29 Mar 2018

Knocked Loose: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Ce soir, nous avons eu droit à une excellente soirée de pur hardcore comme il s’en fait rarement! Knocked Loose a débarqué au Fairmount avec le précieux support de Terror, un groupe phare de cette scène musicale.

Ce sont les groupes américains Year Of The Knife (Delaware) et Jesus Piece (Philadelphie) qui se sont chargés de réchauffer la foule déjà prête à effectuer leurs plus belles figures de karaté.

Ensuite, les vétérans de Terror se sont empressés de prendre possession de la scène. Leur dernière présence parmi nous remonte au 11 juillet 2016 aux ‘’Foufs’’ et ce n’est pas peu dire que les fans étaient gonflés à bloc à peine les musiciens apparus devant eux! Ils ont joué plusieurs pièces dont Keep Your Mouth Shut, Stick Thight, The 25th Hour et Spit My Rage qui selon moi est le titre clé qui ne pouvait pas mieux définir la soirée! Sans surprise, les fans se sont déchaînés du début à la fin sur la musique des californiens. Très rassembleur, Scott Vogel a sans cesse encouragé les fans à s’agglutiner devant lui, à monter sur la scène et à lui sauter dessus. Bref, c’était la déchéance totale dans une harmonie surprenante, avec les fans et des membres des autres groupes qui prenaient possession du micro à l’occasion.

Lorsque Bryan Garris et ses acolytes (Knocked Loose) ont finalement fait leur entrée, ils semblaient déjà prêts à exploser. Ce soir, nous assistions à leur 4e prestation dans notre métropole mais surtout, leur première tournée nord-américaine où ils en sont la tête d’affiche. Les ninjas déjà bien réchauffés semblaient être en extase devant Garris qui les défiait silencieusement du regard, les mettant au défi de voir jusqu’où iront leurs excentricités.

C’est avec une nouvelle pièce apparemment connue de plusieurs que les gars ont débuté leur prestation. Les fans n’ont pas perdu de temps avant d’effectuer leurs premières chorégraphies, déjà en feu de toute façon suite à la solide performance qui venait d’avoir lieu.

Le groupe a joué autant de pièces de son EP Pop Culture que de son unique album Laugh Tracks. À chaque pièce, il y avait une gradation palpable de l’intensité grâce à Hale et sa guitare fulgurante. Pacsun avec sa batterie et Otten avec sa basse imposantes alourdissaient le tempo jusqu’à un grognement tant attendu de Garris, annonçant ainsi l’arrivée imminente d’un des nombreux breakdowns. Cette habitude qu’il a de grogner lors des chansons fait son effet sur moi: je ressentais toute son énergie, son empressement de se déchaîner et Boum!, vient ensuite LE solide breakdown fidèle au style du groupe.

Leur musique très lourde, ralentie et insistante m’a envahie dès les premières notes. C’était inévitable que je ressente le besoin incessant de vouloir bouger et me défouler. J’ai adoré la pièce Counting Worms avec son début qui a quelque chose d’inquiétant avec ses notes aigues et stridentes. À ce moment précis, les fans tournant au milieu du parterre tels des vautours, attendant patiemment que Pacsun donne le rythme.

Par contre, j’ai moins aimé qu’ils n’aient joué aucune pièce intégralement et qu’à presque chaque pièce, Garris avait tendance à en nommer les titres, ce qui est vite devenu redondant. De plus, le son n’était pas super et le chanteur a dû essuyer quelques défaillances avec son micro.

Contrairement à Terror, Knocked Loose n’a pas demandé aux fans de s’approcher encore plus du stage ou de bouger davantage, les laissant s’auto gérer eux-mêmes. Ça aura donc pris un peu plus de temps avant que tout le monde se déchaîne sur le parterre.

Il faut se le dire, assister à ce type de concert demande un minimum de préparation si on veut en ressortir sans égratignure. Tout au long des performances de Terror et Knocked Loose, se sont les ‘’stage diving’’ des fans qui ont le plus attiré mon attention. La plupart du temps réussit en backflip ou en plongeon ‘’classique’’, certaines personnes ont dû essuyer de solides FAIL ne retombant pas tout à fait sur leurs pieds. Heureusement pour eux, j’avais mon cours de secourisme et RCR à jour mais personne n’a semblé blessé malgré tout! Pour ma part, c’est en retrait de l’action et le sourire aux lèvres que je me suis laissé imprégner de cette excellente musique. Autant énergisante soit-elle, autant elle me fût apaisante et m’a laissé Zen à la sortie du concert. Namasté!

Lu 966 fois Dernière modification le jeudi, 29 mars 2018 02:38
Évaluer cet élément
(0 Votes)