26 Mar 2018

Iced Earth: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Un bel événement métallique se déroulait au Théatre Corona en ce dimanche soir alors que Iced Earth était de passage dans la métropole. Aussi, afin d'accompagner la formation américaine nous avions droit à Kill Ritual et Sanctuary.

En raison d'obligation personnelle, je ne pus malheureusement pas être témoin de la prestation de Kill Rutual. J'ai donc amorcé ma soirée avec nul autre que Sanctuary. Cette tournée se voulait bien spécial pour la troupe puisqu'à un moment elle fut incertain dû au décès de Warrel Dane. Toutefois, le groupe a choisi de tout de même prendre la route afin de rendre hommage à son défunt chanteur. C'est donc Joseph Michael de Witherfall qui a accepté de relever le défi et ainsi de prendre la place de Dane; ce qui n'est pas une tâche facile. Est-ce qu'il a réussi? OH que oui! Le chanteur a non seulement été capable de bien interpréter les titres, mais il a su offrir une excellente prestation scénique. Pour ce qui est des autres musiciens, ils ont aussi été en mesure d'offrir un excellent spectacle aux fans réunis. Par contre, bien que j'ai adoré la performance du groupe, j'ai trouvé que la foule semblait endormie. Disons que j'ai déjà entendu des foules plus petites faire plus de bruit. En somme, j'ai trouvé que, avec ce spectacle, Sanctuary a offert un très bon hommage à Warrel Dane.

C'était donc déjà rendu à la formation Iced Earth. S'il y a une chose qu'on put rapidement remarquer c'est à quel point la foule était soudainement réveillée. Cela dit, la troupe de Iced Earth est visiblement arrivée sur scène avec un seul but en tête : donner une prestation mémorable à ses fans. C'est en enchainant avec les pièces Great Heathen Army, Burning Times et Dystopia que le groupe a choisi d'entamer son tour sous les projecteurs; un choix qui a semblé plaire à plusieurs admirateurs. Ensuite, Stu Block, le chanteur, en a profité pour glisser quelques mots et de souligner à quel point la formation aime l'Est du Québec et nous voit comme la capitale canadienne du heavy métal. Tout au long du spectacle, Block nous a démontré l'incroyable voix dont il dispose en plus de son aisance sur scène. On l'a d'ailleurs vu à plusieurs reprises grimper sur la cage qui encadrait la batterie, et ce, pour chanter en ayant une vue prenante sur la petite salle. Bien que Stu Block fût très impressionnant, mes yeux se sont principalement arrêtés sur le jeu de guitare du talentueux Jake Dreyer. Ce gars-là sait comment s'acharner avec précision sur ses six cordes tel un chirurgien peut être minutieux avec son scalpel. Tout simplement WOW! Seule déception en ce qui attrait Dreyer, c'est le fait qu'en dehors de ses solos, il n'était pas le plus audible dans le mix sonore. J'ai aussi adoré quand Jon Schaffer a pris le micro afin de prêter sa voix à la pièce Stormrider, un des meilleurs moments de la soirée à mon avis. Finalement, la troupe a su conclure en beauté en rendant aussi hommage à Warrel Dane avant de dédier Watching Over Me à tous ceux qui sont partis trop tôt dont le nouvellement défunt chanteur.

Le Théatre Corona n'était peut-être pas bondé, mais ce sont de véritables fans qui se sont présentés. Une très belle soirée et gageons que la promesse de Iced Earth de revenir très bientôt n'est pas tombée dans le vide.

Lu 1889 fois Dernière modification le lundi, 26 mars 2018 06:34
Évaluer cet élément
(0 Votes)