01 Avr 2018

The Contortionist – Critique du spectacle à Montréal (2018)

Le groupe de métal progressif The Contortionist s’est posé au Fairmount samedi soir dans le cadre de sa tournée pour son dernier album ‘’Clairvoyant’’. Ce sont les groupes Skyharbor et Silent Planet qui ont donné le ton à cette soirée ‘’progressive’’ plus que prometteuse pour les fans de cette musique expérimentale. 

Ce qui est intéressant avec Skyharbor c’est que quatre des musiciens sur cinq habitent en Inde tandis que le chanteur, Eric Emery, habite en Ohio. Grâce aux technologies d’aujourd’hui, les musiciens se partagent à distance leur nouveau matériel et se réunissent pour les concerts uniquement. Même s’ils n’ont pas l’occasion de répéter ensemble régulièrement, les gars semblaient avoir une belle cohésion entre eux. Leur musique est solide, parfois un peu trop instrumentale mais les chants gras d’Emery venaient balancer le tout parfaitement. J’ai aimé leur performance et n’y ai trouvé aucune faille. Les fans aussi ont d’ailleurs semblé apprécier puisque tout au long du set, ils se laissaient bercer et dansaient au gré des mélodies.

Pendant le roulement entre les 2 premiers groupes, c’est sur une mystérieuse musique atmosphérique que nous attendions patiemment Silent Planet. Concept intéressant qui était sans doute minutieusement calculé. J’avais plus que hâte d’enfin les revoir et le tour est enfin venu pour les gars de la Californie de mettre leur touche Core à la soirée.

Ils n’ont pas eu à déployer d’effort surhumain pour que les fans se mettent à trasher et crier les paroles avec Russell. Bien que le groupe ne fût seulement qu’à son 2e passage à Montréal, il a déjà de fidèles fans pour le soutenir et l’encourager. Tout au long de leur temps de scène, les gars ont pigé dans le répertoire de leurs deux albums studio afin de satisfaire l’auditoire. J’ai été agréablement comblée par leur musique très énergique et surtout par Garrett Russell lui-même. Dès la première pièce, Panic Room, son chant gras imposant m’a envahi. J’ai été épatée par la technicité de la guitare de Stark qui donnait le ton avec justesse et par Camarena qui défonçait les peaux de sa batterie tout en déployant ses baguettes dans les airs. Russell a une excellente prestance devant son public et autant théâtral soit-il, il faisait souvent mine de s’écrouler en suivant le ralentissement de la musique. Ce sont les excellentes pièces Native Blood, Nervosa, Orphan et REDIVIDER qui m’ont le plus plu mais globalement, j’ai adoré leur performance.

Le deuxième temps d’attente entre les groupes aura changé l’ambiance de la soirée totalement! C’est sur une musique douteuse électro/drum’N’bass digne d’un afterhour qu’un nuage de fumée a envahi la pièce en même temps que la salle se remplissait de nouveaux fans qui arrivaient que pour l’acte principal.

Les fans de The Contortionist n’auront attendu qu’un an avant de revoir leur groupe qui avait joué en avril 2017 au Corona. C’est sur un début très intense, dans le brouillard et sous un éclairage voilé, que les musiciens ont débuté avec la pièce Clairvoyant, titre du dernier album. Le groupe ayant misé juste avec ces 2 éléments, l’ambiance était magique et le ton était donné pour une performance grandiose.

Fidèle à leur style de musique progressive, leur set en soi a été progressif lui-même du début à la fin. Commençant doucement, le ton a monté graduellement (mais rapidement) de façon croissante et fluide jusqu’à la dernière chanson. On a eu droit à quatre pièces de leur dernier opus, qui ont été accueilli aussi bien que Oscillator (premier album) et les deux excellentes ‘’Language’’, Language I : Intuition et Language II : Conspire qui ont clos la soirée sur une note explosive.

Chaque musicien s’harmonisait parfaitement entre eux, rendant leur performance appréciée de tout l’auditoire, même de moi qui n’était pas convaincue par le dernier album! La musique a su m’envelopper sans que je ne m’y sois préparée mais c’était surtout la voix de Michael Lessard, poussant parfaitement de longue note, qui m’a le plus envoûtée. Je n’étais pas la seule à apprécier car tous les fans sur le parterre semblaient se trouver dans le même état : attentif, sourire aux lèvres, se laissant imprégner en dansant comme en transe.

Je ne connaissais pas vraiment The Contortionist avant ce soir et bien que je ne sois pas fan de musique progressive, ils m’ont plus qu’épatée! J’allais d’abord à ce concert pour Silent Planet uniquement mais j’ai découvert l’excellent groupe qu’est Skyharbor ainsi que The Contortionist dont la performance live n’a rien à voir avec une simple écoute sur Spotify.

Lu 602 fois Dernière modification le dimanche, 01 avril 2018 10:14
Évaluer cet élément
(0 Votes)