gens doivent se conformer et entrer dans le même moule pour être acceptés. La pièce a effleuré des sujets majeurs actuels dont le sexe, la trahison, l’infidélité, le matérialisme et l’itinérance. Toujours présenté avec brio et de façon humoristique, Jean Dit ne laissera personne indifférent. La réaction du public par ses rires constants a été magnifique!

Si vous voulez assister à ce chef d’œuvre et en connaître tous les punchs, parce que non, je ne vais pas vous les dévoiler dans ma critique, vous pouvez acheter vos billets ici : https://www.theatredaujourdhui.qc.ca/jeandit?gclid=EAIaIQobChMIk9qNi5q32QIVwkSGCh3WOAxhEAAYASAAEgIhdPD_BwE.

La pièce unique est présentée jusqu’au 17 mars.


Crédit photo : Valérie Remise

Lu 4116 fois Dernière modification le vendredi, 23 février 2018 06:03
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)