21 Mar 2018

Nightwish : critique et photos du spectacle de Montréal (2018)

Hier soir au MTELUS marquait le retour d’un des groupes préférés des Montréalais et les rois du métal symphonique, Nightwish. Quand le groupe a annoncé la tournée Decades, les fans ont embrasé les réseaux sociaux : le groupe allait se replonger à fond dans son ancien catalogue. De quoi relancer le débat qui venait à peine de s’estomper après l’année de pause qu’avait pris le groupe : Floor ou Tarja? 

J’avoue que je n’ai pas vraiment compris l’utilité d’une introduction instrumentale aussi longue avant le début du spectacle. Quand les premières notes ont retenti dans les haut-parleurs du MTELUS, l’hystérie s’est emparée de la foule, qui remplissait la salle. Cependant avec la longueur de l’introduction, l’effet était en train de se perdre quelque peu lorsque Troy est apparu vers la fin pour interpréter un petit bout de Swanheart. Pas de doute, Tuomas et sa bande allaient nous servir les vieux succès et allaient faire plaisir aux fans de longue date.

Quand le groupe est apparu, pour interpréter The End of All Hope, j’ai rapidement oublié cette introduction manquée. Wow, quelle belle façon de commencer un spectacle. Nightwish venait de nous lancer un message : pas question de retenir ses coups… et attachez votre tuque parce que nous allons vous en mettre plein les oreilles.

Dès le départ, on voit que le groupe est en super forme. C’est à Floor que les gens ont réservé l’accueil le plus vocal, évidemment. Celle-ci était tout sourire; elle dégageait véritablement du bonheur d’être sur scène. Marco, égal à lui-même, avait l’air tout autant de bonne humeur et Tuomas, un peu campé à l’arrière, dans un coin sombre de la scène, souriait à pleines dents sous son chapeau haute forme.

S’en est suivi Wish I Had an Angel, une valeur sûre qui n’a pas manqué de plaire à la foule. La chanson suivante, 10th Man Down, était une surprise. Évidemment, elle figure sur la compilation Decades, mais c’est une chanson que le groupe n’a pratiquement jamais interprétée en spectacle et qui ne figure même pas sur un des albums officiels du groupe. Ils sont allés la chercher loin, celle-là! Mais en spectacle, elle fait son effet. La foule continue de crier son appréciation. Le groupe poursuit avec Come Cover Me, de l’album Wishmaster.

Quand Floor prend un moment pour dire à la foule qu’ils sont vraiment contents de revenir à Montréal, c’est difficile de ne pas la croire. Les musiciens sont visiblement très heureux d’être là et la foule est complètement gaga.

Tuomas est indéniablement en vedette dans Gethsemane, une autre chanson sortie des boules à mites, mais qui fait vraiment plaisir à entendre. C’est avec cette chanson-là que j’ai véritablement saisi toute la magie de cette soirée. Cette chanson d’Oceanborn n’a jamais été jouée en spectacle au cours des 15 dernières années. Le groupe a fait son travail. Tout est au point, la voix de Floor est parfaite et les claviers sont enlevants. Cette chanson-là est du pur Nightwish de première époque.

Question de bien nous déstabiliser, les musiciens en chaînent avec Élan, de leur plus récent album studio. S’en suivent ensuite quelques autres chansons d’une époque lointaine : Sacrament of Wilderness, Deep Silent Complete, Dead Boy’s Poem et Elvenpath. Cette dernière, tirée du premier album du groupe, Angels Fall First, est une autre chanson que les fans ne s’attendaient certainement pas à entendre.

I Want My Tears Back est une favorite de la foule depuis la sortie de Imaginaerum. « Where is the wonder where's the awe » chantent Floor et Marco. Ne cherchez pas plus loin que le MTELUS ce soir. Toute la troupe se démarque dans cette chanson : La batterie est féroce, avec un certain son tribal comme seul Nightwish peut le faire; les voix sont vraiment au point et le solo partagé par Troy et Emppu fait toujours son effet.

Troy d’ailleurs, prend quelques minutes pour parler à la foule et introduire la chanson qui, sans aucun doute, est le moment « ramassez votre mâchoire du bas sur le plancher » : The Carpenter. Tirée de Angels Fall First, cette chanson n’a pas été entendue par les fans de Nightwish depuis 20 ans. S’il y a une chanson phare pour le projet Decades, c’est celle-ci. Même chose pour Devil & The Deep Dark Ocean. C’est vraiment magique d’entendre ces chansons-là en spectacle.

Le dernier 20 minutes du spectacle est consacré à des chansons favorites des fans : The Greatest Show on Earth et Ghost Love Score. Difficile d’écrire quelque chose de nouveau sur ces pièces-là, outre qu’encore une fois, le groupe s’est surpassé. Sans sollicitation de Floor, la foule s’est mise à chanter spontanément la première partie de Ghost Love Score. Un moment parfait pour un spectacle parfait.

Côté mise en scène, L’avant de la scène était occupé par Floor, Marco et Emppu. Tuomas, même s’il est le chef d’orchestre du groupe, était à l’arrière, à côté de la batterie de Kai. Un écran géant occupait tout l’arrière de la scène. Il faut souligner la qualité d’image de l’écran : on aurait juré que le groupe jouait devant un téléviseur 4K. Tout au long du spectacle, celui-ci présentait des images, des animations, complémentant les chansons, mais sans jamais voler la vedette. Ceux qui étaient au spectacle de Sabaton il y a quelques semaines pourraient d’ailleurs penser que Nightwish a emprunté l’écran à Joakim et sa bande.

Avec la compilation et la tournée, Nightwish désirait souligner les 20 ans de la sortie du premier album et remercier les fans de les suivre depuis tout ce temps. Ce spectacle de la tournée Decade regorgeait de petits bijoux, de surprises, d’artifices bien dosés. Quant à moi, l’exécution est parfaite : Les fans de longue date ont eu leurs remerciements sous la forme de chansons pratiquement jamais entendues et les fans des dernières années ont été gâtés avec certains des derniers succès du groupe, le tout dans un excellent dosage. Ceux qui se chicanent encore sur laquelle de Tarja, Floor ou Anette est la meilleure chanteuse du groupe auront eu de la matière à réflexion. En ce qui me concerne, Floor a livré une performance sans failles, démontrant sa grande polyvalence en étant à l’aise avec les chansons de toutes les époques. Le prochain album studio du groupe n’est pas attendu avant 2020. D’ici là, les fans ont fait le plein de souvenirs avec ce spectacle.

Lu 5130 fois Dernière modification le mercredi, 21 mars 2018 11:20
Évaluer cet élément
(4 Votes)