28 Mar 2018

Rod Stewart: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

L’irremplaçable et légendaire Sir Roderick David Stewart était enfin de retour dans la métropole pour nous présenter sa nouvelle tournée 2018. Le chanteur anglais d’origine écossaise a illuminé le Centre Bell avec son spectacle haut en couleur et son énergie contagieuse. Du haut de ses 73 ans, Stewart a prouvé hors de tout doute que « Forever Young » n’est pas seulement une chanson, mais sa devise !

Avec un immense plancher en damier noir et blanc, une multitude d’écrans de toutes les tailles en toile de fond, plus d’une dizaine de musiciens et de choristes dans leurs plus beaux habits répartis sur une scène meublée comme un cabaret jazz, l’ambiance était définitivement à la fête. Veston argenté, espadrilles dorées et chevelure éclatée, Stewart était paré pour combler ses plus grands fans.

Personne n’était en reste pendant la soirée et il n’y a eu aucun temps mort. Dès les premières notes, le public était debout, dansant et chantant avec son idole. « Some Guys », « Tonight’s The Night », la fameuse « Forever Young » et bien sûr l’incontournable « Maggie May » ont ravi tous les spectateurs jusque dans les plus hauts gradins.

Beaucoup de reprises ont aussi été offertes, telles que « Downtown Train », « The First Cut », « People Get Ready », « Have I Told You Lately » et « Proud Mary » à saveur Tina Turner. Que ce soit en version plus jazzé, plus pop-rock ou plus douce, celles-ci ont aussi charmé les amateurs du grand Rod. Il faut dire qu’il avait aussi derrière lui une impressionnante équipe de gens surdoués qui ont su élever sa musique à un tout autre niveau. Plusieurs solos de saxophone, de guitare, de violon, de harpe et aussi un saisissant duo de batteries nous ont laissé bouche-bée.

Stewart a un souci de son public et s’est adressé à lui entre chaque chanson, soit en faisant des blagues, en expliquant l’histoire derrière certaines chansons ou en les dédiant à certains groupes de personnes en particulier. Il a dédié « People Get Ready » aux gens qui ont marché récemment aux États-Unis pour le contrôle des armes à feu et aussi « Rhythm of my Heart » aux soldats de la Deuxième Guerre Mondiale et d’aujourd’hui.

Il y avait une forte thématique celtique également. Ceux qui connaissent bien Rod Stewart et ses origines savent qu’il est un fan inconditionnel du Celtic Football Club d’Écosse. Leur logo était d’ailleurs à l’avant des deux batteries dans l’orchestre derrière. Les choristes vêtues en petits kilts rouges pendant quelques morceaux dont « You Wear it Well », en étaient aussi un rappel. Stewart a aussi partagé son amour du foot pendant « Stay With Me », en lançant et même en bottant des ballons de football partout dans la foule, faisant d’innombrables heureux.

La section un peu plus acoustique du spectacle, où tous se sont assis en une rangée à l’avant scène comme The Eagles – belle blague offerte par Stewart – a été un très beau moment de la soirée. Le septuagénaire a montré qu’il avait encore toute sa voix pendant « Have I Told You Lately ». Considérant qu’il a eu en 2000 un cancer de la thyroïde qui avait affecté ses cordes vocales et il avait dû réapprendre à chanter, c’est tout de même un bel exploit.

Le spectacle s’est terminé avec une pluie de ballons multicolores sur les airs de son plus fameux succès « Da Ya Think I’m Sexy » sorti en 1978. Le Centre Bell s’est transformé en une immense discothèque pour quelques instants, mais c’était déjà terminé, quelque peu avant 21h30. Un peu court pour une carrière aussi prolifique ? Peut-être, mais à 73 ans et avec des habits et des souliers à paillettes aussi flamboyants, on peut très bien lui pardonner !

Lu 3220 fois Dernière modification le mercredi, 28 mars 2018 00:28
Évaluer cet élément
(2 Votes)