10 Mar 2018

Septicflesh/Dark Funeral : Photos et critique du spectacle à Montréal (2018)

Aujourd'hui, à l'Astral, une soirée de metal extrême à guichets fermés nous était proposée. Trois groupes y étaient présents pour satisfaire les amateurs de black et de death metal : Thy Antichrist, Dark Funeral et Septicflesh. Un spectacle combinant death et black metal et, plus précisément, ces trois groupes ne peut qu’être génial. 

D’abord, la formation colombienne de black metal Thy Antichrist s’est avancée sur scène, équipée de guitares, de plastrons piquants, de peinture corporelle noire et blanche ainsi que d’un crâne de chèvre, pour donner une performance qui n’a duré que trente minutes. La précision des musiciens de ce groupe est extraordinaire : visiblement, les guitaristes connaissent parfaitement chaque riff de chaque chanson et ont le tempo enregistré sur le bout de leurs doigts ; visiblement, le batteur ne se fatigue jamais, puisqu’il maintient un rythme rapide et régulier, de l’entrée à la sortie de scène. Durant sa courte prestation, Thy Antichrist a interprété, entre autres, Metal to the Bone, Desolation et Where is Your God. Alors que la chaleur grimpait rapidement dans la petite salle et que le visage des musiciens devenait luisant de sueur, la peinture corporelle tenait bon et restait à sa place, tandis que la crinière du chanteur se transformait en source d’agacement. En effet, vers la fin du spectacle, il a dû se battre pour tenter de retrouver une chevelure un minimum ordonnée… Malgré ce détail et malgré la température qui ne cessait d’augmenter, le groupe a donné une superbe performance.

Suivant les Colombiens, les Suédois formant Dark Funeral sont tranquillement apparus sur scène pour nous faire entendre une longue liste de chansons soigneusement sélectionnées : Unchain My Soul, The Arrival Of Satan’s Empire, Vobiscum Satanas, The Secrets Of The Black Arts, Nail Them To The Cross et Where Shadows Forever Reign sont quelques unes des pièces interprétées ce soir. Une fois de plus, ce sont des musiciens expérimentés qui se trouvaient devant nous, et leur expérience leur profère une maîtrise incroyable de leurs instruments, que ce soit la guitare, la voix ou la batterie. Tristement, la foule m’a paru morte et elle n’a même pas démontré d’admiration en voyant tout le talent qui se trouvait pourtant juste devant elle. Personnellement, j’admire toujours particulièrement la maîtrise vocale du chanteur, qui ne semble éprouver aucune difficulté à passer d’un son guttural rauque à un son très aigu en l’espace de quelques secondes seulement. Lorsque les musiciens se retrouvent sur scène, on constate qu’ils éprouvent du plaisir à jouer leurs sombres mélodies. Avec cette performance, j’ai compris que je préfère assister à un spectacle de Dark Funeral plutôt que d’en écouter un CD.

Finalement, le groupe grec Septicflesh a conclu la soirée avec une performance interactive hypnotisante. Après nous avoir fait languir pendant quelques minutes avant d’arriver lentement sur la scène, chaque membre du groupe s’est mis à jouer comme si la vie de chacun dépendait des notes produites. La foule s’est enfin réveillée et s’est révélée heureuse d’entendre Septicflesh. D’ailleurs, le chanteur du groupe s’est montré persistant dans ses tentatives pour mettre de la vie dans le public et il y est parvenu. À plusieurs reprises, il nous a demandé de répéter des paroles ou de compléter ses phrases. Il a même exigé, entre l’interprétation de Promotheus et de Persepolis, que nous créions un wall of death puisqu’il s’agit d’une tradition pour le groupe. Outre ces deux chansons, Septicflesh a interprété Portraits Of A Headless Man, The Vampire From Nazareth, Prototype, Enemy Of Truth, Communion, Dante’s Inferno, Anubis et Dark Art.

Pendant tout le spectacle, on pouvait apercevoir des sourires un peu partout, des chevelures volant au rythme du headbang, des mosh pits créés dans le but de « tout détruire », comme a répété le chanteur de Septicflesh au moins une dizaine de fois… Bref, un peu partout, tout plein de gens satisfaits, comblés et heureux de s’être procuré un billet avant qu’ils ne soient tous vendus.

J’ai adoré cette soirée.

Lu 2036 fois Dernière modification le samedi, 10 mars 2018 09:55
Évaluer cet élément
(0 Votes)